La doctorante Carmen DREYSSE (CMH/CERIES) rejoint le groupe SOLAL

Carmen Dreysse rejoint le groupe de recherche Solal. Elle démarre une thèse en octobre 2021, sous la co-direction de Philippe Cardon (Ceries – Université de Lille) et de Anne Lhuissier (CMH – INRAE), sur le thème des « cuisines citoyennes ».

 

À quel type de structures et de projets renvoie cette expression ?

 L’expression de « cuisines citoyennes », volontairement large, permet d’englober un grand nombre de structures qui diffèrent de par les publics qu’elles ciblent et de par leurs modes de fonctionnement mais qui ont en commun de centrer leur activité autour d’un moment de cuisine participative suivi d’un repas partagé. La commensalité est, aux dires des personnes qui promeuvent ces cuisines, au service de la création de lien social, du partage de savoirs et de mixité sociale.

Ces structures prennent souvent en compte les niveaux de ressources des convives et proposent des tarifs dits solidaires, qui s’adaptent aux moyens de chacun·e ou encore un système de prix libre, qui permet de donner en fonction de ce que l’on peut mais aussi en fonction de ce que l’on estime être le juste prix. Cette attention portée aux inégalités socio-économiques se double d’une volonté, de développer des relations sociales non-marchandes. Certaines cantines se revendiquent du mouvement des tiers-lieux, d’autres de réflexions autour des communs urbains. L’ancrage politique et les filiations théoriques qui inspirent ces initiatives varient, de même que les réseaux militants dans lesquels elles s’insèrent. Certaines cantines populaires, que j’ai étudiées à Berlin pour mon mémoire de master, en particulier les « Volxküche », cuisines du peuple, ou les « Küche für alle », cuisines pour toustes, s’inscrivent dans une histoire pluridécennale de squats, de contre-projets culturels, d’utopies politiques. La question de la nourriture en commun est alors une façon assumée d’échapper au système capitaliste. Un slogan de cette gauche extra-parlementaire allemande qui résume bien cette approche est « Ohne Mampf kein Kampf » (« sans bouffe pas de lutte »). On comprend ainsi la variété du spectre des « cuisines citoyennes », puisque d’autres s’apparentent à des restaurants d’insertion qui visent à permettre à des publics vulnérables d’acquérir un certain nombre de compétences professionnelles.    Les interactions entre les promoteurs des cantines et d’autres acteurs de la société civile ou des entreprises éclairent la manière dont elles se positionnent dans l’espace social.

L’observation montre enfin que certaines structures ont recours à la cuisine avant tout comme un support : la commensalité permet de tisser et de renforcer les liens sociaux, travaillés également dans d’autres activités. 

Pour résumer, je propose de penser ces structures comme étant à la croisée de trois préoccupations : la sécurité alimentaire, ou son pendant la précarité alimentaire – les structures tendent alors à se rapprocher de formes traditionnelles d’aide alimentaire ; la création de lien social par la mise en place de lieux mixtes socialement, et la diffusion de normes alimentaires – les cuisines promouvant certains régimes (végétarien voire végétalien, sans-déchet) et d’autres manières de s’approvisionner (circuits courts, AMAP). Ainsi l’expression de cuisines citoyennes signale mon intérêt pour la façon dont ces cuisines participent à la production et à la transmission de normes et invitent à questionner la manière dont elles entendent être des institutions éduquant à l’environnement, à la santé, au vivre-ensemble. Ces questions d’éducation sont particulièrement prégnantes pour ce qui concerne les cantines s’adressant à des enfants mais sont également sous-jacentes de cuisines ouvertes aux adultes. 

 

Quest-ce qui vous a conduite à ce sujet ?

J’ai découvert les questions alimentaires par le biais d’un stage de recherche, sous la direction de Gwenn Pulliat, géographe au CNRS (ART-Dev, UMR 5281), auprès d’une équipe pluridisciplinaire, composée de géographes, d’urbanistes et de biologistes. Notre travail portait sur les enjeux de justice sociale autour de la vente de rue alimentaire à Montpellier, Hanoi, Bangkok et Chicago[1]. Outre l’évidente ouverture vers les questions alimentaires et son articulation avec une géographie critique, inspirée de travaux anglophones sur la justice alimentaire[2], ce stage m’a sensibilisée à une approche urbaine et centrée sur le territoire, qui entend mettre au jour les « paysages alimentaires » de la ville.

Mon approche se nourrit également de mes travaux et études à l’ENS de Lyon, notamment auprès de Christine Détrez, professeure des universités en sociologie (Centre Max Weber, UMR 5283) sur les dynamiques de genre, les enjeux de socialisation et d’interaction, que j’entends ici analyser dans le quotidien de mouvements sociaux. Qui fait la cuisine dans l’espace militant ? Les travaux de sociologie ont souligné la répartition genrée des rôles domestiques dans le foyer familial et il existe également des travaux sur les professionnel les de la restauration mais quid des formes de care dans les mobilisations ? Lorsqu’on lit la littérature scientifique sur les occupations d’usines ou d’université, peu de recherches sont consacrées à comprendre la manière pratique dont les personnes investies ont pu assurer un quotidien, ancrer leur révolte dans une forme de pérennité qui lie critique théorique et praxis, la pratique d’organisation matérielle du quotidien devenant une démonstration par l’exemple qu’un autre monde est possible. Cette question de la construction d’une utopie est centrale lorsque l’on se penche sur des cantines auto-proclamées contestataires mais elle parcourt aussi des initiatives en apparence moins oppositionnelles. Ainsi je pense la thèse comme une ethnographie de l’ordinaire du politique.

 

Cet intérêt pour l’alimentation est resté pendant ma dernière année de master, pendant laquelle j’ai réalisé un mémoire de recherche sur les cantines populaires, année qui a coïncidé avec la pandémie du COVID-19. Les crises dont elle a accouché ont alors ré-éclairé des enjeux fondamentaux de vulnérabilité, qui sont au cœur du projet des cantines. L’exemple des étudiant·es est frappant : non seulement ils et elles sont un certain nombre à avoir perdu leur emploi et donc à avoir vécu une situation de pauvreté et de précarité alimentaire, qui a été endossée moins par des politiques publiques que par des initiatives privées associatives de distribution alimentaire. La question de la sécurité alimentaire, centrale dans la littérature sur les cantines populaires du Sud globalisé dans les années 1980[3], est toujours d’actualité en France au 21e siècle. Et ces mêmes étudiant·es ont, pour une grande partie, souffert de l’isolement et ont vu leur santé mentale se dégrader, entre cours en distanciel et consignes de confinement. Je pourrais citer d’autres groupes sociaux dont la vulnérabilité a été révélée par la crise[4] – personnes âgées, personnes migrantes, travailleur·euses précaires. L’entrée par les cuisines citoyennes permet de questionner des dynamiques de vulnérabilité et de vulnérabilisation et leur prise en charge par des initiatives associatives.

Enfin, j’ai vécu à Berlin, initialement dans le cadre d’un stage au Centre Marc Bloch (CNRS/MEAE) puis d’un échange à la Freie Universität et j’ai été frappée par la multiplicité des initiatives existant à destination de personnes exilées et combien nombre d’entre elles mobilisent la cuisine et les repas partagés afin de permettre des rencontres entre nouveaux, nouvelles arrivant·es et Berlinois·es de plus longue date. La commensalité remplit un rôle spécifique et complémentaires de cours de langue, de conseils juridiques et de dispositifs visant à permettre l’inclusion sociale (accès à certains droits) et professionnelle (accès au marché du travail) des migrant·es. Cette expérience berlinoise m’a conduite à m’interroger sur la manière dont l’alimentation, le fait de cuisiner et de manger ensemble, était vue par les participant·es et organisateur·ices de ces cantines comme un processus de reconnaissance. Partager un repas est ainsi une façon d’entrer dans une relation d’égal·e à égal·e.

 

Comment envisagez-vous votre enquête?

J’envisage d’ouvrir l’enquête par la recension des structures existantes à l’échelle de la métropole de Lille et du département du Nord. Le travail d’enquête partira ainsi du territoire, afin d’appréhender les cuisines citoyennes dans leur diversité et sans exclure a priori certaines structures. Toute initiative qui comprend de la cuisine collective et participative sera considérée, ce qui permettra de réaliser une première cartographie et une classification pour identifier les spécificités, les points de divergence et de convergence entre différentes cantines.

Ensuite, je compte choisir un faible nombre de structures, une ou deux afin d’y réaliser une ethnographie. L’ethnographie doit permettre de comprendre les ressorts de l’engagement et les actions des personnes qui participent de près ou de loin à ces collectifs, qu’il s’agisse des personnes portant le projet, de personnes fortement investies ou simplement de passage. L’ethnographie se déroulera non-seulement dans les quatre murs de la cantine mais elle se déploiera aussi en-dehors, parcourant le réseau de solidarité dans laquelle s’inscrivent ces structures.

 

[1] Dreysse, Carmen, et Gwenn Pulliat. « Quel Avenir Pour La Street Food à Bangkok ? » The Conversation. http://theconversation.com/quel-avenir-pour-la-street-food-a-bangkok-129247.

[2] En s’appuyant sur la définition souvent citée de Gottlieb et Joshi, on peut définir la justice alimentaire comme « un partage équitable des bénéfices et des risques concernant les lieux, les produits et la façon dont la nourriture est produite et transformée, transportée et distribuée, et accessible et mangée » (Gottlieb, Robert, et Anupama Joshi. Food Justice. Reprint édition. Cambridge, Mass: MIT Press, 2013), tout en gardant à l’esprit que cette définition fait l’objet de discussions (Hochedez, Camille, et Julie Le Gall. « Justice alimentaire et agriculture ». Justice spatiale | Spatial Justice, no 9 (janvier 2016). https://www.jssj.org/article/justice-alimentaire-et-agriculture/).

[3] Fréchette, Lucie. Entraide et services de proximité. Sainte-Foy: Presses universitaires du Québec, 2000.

[4] Duvoux, Nicolas. « La pauvreté démultipliée. Dimensions, processus, réponses ». Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, mai 2021. https://www.cnle.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_lutteexclusion_fin.pdf.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.