Enquête Coralim

CORALIM Enquête participative sur la socialisation alimentaire et corporelle

Pilotée par l’Institut national de la recherche agronomique et environnementale (INRAE) en partenariat avec le CNRS et des établissements scolaires  d’éducation prioritaire, l’étude CORALIM est soutenue par un ensemble d’institutions publiques et éducatives (Ville de Paris, Établissements scolaires, Maison du Geste et de l’Image (MGI), Institut National pour la Jeunesse et l’Education Populaire (INJEP)).

L’étude CORALIM porte sur la construction des représentations et pratiques alimentaires, corporelles et physiques au fil de l’enfance et la jeunesse, et vise à mieux comprendre la genèse des styles et des rythmes de vie quotidiens. A travers ces objets elle permet de travailler sur la différenciation sociale et genrée des pratiques ainsi que les inégalités sociales, y compris en situation de migration. Plus de 1000 enfants et adolescents ont participé au dispositif en France et en Europe depuis 2010. Avec 10 ans de recul, l’enquête se poursuit désormais à des âges ultérieurs auprès de ses premiers participants devenus majeurs, et s’ouvre à d’autres jeunes de leur génération. Elle explore spécifiquement la différenciation sociale dans l’enfance et la jeunesse, à travers la socialisation alimentaire familiale, les représentations corporelles, la répartition des tâches masculines/féminines, le rapport à la cantine scolaire et à la restauration collective, la formation des goûts, et notamment les processus d’acculturation alimentaire chez les descendants de migrants. Dans le contexte de l’épidémie de Covid 19, un volet exceptionnel sur le vécu du confinement chez les jeunes et les enfants, questionne le ressenti de la situation et les changements imputables dans la vie quotidienne, l’alimentation, les études et les relations sociales.

CORALIM est une étude participative dans le cadre de projets scientifiques et pédagogiques en partenariat avec des établissements scolaires de l’académie de Paris. Les chercheurs collaborent avec des enseignants et des élèves sur l’élaboration d’outils de collecte innovants, ainsi qu’avec des artistes comme la photographe Hortense Soichet, la chorégraphe Nathalie Quoniam et la Maison du Geste et de l’Image dans l’exploration de la construction du rapport au corps à l’adolescence. La méthodologie CORALIM articule des approches complémentaires qualitatives et quantitatives (Mixed methods) et s’appuie sur un dispositif d’enquêtes répétées, initié en 2010 à l’INRA. Le terrain combine des temps d’observation et de recueil déclaratif par questionnaire internet et par entretiens collectifs (focus group). Le dispositif d’ensemble ménage à la fois des espaces de réponses individuelles et des échanges interactifs entre les élèves, les amenant à participer à l’analyse de leurs propres pratiques et à partager leurs points de vue en se dégageant des idées reçues habituelles sur le sujet. Ce terrain met à l’épreuve les catégories habituellement utilisées dans les enquêtes quantitatives et explore des techniques d’enquête innovantes, en confrontant les enquêtés au matériau recueilli sur leurs propres pratiques. La poursuite du terrain sur différentes vagues de collecte (2010, 2012, 2014, 2016, 2020) ajoute une dimension longitudinale permettant de suivre l’évolution des pratiques et discours des jeunes qui ont participé dans leur enfance à l’enquête internet initiale, puis à d’autres vagues de collecte.

Publications de l’enquête CORALIM

Regnier, F.; Le Bihan, E.; Tichit, C.; Baumann, M. (2020), Adolescent Body Dissatisfaction in Contrasting Socioeconomic Milieus, Coming from a French and Luxembourgish Context. Int. J. Environ. Res. Public Health 2020, 17, 61.

Tichit, C, (2020), Structuration socioculturelle des représentations enfantines de la cantine. Résultats d’enquête auprès d’enfants de migrants. In : Comoretto G, Maurice A, Lhuissier A. (Coord), Quand les cantines se mettent à table… Commensalité et identité sociale, Editions Quae 2020.

Tichit, C., Comoretto, G., Maurice, A. (2020). Gouters et friandises : valeur et usages sociaux des aliments informels à l’école. In: Cardon P., De Iulio S. (dir.), Le gouvernement nutritionnel. Quand l’école veut transformer l’alimentation des enfants. Sous presse.

Wang S., Tichit C. (2019), Journée d’étude « Alimentation en migration. Enjeux de santé, de transmission et d’acculturation », Portes ouvertes du CNRS, Ecole Normale Supérieure, 9 octobre 2019. https://80ans.cnrs.fr/evenement/alimentation-en-migration-enjeux-de-sante-de-transmission-et-dacculturation/

Tichit, C. , Maurice A. (2019), C’est l’heure du goûter, des friandises à l’école pour le lien social, in Alimentation des enfants : quand les chercheurs se mettent à table, D Dossier de presse de l’INRA, octobre 2019, https://inra-dam-front-resources-cdn.brainsonic.com/ressources/afile/455781-fc08d-resource-telecharger-le-dossier-de-presse-alimentation-des-enfants-quand-les-chercheurs-se-mettent-a-table.pdf

Ourane Mathilde, (2019), Rapport d’étude CORALIM sur la différenciation sociale des pratiques sportives adolescentes.  Stage sur le Projet Sporalim-INJEP février-aout 2019, Rapport de stage de Master 2 Démographie, Université de Strasbourg), septembre 2019

Ouvrard, Emilie, (2019), Rapport d’étude CORALIM sur les préférences et dégouts alimentaires de cantine (L3, Nutrition, Université Aix-Marseille), Stage sur le Projet Cantinégalité, Paris-Emergence, mars-avril 2019

Tichit, C. (2017). CORALIM : Dispositif de collecte multiple auprès d’enfants et d’adolescents. ANF QUESTIO. Réseau méthodologique MATE CNRS, 20p. (Cours).

Chéron, Eléonore, (2017), Genre et forme scolaire du contrôle des corps. Mémoire de Master, Etudes sur le Genre, Université Paris 8, novembre 2017, 122 p.

Chéron, Eléonore, (2017), Rapport de stage à l’INRA sur l’enquête Coralim, Master Etudes sur le Genre, Université Paris 8, juillet 2017, 72 p.

Exposition « En quête du Corps, Exposition Scientifique et Artistique. » (2016). Réalisation du Projet Participatif CORALIM-INRA et de la Classe de 6ème3 du Collège Mozart, Paris 19ème. Tichit, C. (Direction scientifique), Soichet, H. (Direction artistique), Chéron, E. (Coordination). Canal de l’Ourcq, Péniche Grande Fantaisie, juin 2016.

Tichit, C. (2016). Les rôles sexués au cœur de la socialisation domestique familiale. In: Jacquemin M., Bonnet D., Deprez C., Pilon M., Pison G. dir., Etre fille ou garçon, regards croisés sur l’enfance et le genre (p. 225-245). Questions de Populations (N°1, 2017). Paris, FRA : INED – Institut National d’Etudes Démographiques. 264 p.

Tichit, C. (2015).  “From Square Meal at Home to Secret Snack with Friends: Kids’ Vision of Eating (a survey in Parisian schools, France)) », Anthropology of food [Online], 9 | 2015, Online since 24 October 2015, URL : http://aof.revues.org/7883

Tichit C., (2014), “The onset of social class tastes among children of migrants in France. Competing food patterns in the context of migration.” University of California Berkeley, ISSI Working Papers Online. 6p, Jan. 2014, http://escholarship.org/uc/item/8r8073p6

Tichit, C. (2013), « Le repas et les mots pour le dire. La détermination sociale des discours enfantins sur le repas familial », pp215-244 ; in Lhuissier A., Depecker T., Maurice A., La juste mesure. Éléments pour une sociohistoire des normes alimentaires, PUR, 401p.

Tichit, C. (2012), « L’émergence de goûts de classe chez les enfants de migrants. Modèles concurrents de goûts et pratiques alimentaires », Politix, n°99, pp. 49-76, 2012. http://www.cairn.info/revue-politix-2012-3.htm /

Emmambux, Sarah (2012), Rapport de stage à l’INRA: enquête sur les pratiques alimentaires et physiques des collégiens, Master 2 professionnel Expert Démographe, Université Panthéon Sorbonne – Paris 1, Mai 2012, 74 p.

Covid-19 et food studies: Ressources bibliographiques et appels à contributions

La crise sanitaire que  nous traversons actuellement et le confinement auquel nous sommes contraint.e.s conduisent certaines bibliothèques et certains éditeurs à ouvrir largement, de façon temporaire, leurs collections.

Signalons en particulier la revue Gastronomica, qui met sa collection en accès libre jusqu’à fin juin, l’éditeur Bloomsbury sa collection « Food Library« , ou Quaé  une série de ebooks.

Par ailleurs, la communauté scientifique lance des initiatives pour comprendre les effets du covid-19 sur l’alimentation:

La revue Gastronomica lance un appel à contributions « Food in the time of Covid-19 ».

Les chercheurs  Gilles Maréchal et Catherine Darrot ont lancé  une enquête collaborative pour comprendre les impacts du Coronavirus sur les systèmes alimentaires et la résilience des acteurs: le lien ici.

Des chercheurs de l’université d’Anvers ont lancé une enquête en ligne  sur l’impact de COVID-19 sur les comportements culinaires,  comportements alimentaires et comportements médiatiques: le lien ici.

N’hésitez pas à nous faire part d’autres ressources ou initiatives que nous pourrons relayer sur cette page, et surtout, prenez bien soin de vous.

 

Les repas de grève : un répertoire de mobilisation éprouvé de longue date

Grève des papeteries bizontines. Soupe communiste. Repas en plain air, Besançon, 1907.

Soupe communiste, repas de grève, repas de soutien : autant de formulations plus ou moins anciennes utilisées pour évoquer des temps de partage de nourriture lors de mobilisations sociales.

Les appels réguliers aux repas de soutien aux grévistes dans le cadre de la mobilisation sociale actuelle font écho à un répertoire protestataire employé de longue date, qui s’est amplifié à la fin du xixe siècle. L’autorisation des grèves (1864) puis des syndicats (1884) s’accompagne d’un élargissement des pratiques de grève, en même temps que l’allongement de leur durée. Ce phénomène entraîne de nouveaux répertoires d’action protestataire, dont participe l’organisation de repas collectifs. C’est ce que rappelle fort clairement François Jarrige dans un chapitre sur « L’invention des “soupes communistes” en France (1880-1914) », publié dans un ouvrage consacré aux pratiques d’alimentation au travail. D’autres contributions sont consacrées à la signification et à l’organisation pratique des repas de grève de la fin du xixe à 1968. Ces textes, et d’autres plus anciens auxquels ils se réfèrent, rappellent à quel point les « soupes » ou repas de grève poursuivaient au moins deux objectifs: il s’agissait autant de nourrir les protestataires les plus fragiles au plan économique et leurs familles que de créer des solidarités et entretenir ainsi la dynamique de mobilisation.  On ne peut que constater l’actualité de ce phénomène, comme le montre le repas dont témoigne Marie Plessz sur ce même blog.

Pour comprendre l’histoire, le fonctionnement mais aussi les conflits attachés aux repas de grève, voici quelques références récentes indicatives :

Baillargeon Camille, « La soupe populaire a-t-elle un arrière-goût amer ? (2) Soupes communistes, soupes de grève », Institut d’histoire ouvrière, économique et sociale, 19 décembre 2009, Analyse n°60.

Bianchi Serge, « Les “soupes communistes ” dans les grèves de la Belle Époque (1900-1914) » dans Christiane Demeulenaere-Douyère (ed.), Tous à table ! Repas et convivialité (édition électronique), s.l., Éditions du CTHS, 2015, p.27-43,

Bouchet Thomas, Gacon Stéphane, Jarrige François, Nérard François-Xavier et Vigna Xavier (eds.), La gamelle et l’outil : manger au travail en France et en Europe de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Nancy, Arbre bleu éditions, 2016,  367 p.

Jarrige François, « L’invention des “soupes communistes ” en France (1880-1914) » dans Thomas Bouchet, Stéphane Gacon, François Jarrige, François-Xavier Nérard et Xavier Vigna (eds.), La gamelle et l’outil : manger au travail en France et en Europe de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Nancy, Arbre bleu éditions, 2016, p. 161‑178.

Poggioli Morgan, « Manger (et boire) dans les usines occupées du printemps 1936 » dans Thomas Bouchet, Stéphane Gacon, François Jarrige, François-Xavier Nérard et Xavier Vigna (eds.), La gamelle et l’outil : manger au travail en France et en Europe de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Nancy, Arbre bleu éditions, 2016,  p. 193‑206.

Porhel Vincent, « Les usages politiques du repas de grève dans les années 1968 : l’exemple de la Bretagne » dans Thomas Bouchet, Stéphane Gacon, François Jarrige, François-Xavier Nérard et Xavier Vigna (eds.), La gamelle et l’outil: manger au travail en France et en Europe de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Nancy, Arbre bleu éditions, 2016,  p. 281‑292.

Sirot Stéphane, « La pauvreté comme une parenthèse : survivre en grève du XIXe siècle à la Seconde Guerre mondiale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique,  avril 2007, no 101, p. 51‑64.

Alimentation en lutte

Repas collectif
Dans la maison des réfugiés, repas de soutien aux grévistes de la RATP du XIVe arrondissement de Paris

J’ai pris cette photo le 7 janvier 2020. Je participais à un déjeuner de soutien aux grévistes contre le projet de réforme des retraites.

On the 7th of January I joined a lunch in support to bus drivers who had been on strike since december 5th against the draft reform of the French pension system. More than 50 people, students, neighbours, yellow vests gathered in the Home for refugees bd Jourdan.

Les conducteurs de bus, tram, métro et RER de la région parisienne sont massivement en grève reconductible illimitée depuis le 5 décembre. Beaucoup de salariés espèrent que le blocage des transports qu’ils provoquent pèsera sur l’issue de ce conflit social majeur.

Aussi des gilets jaunes du XIVème arrondissement de Paris  et des étudiants en sciences sociales du campus Jourdan de l’ENS(où est situé le Centre Maurice Halbwachs) ont décidé d’organiser un déjeuner pour les soutenir.

Ce déjeuner a eu lieu dans la toute nouvelle Maison des réfugiés, ouverte cet été par la Ville de Paris et Emmaüs et qui se situe au 50 bd Jourdan – de l’autre côté de la rue pour les chercheurs et étudiants du Centre Maurice Halbwachs. Un lieu convivial et accueillant, où prendre un café, se poser avec un livre, faire sa lessive, ou se réunir.

Nous y avons trouvé des tables et des chaises pour cinquante personnes, des assiettes et des couverts pour tout le monde (des vrais, pas des jetables), une cuisine où réchauffer les plats et faire la vaisselle… Les Gilets jaunes avaient préparé un chili con carne, les étudiants de Jourdan un couscous végétarien (et au passage, hallal). Chacun est arrivé avec un peu d’entrée, de dessert ou de boissons. Tout était bien organisé: une table pour le sucré, une table pour le salé, une pour les boissons. il y avait même des pichets pour servir de l’eau à tout le monde – et du vin.

Les discours sont restés brefs. Nous avons mangé ensemble, en discutant avec des personnes que nous n’aurions pas croisées en d’autres circonstances. Et puis le temps de la lutte a repris le dessus, les grévistes RATP sont partis vite pour aller soutenir un collègue qui faisait face à une procédure disciplinaire.

Nous avons tous senti que ce moment de commensalité nous avait donné des forces, de l’élan, avait créé du lien entre nous.  Mais ce lien n’est pas né de nulle part: ce déjeuner a été possible parce que quelques gilets jaunes et étudiant.es de Jourdan ont passé du temps avec les agents RATP sur le piquet de grève du dépot de bus situé près de la Porte d’Orléans, dès 5 heures du matin. Il a été possible parce que des gens ont cuisiné d’énormes marmites, puis ont fait la vaisselle, rangé et nettoyé.

Et Martin Bruegel a immédiatement fait le parallèle avec ses archives…

photo d'une soupe communiste pour des grévistes ardoisiers
Une photo transmise par Martin Bruegel: Grève des ardoisiers de TRELAZE, soupe communiste, le réfectoire. 1913

Séminaire – Compte-rendu de la séance du 18 octobre 2019, par Sabine Megarbane

Estelle Fourat, « Les figures de l’adaptation alimentaire : formes d’autonomie sous contrainte alimentaire »

Estelle Fourat est post-doctorante en Sociologie à l’IRIS. Son travail, fruit d’un partenariat avec la Croix-Rouge française dans le cadre d’une recherche action, porte sur les représentations et l’usage de l’aide alimentaire chez les personnes migrantes primo-arrivantes en France. Cette recherche étudie les trajectoires alimentaires de primo-arrivants en France et rend compte, grâce à une méthode compréhensive fondée sur des entretiens mensuels auprès de quatre enquêté.e.s, et un travail d’ethnographie des usages de l’aide alimentaire par les enquêté.e.s ainsi que par les personnes migrantes présentes lors de distributions de repas à Paris.

Ce travail de recherche part du constat que les distributions alimentaires faites aux personnes migrantes génèrent de nombreux restes. La présence de ceux-ci contredit l’image simpliste d’individus affamés et met en avant une réalité plus complexe où, même en situation de précarité alimentaire, les individus expriment des préférences alimentaires. Manger n’est en effet pas seulement un besoin physiologique : les pratiques culinaires et gastronomiques sont également des marqueurs sociaux et culturels qui participent à la construction des liens sociaux et à l’apprentissage de normes.

Les entretiens réalisés ont permis à Estelle Fourat de distinguer quatre formes et modes d’adaptation à l’aide alimentaire se plaçant sur un spectre allant de la dépendance totale à l’autonomie totale par rapport à celle-ci. Les variables agissant quant au niveau de dépendance des individus par rapport à l’aide alimentaire sont liées, pour Estelle Fourat, au statut administratif de la personne – selon qu’ elle est présente en situation régulière ou irrégulière sur le territoire -, la densité du réseau social – les proches, parents, mais également médecins, bénévoles, assistant.e social.e –, le niveau d’insertion dans le travail non salarié et le type d’hébergement – et par extension les équipements dont disposent ou non les individus pour cuisiner. Les quatre « figures » ne représentent pas des idéaux-types mais rendent plutôt compte des effets provoqués par les variables précédemment évoquées dans la capacité d’adaptation alimentaire des individus en situation de migration.

Enfin, les conclusions d’Estelle Fourat dans le cadre de ce partenariat en recherche-action l’amènent à plaider pour une aide alimentaire moins diversifiée mais plus riche en produits de base, ainsi que pour la distribution de condiments permettant de retrouver les saveurs culinaires des pays quittés ; en outre, il serait souhaitable de permettre aux individus d’avoir une plus grande liberté et autonomie dans leurs choix alimentaires en leur donnant par exemple directement accès à des lieux d’achat de denrées alimentaires.

Compte-rendu réalisé par Sabine MEGABARNE, octobre 2019

Soutenance de thèse samedi 12 octobre : Faire bon poids, bonne figure. Sociologie des suivis diététiques en libéral

Je suis très heureux de vous annoncer la soutenance de ma thèse intitulée :

Faire bon poids, bonne figure.
Sociologie des suivis diététiques en libéral

préparée sous la direction de Marie Jaisson et Anne Lhuissier

Samedi 12 octobre 2019 à 14h00
ENS campus Jourdan, 48 bd Jourdan 75014 Paris, salle R2-02


 Ce travail de thèse est consacré aux suivis diététiques en libéral. Il repose sur une enquête qualitative qui associe entretiens, avec des praticiens et des patients, et observations de consultations diététiques. Nous nous attachons dans un premier temps à caractériser les trajectoires, positions sociales et conditions de travail des enquêtés diététiciennes et diététiciens. Dans un second temps, la thèse analyse le déroulement des consultations et des suivis, du point de vue des praticiens et de leurs patients. Alors qu’ils sont principalement formés à l’administration de régimes thérapeutiques ou de rations équilibrées, les praticiens libéraux, confrontés à des patients sains désirant maigrir, doivent adapter leurs recommandations aux attentes de leurs patients. Continuer la lecture de « Soutenance de thèse samedi 12 octobre : Faire bon poids, bonne figure. Sociologie des suivis diététiques en libéral »

Paru! « Meal times and synchronization: A cross-metropolitan comparison between Santiago (Chile) and Paris (France) »

Cet article est la première publication d’un projet comparatif entre la France et le Chili sur les rythmes et la synchronisation des repas, financé par le programme ECOS-Chili:  http://www.univ-paris13.fr/cofecub-ecos/ecos-sud.  Il est issu de la collaboration entre plusieurs équipes françaises et chiliennes. Il s’appuie sur les données de la cohorte SIRS (Santé, Inégalités et Ruptures Sociales) pour la France  et de la Encuesta de Comensalidad en Adultos de la Región Metropolitana pour le Chili.

https://doi.org/10.1016/j.soscij.2019.02.007

Cet article étudie la dimension temporelle des repas. Plus précisément, il compare les horaires de repas et leurs déterminants sociaux dans deux métropoles, Santiago (Chili) et Paris (France). Le matériel empirique est tiré de deux sources de données comparables: Encuesta de Comensalidad en Adultos de la Región Metropolitana (Santiago, Chili) et Santé, Inégalités et Ruptures Sociales (Paris, France). La recherche met en évidence les similitudes et les disparités entre Santiago et Paris en ce qui concerne les horaires et la synchronisation des repas. Les deux métropoles partagent un schéma similaire marqué par trois pics majeurs répartis au cours de la journée, qui correspondent au petit-déjeuner, au déjeuner et au dîner. Que ce soit à Santiago ou à Paris, le déjeuner est plus synchronisé que le dîner, pour des raisons liées aux rythmes professionnels et scolaires. Le dîner, cependant, démontre un important effort de coordination en faveur de la famille. Cette comparaison met également en évidence d’importantes disparités entre les deux métropoles en ce qui concerne les horaires des repas, l’amplitude de la synchronisation et les caractéristiques sociodémographiques qui expriment un rapport différent à la nourriture et aux normes alimentaires: négocié à Santiago et rigide à Paris. Ces différences ne concernent pas seulement les besoins nutritionnels (contenu, fréquence, rythme des repas, lieu et convivialité), mais aussi les finalités familiales et éducatives. Ils expriment des normes culturelles en matière d’alimentation et de consommation en fonction des organisations économiques et du niveau de développement.

This paper investigates the temporal dimension of meals. Specifically, it compares mealschedules and their social determinants in two metropolises, Santiago (Chile) and Paris(France). Our empirical material is drawn from two comparable data sources: Encuesta deComensalidad en Adultos de la Región Metropolitana (Santiago, Chile) and Santé, Inégalitéset Ruptures Sociales (Paris, France). Our research highlights cross-metropolitan similari-ties and disparities between Santiago and Paris regarding meal times and synchronization.Both metropolises share a similar and marked three-meal pattern. Three major peaks dis-tributed throughout the day correspond to breakfast, lunch, and dinner. Both in Santiago andParis, lunch is more synchronized than dinner, for reasons pertaining to professional andschool rhythms. Dinner, however, demonstrates an important coordination effort towardsthe synchronization of social time within the family. However, this comparison also high-lights important disparities between the two metropolises regarding meal schedules, theamplitude of synchronization, and sociodemographic patterns that express a differentrelationship to food and eating norms: negotiated in Santiago and rigid in Paris. These dif-ferences not only refer to nutritional requirements (content, frequency, pace of the meals,place and commensality) but also to familial and educational purposes. They express cul-tural norms regarding food and eating according to economic organizations and level ofdevelopment.

Paru ! N° spécial « Normes sociales et socialisation alimentaires »

Un dossier de la Revue des politiques sociales et familiales, n° 129-130

Le dossier a été coordonné par Anne Unterreiner et Frédérique Chave. Il est paru en juillet 2019. Les articles sont accessibles en ligne.

Les membres de Solal ont contribué avec plusieurs articles: Continuer la lecture de « Paru ! N° spécial « Normes sociales et socialisation alimentaires » »

Le CNRS produit un guide pour la protection des données en SHS

Le CNRS – j’aimerais vous dire qui au CNRS mais il n’y a pas de nom d’auteur – a produit cet été un guide pour l’application du règlement européen sur la protection des données européennes (RGPD) en SHS.

Le RGPD est entré en vigueur en mai 2018. Comprendre ce qu’il implique pour la recherche en sciences sociales est un casse-tête! je vous donnais quelques pistes dans ce billet.

Le guide du CNRS fait 36 pages, il m’a paru clair et concret. Il rappelle les définitions et les principes de la loi et décrit ce que nous devons faire. En particulier sa dernière annexe liste les différents cas de figures (données anonymes, personnelles, personnelles et sensibles) et les précautions à prendre. Il est disponible ici: https://www.inshs.cnrs.fr/sites/institut_inshs/files/pdf/guide-rgpd_2.pdf.

Il sera bien utile à celles et ceux qui réalisent des enquêtes par entretiens et par questionnaires. Il est essentiel de s’interroger sur la façon dont on va traiter les données personnelles avant de commencer tout traitement, même lorsqu’on pense que les données recueillies seront « anonymes » – car la définition de données anonymes au sens de RGPD est assez exigeante.

En revanche, je déplore qu’il laisse entièrement sous silence la question des enquêtes ethnographiques, par immersion sur le terrain. Ce problème sera particulièrement délicat sur le terrain ou l’objet de recherche amène à collecter des données sensibles (santé, opinions politiques, appartenance religieuse… le genre de sujet qui passionne les sociologues!). Il ne faut pas se cacher derrière notre petit doigt: peu d’enquêtes ethnographiques peuvent être considérées comme anonymes sauf à enquêter dans un lieu public (pour rappel une enquête qui permet la réidentification des personnes, y compris par elles-mêmes, n’est pas anonyme).

Pour l’instant, de mon point de vue, il existe deux solutions :

– une interprétation de la loi à la faveur de l’ethnographe, selon laquelle un carnet de terrain (tenu selon un principe chronologique, recueillant des informations sans caractère systématique) n’est pas un « traitement de données »: est-ce qu’une telle interprétation est juridiquement défendable? il faudrait regarder des vrais carnets de terrain, papier et numériques, pour trancher;

– surtout si des données sensibles sont collectées, la demande de dérogation auprès de la CNIL, pour réaliser une enquête sans passer par le consentement des enquêtés, tout en garantissant la sécurité des données ainsi collectées et l’anonymat des publications qui en sont tirées. C’est plus long.

Avez-vous réalisé des enquêtes ethnographiques validées par le ou la délégué.e à la protection de données de votre institution? votre expérience m’intéresse !

J’en profite pour vous rappeler la CNIL a ouvert jusqu’au 30 septembre 2019 une consultation sur l’application du RGPD à la recherche ! Ethnographes, anthropologues, qualitativistes de tout poil, unissez-vous !