Quelques mots sur la thèse… d’Erwin FLAUREAU

Erwin Flaureau mène une thèse intitulée “Éprouver l’attachement. La carrière morale des bénévoles maraudeurs parisiens”. Après une présentation au séminaire Sciences sociales et alimentation, il a bien voulu répondre à quelques questions pour présenter par écrit son travail.

Pourrais-tu nous résumer ton objet d’étude et ses enjeux ? Raconte-nous également l’origine de ton intérêt pour cette question.

Dans le cadre de mon doctorat en sociologie je m’intéresse aux différentes manières dont les bénévoles conçoivent l’aide qu’ils apportent aux sans-abri lors des maraudes. Si l’ensemble des maraudeuses et maraudeurs rencontrés au cours de l’enquête partagent un intérêt pour mener une action altruiste et valorisent la sollicitude (Tronto, 1993) auprès des personnes à la rue, ils produisent en même temps un lien qui souvent se caractérise par un déni de reconnaissance ou un défaut de protection. Dans la rencontre, les sans-abri reprochent en effet aux bénévoles de ne pouvoir réellement compter pour ou compter sur celles et ceux qui viennent leur rendre visite sur leur lieu de vie. Ainsi, il s’agit de comprendre comment se fait-il qu’alors que les bénévoles agissent de manière solidaire auprès des sans-abri, ils et elles produisent en même temps des liens qui oppressent ou qui fragilisent (Paugam, 2017) ?

Les recherches en sociologie montrent que si l’alimentation des sans-abri se situe entre les versants de l’autonomie et de la dépendance (Amistani et Terrolle, 2008), ils ne sont pas en mesure de choisir leur alimentation du fait de leur soumission aux logiques sociales de domination (Gaboriau et Terrolle, 2003). Dans ce contexte, l’aide d’urgence alimentaire revêt une forme dégradée de sécurisation alimentaire (Retière, 2018).

Dans le prolongement de ces travaux, l’enjeu de ma recherche est d’expliquer les fondements sociaux de l’alimentation des pauvres qui font que l’expression de la réception de l’aide par les sans-abri occupe une place marginale chez les maraudeurs et les maraudeuses bénévoles.

Ce sujet m’est apparu lors de mon Master lorsque j’ai intégré une maraude paroissiale par le biais d’un partenariat entre l’Ouscipo1 et une association reconnue d’utilité publique qui était en charge de la coordination des maraudes dans les arrondissements de l’ouest de Paris. Au cours des premières maraudes, j’ai pu observer des tensions entre certains bénévoles concernant l’apport ou non de sandwichs aux personnes de la rue. Les uns valorisaient l’importance de donner un soutien alimentaire aux personnes qui font l’épreuve d’une grande précarité, tandis que les autres considéraient que cet acte ancrait les personnes dans la dépendance et suscitait une image stigmatisante d’elles-mêmes.

1 L’“ouvroir de sciences sociales potentielles” de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (Ouscipo) met en place des partenariats de recherche entre des étudiants, des chercheurs et des acteurs de la société civile.

Concernant la réalisation concrète, quelles ont été tes méthodes ? Comment le « terrain » s’est-il déroulé ? Les défis qui se sont présentés à toi et les aménagements éventuels ?

Pour réaliser mon enquête, je me suis orienté vers la méthode ethnographique. D’abord, lors des maraudes, je m’intéressais particulièrement aux manières dont les bénévoles abordaient les sans-abri et interagissaient avec eux, en prenant soin de restituer leurs postures, la dynamique des conversations, la durée des interactions, le rapport à l’hygiène et les denrées matérielles qui étaient apportées ou non. Ensuite, il me semblait également important de rester attentif aux moments de coulisses au cours desquels les bénévoles débriefaient sur les rencontres qui venaient de se faire et réfléchissaient collectivement sur les ajustements qu’il faudrait mettre en place. Enfin, il était nécessaire pour moi de suivre les bénévoles dans leur engagement et ce, au-delà du seul cadre des maraudes. Ainsi, j’ai pu les observer lors des réunions de coordinations inter maraudes, des formations auxquelles ils allaient mais aussi aux divers événements qu’ils pouvaient organiser dans le prolongement des maraudes comme des soirées entre bénévoles, le ramadan ou bien des retraites en monastère.

En parallèle de ces observations participantes, j’ai également mené des entretiens semi-directifs avec les bénévoles avec qui j’avais pu marauder. Il s’agissait d’une part d’obtenir des éléments relatifs à la trajectoire sociale des bénévoles, leur style de vie et par quel processus ils s’étaient engagés dans la maraude. D’autre part, les entretiens furent l’occasion d’aborder leur expérience vécue de la maraude et d’identifier le processus par lequel les bénévoles ont changé la manière de se représenter les sans-abri mais également eux-mêmes.

J’ai reproduit cette approche pour chacune des neuf maraudes bénévoles que j’ai pu intégrer au cours de mon master et de ma thèse entre 2015 et 2019. J’ai d’abord commencé par trois maraudes paroissiales dans le XVe arrondissement. Puis, par le biais du réseau de certains bénévoles, j’ai pu accéder au début de ma thèse à d’autres maraudes paroissiales dans les XVIe, VIIe et XIIIe arrondissements. Mon objectif était à ce moment-là de compléter les matériaux obtenus lors de mon master auprès d’une population appartenant aux catégories supérieures. J’ai ainsi pu m’entretenir avec des magistrats, des officiers généraux, des avocats, des cadres supérieurs du privé et des directeurs de grandes entreprises. En parallèle, il s’agissait d’accéder à des maraudeurs appartenant davantage aux catégories populaires et moyennes. Je me suis donc orienté vers des associations présentes en Seine-Saint-Denis par l’intermédiaire de deux doctorants qui entretenaient des liens avec les responsables de ces différentes maraudes. Cela m’a permis d’observer la pratique et de m’entretenir avec des ouvriers, des chauffeurs-livreurs, des aides-soignantes et des jeunes issus des catégories populaires stables ou instables. Jusqu’à ce moment-là de mon enquête, j’avais principalement observé des bénévoles croyant et pratiquant, qu’ils soient musulmans ou catholiques. Afin de compléter les matériaux et de d’identifier ce qui relève dans la pratique d’une éthique religieuse ou non, j’ai alors intégré une dernière maraude bénévole, non-confessionnelle, dans le XIIe arrondissement de Paris.

Quels sont tes premiers résultats ou premières conclusions ?

Mes premiers résultats tendent d’abord à montrer qu’au sein de l’espace social des maraudes parisiennes, la production du lien social est polarisée entre l’apport de protection et l’apport de reconnaissance. Pour les bénévoles qui rejoignent des associations qui se situent vers le premier pôle, celui de l’urgence sociale, le pauvre est avant tout vu comme la victime d’un système structurel qui produit de l’exclusion. Face aux formes d’abandon du corps que produit la grande exclusion, l’urgence sociale vise à répondre à l’urgence des besoins matériels et médicaux. Pour les bénévoles qui se situent vers le second pôle, celui des défenseurs du travail de rue, l’essentiel est de « reconnaître la personne », de « chercher à produire du relationnel » pour faire advenir son humanité.

Ensuite, les informations et préférences qu’expriment les sans-abri sur la qualité du lien tissé avec les bénévoles occupent un rôle marginal au sein de l’agencement des activités et des significations qui composent la maraude. Du côté des bénévoles qui se situent vers le pôle de la protection, le temps et l’énergie consacrés à la recherche de denrées alimentaires, vestimentaires et des dispositifs de mise à l’abri, ainsi que la relation entretenue avec les acteurs permettant d’apporter protection aux sans-abri, font que les critiques que formulent les personnes à la rue quant au manque de reconnaissance des bénévoles ne trouvent que peu d’écho chez ses derniers. Du côté des bénévoles qui se situent vers le pôle de la reconnaissance, la forte attention accordée à la symétrie de la relation d’aide qui se veut amicale, empiète sur la capacité des bénévoles à apporter protection aux personnes de la rue.

Enfin, l’influence du goût de classe des bénévoles sur l’alimentation permet de comprendre l’occultation des besoins de protection ou de reconnaissance des sans-abri. En effet, si les pratiques alimentaires sont, tout comme les pratiques culturelles, de bons révélateurs de la position sociale (Grignon, Grignon, 1980) et que l’alimentation représente une frontière symbolique de classe (Lamont, 1992) alors on peut faire l’hypothèse qu’il en va de même pour le rapport des bénévoles à l’alimentation des sans-abri. Ainsi, alimenter ou non les pauvres est, tout comme le fait de manger, un moyen de maintenir l’image sociale que le groupe a de lui-même au regard des autres groupes sociaux et ce, au détriment de la qualité libératrice du lien ainsi tissé avec les sans-abri. Ainsi, la primauté que les bénévoles appartenant aux catégories populaires accordent à la dimension matérielle, au faire, au don matériel plutôt qu’à la conversation renvoi à un marqueur de distinction sociale et symbolique à l’encontre des assistés (Misset et Siblot, 2019). Au contraire, les bénévoles de catégories supérieures mettent davantage en avant la proximité relationnelle avec les sans-abri. Dans la pratique, ils ne fournissent que peu de denrées et se concentrent davantage sur l’avènement d’une relation amicale. Pour ces bénévoles, la « proximité » avec les pauvres renvoie à un marqueur de distinction sociale et symbolique vis-à-vis des riches réputés dans leur entre-soi et déconnectés des réalités matérielles du monde.

Dans quelles directions aimerais-tu poursuivre tes recherches ? Quels sont tes projets d’après-thèse ?

Après la thèse, je souhaiterai mobiliser une approche quantitative pour saisir la répartition des bénévoles selon leur conception de la relation d’aide, leurs dispositions et les associations dans lesquelles ils s’engagent. A l’aide de la passation d’un questionnaire, il s’agirait de vérifier une hypothèse qui ressort de mon travail mené en thèse : la répartition des bénévoles au sein de l’espace des maraudes ne se fait pas au hasard mais est notamment liée à leurs dispositions. Ainsi, il s’agirait à partir du traitement des données quantitatives de faire émerger les correspondances multiples entre les manières de marauder, les associations et les propriétés sociales des bénévoles. Cela me permettrait d’affiner les résultats obtenus à partir des matériaux ethnographiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.