Soutenance de Flore Guiot

Flore Guiot, qui était notre pensionnaire pendant trois mois en début 2019, a obtenu son titre de docteur en histoire à l’Université catholique de Louvain avec une thèse intitulée “Action publique et sécurité alimentaire en Belgique (1830-1900)”. Le matin du 22 décembre 2020, elle a d’abord brillamment défendu sa thèse Action publique et sécurité alimentaire en Belgique (1830-1900) devant le jury (la défense privée selon les règles belges), puis elle l’a soutenue avec brio devant le grand public l’après-midi (la soutenance publique). Le jury a tenu à présenter ses félicitations à Flore Guiot pour un travail neuf, solide et bien mené.


La qualité de l’alimentation est une préoccupation majeure de notre société et sa supervision est devenue une responsabilité gouvernementale élémentaire. Cette situation est héritière d’évolutions qui se sont opérées au XIXe siècle.

L’objectif de cette thèse est de comprendre ce qui a déterminé les gouvernants, et plus particulièrement l’État belge, à apporter des réponses à certains problèmes générateurs d’insécurité alimentaire entre 1830 et 1900. Par quel(s) processus un problème est-il pris en charge par le développement de politiques publiques ? De quelle manière les limites de l’action publique se (re)définissent-elles ? Quels sont les facteurs influençant les modalités de l’intervention ?

Le renouvellement de l’action publique est le résultat de la mobilisation d’acteurs divers, mus par des intérêts multiples dont la thèse retrace toute la complexité. Une attention soutenue est également prêtée à la temporalité de l’action. Les crises – économiques, sociales et sanitaires – qui jalonnent la période correspondent à des moments de cristallisation des tensions, ce qui en fait des instants privilégiés de prise de décision.

Action publique et sécurité alimentaire met en lumière les dynamiques qui sous-tendent la construction des normes, mais également leur traduction institutionnelle. La transformation de certaines questions en domaines d’action et la mise en place de nouveaux instruments de gouvernance sont examinées comme le reflet des mutations du rôle de l’État belge au 19e siècle.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.