Soutenance de thèse de Coline Ferrant: save the date!

Coline Ferrant soutiendra le 17 décembre 2020 sa thèse intitulée «L’alimentation dans la vie quotidienne d’habitants de Paris et de Chicago » et menée en co-tutelle entre Sc.Po Paris et Northwestern University, sous la direction de Marco Oberti (Sc. Po) et Gary Fine (Northwestern University).

Coline Ferrant will defend on December 17, 2020 her PhD Dissertation, conducted in co-supervision between Sc.Po Paris and Northwestern University. The thesis is entitled  « Food in the Lives of Paris and Chicago Residents », under the supervision of Marco Oberti (Sc.Po) and Gary Fine (Northwestern University).

Elle sera soutenue devant le jury suivant:
Talja Blokland, Professor, Humboldt-Universität zu Berlin (rapporteur)
Philippe Cardon, Maître de conférences (HDR), Université de Lille (rapporteur)
Gary Alan Fine, James E. Johnson Professor of Sociology, Northwestern University (co-directeur)
Robert Launay, Professor, Northwestern UniversityMarco Oberti, Professeur des Universités, Sciences Po (co-directeur)
Michael Rodríguez-Muñiz, Assistant Professor, Northwestern University

Résumé

La thèse porte sur les jugements et les pratiques relatifs à l’alimentation, en considérant la stratification sociale et spatiale des contextes de vie. Les terrains d’enquête sont Paris et Chicago. La méthode est ethnographique et contextuelle. The dissertation’s topic is the creation of quotidian judgements and practices related to food, amid the enduring social and spatial stratification of everyday life. The sites are two large and diverse cities: Paris and Chicago. The method is ethnographic and contextual. [lire la suite]

Le premier chapitre analyse les goûts et les pratiques culinaires des immigrés de première et de deuxième génération à Paris et à Chicago. Ils partagent un goût pour les produits frais, créent des pratiques culinaires qu’ils qualifient de simples et identifient des points communs et des singularités entre cuisines. Ils redéfinissent ainsi « la bonne alimentation quotidienne » comme de la cuisine simple fondée sur des produits frais.

Le deuxième chapitre étudie l’accès à l’alimentation et les pratiques d’approvisionnement d’habitants de quartiers mixtes de la métropole parisienne. Les immigrés de première et de deuxième génération perçoivent la métropole comme un environnement riche et varié et associent la mobilité à l’auto-efficacité ; leur approvisionnement s’étend sur la métropole. Les natifs perçoivent leur quartier comme déficient et construisent une valeur morale de proximité ; leur approvisionnement se centre sur leur quartier.

Le troisième chapitre s’intéresse aux pratiques de jet de pain rassis dans deux contextes urbains français. Dans les cités, la plupart des habitants le mettent à la poubelle, d’autres le suspendent aux grilles et d’autres le jettent par terre. Dans les quartiers centraux, tous les habitants le mettent à la poubelle. Ceci s’explique par trois caractéristiques de l’urbanité des cités : des espaces inutilisés, un sentiment de pessimisme communal et une opposition binaire entre communalité et aliénation.


Abstract

Chapter 1 documents the dietary tastes and culinary practices of first- and second-generation immigrants in Paris and Chicago. They share a taste for freshness and naturalness, craft quotidian culinary practices qualified as simple, and appreciate commonalities and singularities between the various cuisines they have known. Theoretically, they recraft their judgement of the good quotidian diet as simple cooking using fresh produce.

Chapter 2 studies food access and acquisition in mixed neighborhoods in Paris. First- and second-generation immigrants perceive the metropolis as a rich and diverse food environment, endow mobility with self-efficacy, and craft metropolis-wide acquisition practices. Natives perceive their neighborhood as a food-deficient environment, construct proximity as a moral value, and craft neighborhood-centric acquisition practices.

Chapter 3 inquires into stale bread disposal practices in two French urban contexts: cités and villes. In cités, most residents toss stale bread in the garbage, others hang it in plastic bags on railings, and others litter it. In villes, all residents toss bread in the garbage. This is explained by differences in urbanity – specifically, three characteristics of cités: unused spaces (called edge spaces), a sentiment of communal pessimism, and a binary opposition of communality vs. estrangement in perceptions of spaces, uses of spaces, and interactions.

coline.ferrant@sciencespo.fr

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.