De nombreuses soutenances parmi les membres de Solal en 2019 et 2020

 

Cinq thèses et une habilitation à diriger des recherches ont été soutenues sur l’année universitaire 2019-2020  et viennent enrichir le spectre des travaux menés au sein de Solal 

Cinq thèses ont été soutenues entre décembre 2019 et décembre 2020

Flore Guyot a obtenu le 22 décembre 2020 son titre de docteur en histoire à l’Université catholique de Louvain en soutenant sa thèse intitulée « Action publique et sécurité alimentaire en Belgique (1830-1900) ».

Coline Ferrant a soutenu le 17 décembre 2020 sa thèse intitulée «L’alimentation dans la vie quotidienne d’habitants de Paris et de Chicago » et menée en co-tutelle entre Sc.Po Paris et Northwestern University, sous la direction de Marco Oberti (Sc. Po) et Gary Fine (Northwestern University). 

Etienne Bard a soutenu le 12 octobre 2019 sa thèse intitulée « Faire bon poids, bonne figure. Sociologie des suivis diététiques en libéral », sous la co-direction de Marie Jaisson (Paris 13) et de Anne Lhuissier (INRAE).

Sonia Bouima a soutenu  le 3 juillet 2019 sa thèse intitulée « Manger et cuisiner ensemble pour’ bien-vieillir’ ? Quand l’action sociale donne corps aux recommandations officielles » (Université Paris-Saclay préparée à AgroParisTech).

Le jury:

  • Beatrice Maurines (MCF HDR Lyon 2), rapporteure
  •  Vincent Caradec (Pr, Lille) rapporteur
  • Maryse Bresson (Pr, UVSQ), présidente du jury
  •  Séverine Goajrd (DR, INRAE), directrice de thèse 
  • Maxime Michaud (Centre de recherche institut paul bocuse),  co-encadrant

Le résumé: 

La sociabilité alimentaire des personnes âgées vivant à leur domicile constitue aujourd’hui un enjeu de santé publique porté non seulement par les pouvoirs publics français, mais aussi par une partie de la société civile qui contribue à lui donner corps. Depuis le début des années 2000 en France, on assiste en effet à une multiplication d’initiatives locales se servant de l’alimentation partagée comme levier d’action pour « bien-vieillir ». Les structures qui les portent partagent souvent les mêmes objectifs. D’une part, il s’agit de lutter contre la dénutrition des personnes âgées, d’autre part, de les prémunir contre l’isolement et la solitude ; autant de « risques » généralement associés à cette population. La convivialité et le plaisir que sont supposés apporter la préparation et/ou la consommation collectives du repas sont ainsi devenus, en l’espace de quelques années seulement, l’un des modes d’intervention privilégiés des acteurs oeuvrant en faveur du « bien-vieillir ». L’objectif scientifique de cette thèse est d’analyser la mise en application à un niveau local des préconisations nationales en ce qui concerne l’alimentation des personnes âgées vivant à leur domicile. Elle s’appuie pour cela sur l’analyse des discours émis par les acteurs de terrain intervenant en direction de cette population, ainsi que sur la description et la comparaison de trois structures proposant chacune un atelier culinaire et un repas partagé associé. Cette recherche, qui repose sur une approche ethnographique, nous amène ainsi à saisir les logiques d’action des différentes parties prenantes aux dispositifs (participants, animateurs professionnels et bénévoles, financeurs) ainsi que leurs interactions autour de cet espace de négociation que constitue l’alimentation partagée en contexte d’intervention sociale et au-delà. Dans des contextes marqués par une plus ou moins forte stratification sociale, les sociabilités alimentaires constituent le support d’une reproduction, après la retraite, des rôles sociaux d’avant la retraite. En effet, ce sont les retraités des catégories supérieures qui fixent les normes alimentaires (composition des menus, répartition des tâches et des responsabilités, ordre de service et de consommation, horaires, etc.) et les font appliquer. L’examen de cas où des participants dévient – volontairement ou non – de ces normes nutritionnelles et sociales permet ainsi d’en révéler le contenu exact ainsi que leurs modalités d’appropriation.

sonia.bouima@gmail.com

Agathe Zuddas a soutenu le 18 décembre 2019 sa thèse intitulée « Vieillir et se nourrir. Dynamiques des pratiques alimentaires en foyer-logement », sous la direction de Philippe Cardon et Vincent Caradec (Université de Lille)
Agathe Zuddas defended on December 18, 2019 her PhD dissertation entitled « Ageing and eating : food practices’ dynamics in elderly homes », under the supervision of Philippe Cardon and Vincent Caradec (Université de Lille)

Le jury était composé des membres suivants:

  • François Aubry, Professeur, Université du Québec en Outaouais, Examinateur
  • Vincent Caradec, Professeur, Université de Lille, Co-Directeur
  • Philippe Cardon, Maître de Conférences HDR, Université de Lille, Co-Directeur
  • Mme Séverine Gojard, Directrice de Recherche, INRA, Rapporteur
  • Mme Laurence Ossipow, Professeure, Haute école de travail social de Genève, Examinatrice
  • M. Alain Thalineau, Professeur, Université de Tours, Rapporteur

Résumé
Dans un contexte général de réduction des dépenses publiques en termes d’aides sociales et de soins médicaux aux vieilles personnes, l’alimentation des personnes âgées porte la responsabilité de les aider à « bien vieillir » selon qu’elle est plus ou moins conforme aux recommandations nutritionnelles des politiques publiques de santé. Ainsi les logements-foyers, destinés aux vieilles personnes dites « autonomes », proposent des logements privés assortis de services, dont les plus répandus sont la restauration collective et les aides à l’approvisionnement.
Cette recherche s’intéresse aux évolutions des pratiques alimentaires des personnes résidant en logement-foyer, au fil de leur avancée en âge dans ces établissements. Elle pose la question des effets de ce contexte spécifique, sur l’ensemble des dimensions des pratiques alimentaires. Plus particulièrement, elle pose trois hypothèses : d’une part, le contexte des logements-foyers a un effet propre sur les pratiques alimentaires parce qu’il propose des supports dont les personnes peuvent se saisir au fur et à mesure que des difficultés liées à l’âge apparaissent. D’autre part, ce contexte affecte de manière spécifique les pratiques alimentaires des résidents du fait que les professionnels s’appuient sur l’alimentation pour transmettre et diffuser des normes de santé publique sur les questions de vieillissement. Enfin, les inégalités des parcours biographiques et de contextes de vie présents des résidents font varier leurs possibilités de saisir les ressources présentes dans leur environnement institutionnel de vie, afin de maintenir leurs pratiques alimentaires.
L’enquête de terrain a duré six mois en tout, permettant de collecter une trentaine d’entretiens semi-directifs avec des résidents, des photographies de leurs cuisines, une dizaine d’entretiens avec des employés des logements-foyers, une vingtaine de journées d’observation et d’observation participante dans les espaces collectifs. Elle a porté sur les pratiques alimentaires des personnes, les caractéristiques individuelles, leurs vies quotidiennes et les spécificités concrètes du contexte des logements-foyers.
Les résultats sont organisés autour de trois enjeux principaux liés aux pratiques alimentaires des résidents des logements-foyers. Le premier enjeu est celui d’une tension entre l’autonomie fonctionnelle et l’indépendance décisionnelle des résidents. L’institution ne peut maintenir son statut que si ses résidents se maintiennent en autonomie fonctionnelle. De ce fait, elle surveille les états de santé des résidents, tandis que ces derniers développent diverses stratégies face à cette surveillance, entre résistance et soumission. Le deuxième enjeu porte sur la lutte contre l’isolement, pensé comme vecteur d’un mal vieillir, les politiques publiques de santé considérant l’alimentation comme un vecteur d’intégration sociale privilégié. L’analyse montre que si les logements-foyers mettent en œuvre des stratégies pour atteindre cet objectif, de leurs côtés, les résidents réagissent diversement à ces tentatives, mais développent leurs propres manières d’utiliser l’alimentation et les pratiques alimentaires pour créer ou maintenir des liens sociaux de divers ordres, des liens faibles aux plus électifs. Le dernier chapitre démontre que les pratiques alimentaires évoluent en fonction du contexte de chaque personne au fil de son vieillissement. Si l’autonomie est la préoccupation majeure des politiques de santé, pour les vieilles personnes, leur identité représente un enjeu plus crucial. Il s’agit pour elles de décider de leurs pratiques alimentaires, malgré les contraintes liées à leur avancée en page et leur contexte de vie, en adéquation avec le travail d’ajustement identitaire que constitue l’emménagement en logement-foyer.

Abstract :
In a general context of reducing public spending on social assistance and medical care for elderly people, the elderly’s diet bears the responsibility of helping them “age well”. depending on whether it is more or less consistent with the nutritional recommendations of public health policies. Homes, for example, for so-called “independent” older people, offer private dwellings with services, the most common of which are collective catering and supply aids.
This research focuses on changes in the dietary practices of people living in residential dwellings as they age in these establishments. It raises the question of the effects of this specific context on all dimensions of food practices. In particular, it makes three assumptions: on the one hand, the housing context-It has a specific effect on food practices because it offers supports that people can grasp as age-related difficulties arise. On the other hand, this context specifically affects the dietary practices of residents as professionals rely on food to transmit and disseminate public health standards on food-related issues. aging.
Finally, the inequalities in the life histories and contexts of the residents vary their opportunities to grasp the resources present in their institutional living environment, to maintain their food practices.
The field survey lasted a total of six months, collecting about 30 semi-directional interviews with residents, photographs of their kitchens, about 10 interviews with employees of thehomes, about twenty days of observation and observation participating in the collective spaces. It focused on people’s dietary practices, individual characteristics, their daily lives and the concrete specificities of the housing-home context.
The results are organized around three main issues related to the dietary practices of residents of residential dwellings. The first issue is the tension between functional autonomy and the decision-making independence of residents. The institution can only maintain its status if its residents maintain their functional autonomy. As a result, it monitors the health status of residents, while residents develop various strategies for monitoring, between resistance and submission. The second challenge concerns the fight against isolation, thought of as a vector of an ageing disease, public health policies considering food as a privileged vector of social integration.
The analysis shows that while households implement strategies to achieve this goal, residents respond to these attempts in a variety of ways. but develop their own ways of using food and food practices to create or maintain social connections of various kinds, from weak to more elective. The final chapter shows that food practices change with each person’s context as they age. While autonomy is the main concern of health policies, for older people, their identity is a more crucial issue.
For them, it is a matter of deciding on their food practices, in spite of the constraints related to their progress on the page and their life context, in line with the work of identity adjustment that constitutes moving into a dwelling-home.

agathezuddas@gmail.com

 

*******

Une habilitation à diriger des recherches:

Anne Lhuissier a soutenu le 4 septembre 2020 une habilitation à diriger des recherches intitulée «Institutions du repas : Pratiques, réforme, connaissance (fin XIXe – fin XXe siècle)» (Nicolas Hatzfeld, université d’Evry, garant) .On September 4, 2020, Anne Lhuissier defended her habilitation à diriger des recherches entitled « Institutions of the Meal: Practices, Reform, Knowledge (late 19th – late 20th century) » (Nicolas Hatzfeld, University of Evry, supervisor)

Le jury était composé des membres suivants:

Nicolas Hatzfeld, Professeur, Université d’Evry Val d’Essonne, (garant),
Marie-Emmanuelle Chessel, Directrice de recherches, CNRS,
Muriel Darmon, Directrice de recherche, CNRS,
Marie Jaisson, Professeure, Université Sorbonne Paris Nord,
Laurence Ossipow, Professeure, Haute École de travail social et de la santé, Lausanne,
Peter Scholliers, Professeur, Université libre de Bruxelles,
Christian Topalov, Directeur de recherche, CNRS, Directeur d’études, EHESS.

La table des matières et le chapitre introductif du mémoire inédit qui porte sur «Le budget et la ration. Maurice Halbwachs et la quantification alimentaire (1907-1937)» se trouvent ici.

anne.lhuissier@inrae.fr

*******

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.