Nouvelle soutenance à SOLAL (1/2)


Le jeudi 18 novembre a été marquée par la soutenance de la thèse en sociologie d’Angèle Fouquet et de l’habilitation à diriger des recherches en sociologie de Marie Plessz. Félicitations à toutes les deux ! 

La soutenance de thèse d’Angèle Fouquet, intitulée « Cohabiter en cuisine : le genre dans l’intégration conjugale alimentaire des jeunes adultes » s’est déroulée dans l’amphi Tisserand du centre Claude Bernard d’AgroParisTech.

Le jury était composé de :

Mme Céline BESSIERE, Professeure des universités, Université Paris Dauphine (rapporteur)

Marc BESSIN, Directeur de recherche, CNRS (EHESS) (rapporteur)

Philippe CARDON, Maître de conférences HDR, Université de Lille

Mme Séverine GOJARD, Directrice de recherche, INRAE (Centre Maurice Halbwachs) (directrice de thèse)

Mme Emmanuelle SANTELLI, Directrice de recherche, CNRS (Université Lumière Lyon 2).

Résumé : S’inspirant de travaux anglo-saxons, cette thèse décrit le processus d’« intégration conjugale alimentaire », c’est-à-dire de mise en commun de la gestion domestique et des représentations associées à l’alimentation chez les jeunes couples de jeunes adultes s’installant en cohabitation conjugale, et l’évolution des rapports conjugaux de genre au cours de cette étape. Elle questionne ce qu’est la construction conjugale, le rôle qu’y joue l’alimentation, ses spécificités chez les jeunes adultes et sa participation à la production du genre.

L’enquête a consisté en entretiens parfois réitérés auprès des deux partenaires de 26 couples hétérosexuels de jeunes adultes (18-30 ans), sans enfant et récemment installé·es en cohabitation. Elle était épaulée par des éléments de saisie concrète des pratiques (fiches biographiques, tickets de caisse et listes de courses récentes, observations).

L’analyse montre d’abord le caractère précoce, important et spécifique de l’alimentation dans l’ « intégration conjugale », du fait de la relative valorisation sociale de certaines activités alimentaires. L’ « intégration domestique alimentaire », qui désigne plus précisément la mise en commun routinisée des tâches domestiques de gestion alimentaire, est plus tardivement enclenchée, notamment par la cohabitation, au nom de différentes normes alimentaires de la conjugalité cohabitante. Ceci invite à tenir compte de l’effet de la valorisation sociale de l’activité considérée sur le rythme et la forme de son intégration conjugale, et à distinguer l’intégration des pratiques de celle des routines domestiques et des représentations.

Car l’analyse montre ensuite que la vie commune induit une socialisation conjugale alimentaire produisant un « nomos conjugal alimentaire », ou monde de représentations commun aux partenaires qui, chez les jeunes adultes, s’articule au processus de questionnement des pratiques alimentaires « adultes ».

Elle constate alors que la norme conjugale de délégation des activités domestiques conduit à la spécialisation progressive des partenaires. Sous l’impulsion égalitariste, cette spécialisation repose sur le « laisser-faire », donc sur les préférences, compétences et exigences, autrement dit sur la réactivation des savoir-faire et attentes incorporées au cours de socialisations antérieures, et de facto souvent genrées.

Après cette description du processus d’intégration conjugale alimentaire, l’analyse détaille l’ « ordre alimentaire genré » conjugal chez les jeunes adultes. Elle montre que les consommations alimentaires sont genrées (via les injonctions corporelles et de santé différenciées et le marquage genré des aliments) et que la cohabitation rapproche donc les alimentations au prix de spécialisations genrées dans les préoccupations. Elle constate ensuite des répartitions des tâches alimentaires moins caricaturales que les répartitions « traditionnelles », ce qui pourrait aussi bien traduire une évolution du genre qu’un effet de cycle familial. Alors, elle discute l’hypothèse de la « dégenrisation » de la cuisine chez les partenaires les plus impliqué·es.

Enfin, cette recherche explore comment le genre se développe dans l’alimentation selon la classe et l’âge. Elle montre que le degré de fusion alimentaire dépend de la position sociale du couple et de l’âge des partenaires, et que le genre consiste intrinsèquement en un rapport d’âge et de classe entre les partenaires. Ainsi, les implications d’hommes dans les tâches alimentaires sont souvent associées à de l’hypergamie d’origine, de diplôme ou de statut, et à un écart d’âge relativement faible.

Mots clés : alimentation ; genre ; couple ; cuisine ; famille

 

Abstract : Based on English speaking papers, this PhD dissertation describes the process of food conjugal integration, which means sharing food housework and norms within childless cohabitating couples of young adults. It also describes how gendered conjugal relationships develop during this process. It brings conjugal construction into question, as well as the part that food plays in it, its specific features among young adults and how it takes part in the production of gender.

Life-course interviews were made with both partners of 26 childless heterosexual couples of young adults (18-30), who recently moved in together. Biographical notices, purchase receipts and grocery lists were collected to supplement the interviews and to observ the daily practices.

The study first shows that « conjugal integration » begins earlier in the field of food activities than in other conjugal fields, because some foods tasks, like eating out, are socially valued. Sharing domestic foodwork begins later, in particular when the partners move in together, because living together goes together with new conjugal norms. Those findings supports previous sociological findings, but also implies to pay more attention to the social value of tasks when describing their conjugal integration, and to distinguish between conjugal integration of practices, conjugal integration of norms and change of routines.

The analysis later highlights that common life interlock a socializing process, creating what can be called a « conjugal nomos » regarding food, that is to say a world of common eating norms shared by the partners. Among young adults, this conjugal socializing process supports the recapture of parental and publics eating norms.

The analysis also proves that partners nowadays still share roles and tasks regarding domestic foodwork. Each partner specializes in some aspects of domestic foodwork. As a result of egalitarianism, the partners take account of their respective preferences, competences and requirements to share tasks, which they see as subjective, but which are in fact the product of previous gendered socializations.

After this description of the process of conjugal food integration, the analysis specifies the « conjugal gendered order » regarding food among young adults. It shows that food consumption is gendered (due to bodily and health gendered norms and to the gendering of certain kinds of food) and that cohabiting makes women fooding and men fooding more alike, but at the price of gendered worries and execution of tasks. However, the division of foodwork seems less caricatural than expected. This visible decrease of the « traditionnal » division of foodwork may mean the transformation of gender as well as the specificity of early stages of the family cycle. Last, the analysis looks at the assumption of the « degendering » of cooking.

Lastly, this research shows how gendered food conjugal practices depends on class and age. It shows that class and age affects how much the partners merge their eating habits, but also affects their reciprocal influence on their food consumpion and the division of foodwork. For instance, men who commit more in food tasks often have inferior degrees and working status or are younger than their partners.

Keywords : food ; gender ; couple ; cooking ; family

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.