Quelques mots sur la thèse de… Flore GUIOT

Flore Guiot a mené une thèse intitulée “Action publique et sécurité alimentaire en Belgique (1830-1900)”, soutenue en décembre 2020 à l’Université catholique de Louvain afin d’obtenir son titre de docteure en histoire. Elle répond à nos questions sur son travail de thèse.

 

Pouvez-vous présenter le cadre dans lequel vous avez effectué votre thèse ? (Dans quelle université, quel laboratoire, par qui étiez-vous encadré, avez-vous été financé, …)

J’ai entamé mes recherches doctorales, supervisées par la Professeure Aurore Françoise, avec un mandat d’assistante à l’UCLouvain (Louvain-la-Neuve, Belgique). Ensuite, j’ai poursuivi comme aspirante du FRS-FNRS, toujours à l’UCLouvain, en tant que membre du LaRHis (Laboratoire de recherches historiques) et de l’Institut IACCHOS (Institut d’analyse du changement dans l’histoire et les sociétés contemporaines). J’ai donc eu la chance de disposer d’un financement tout au long de mon parcours et d’inscrire mes recherches dans un environnement pluridisciplinaire.

Pourriez-vous résumer votre sujet et ses enjeux ? Quel est l’origine de votre intérêt pour ces questions ?

Les archives judiciaires constituent le point de départ de mon intérêt pour les questions de sécurité alimentaire. À travers des dossiers relatifs à des affaires de falsifications de sirop de groseille, de bière, de pain, de chocolat ou encore de beurre, j’ai fait la découverte de tout un système, développé dans la seconde moitié du XIXe siècle, pour protéger la santé et le portefeuille des consommateurs. Mon mémoire de master puis ma thèse de doctorat m’ont permis d’approfondir ma connaissance de ce système. Je me suis particulièrement intéressée à l’arsenal législatif encadrant la qualité des produits ainsi que la recherche et la sanction des infractions en cette matière.

Mon objectif principal a été de comprendre ce qui a déterminé les gouvernants, et plus particulièrement l’État belge, à apporter des réponses à certains problèmes générateurs d’insécurité alimentaire qui se sont posés entre 1830 et 1900. Trois questions ont été centrales : Par quel(s) processus un problème est-il pris en charge par le développement de politiques publiques ? De quelle manière les limites de l’action publique se (re)définissent-elles ? Quels sont les facteurs influençant les modalités de l’intervention ?

Quel cadre théorique principal, quelles autres recherches avez-vous mobilisé ou vous ont influencé pour aborder ces questions ?

Pour répondre à ces questions, j’ai pu m’appuyer sur les travaux de plusieurs historiens, notamment Peter Scholliers et Alessandro Stanziani. Il m’a paru également incontournable de recourir aux travaux de sociologues et politistes sur l’analyse de l’action publique. Ceux-ci m’ont surtout été précieux dans l’observation des dynamiques de renouvellement des politiques publiques. Ils m’ont notamment conduite à prêter une attention soutenue aux acteurs et à la temporalité de l’action.

Concernant la réalisation concrète, quelles ont été vos méthodes ? Comment le “terrain” s’est-il déroulé ? Quels ont été les défis qui se sont posés et comment y avez-vous fait face ?

L’historien·ne ne réfléchit pas en termes de « terrain ». On pourrait cependant dire que, d’une certaine manière, les sources qu’elle·il a à sa disposition constituent son « terrain » de recherche. Dans mon cas, le « terrain » était particulièrement vaste et j’ai donc été confrontée au défi suivant : comment gérer la surabondance des sources ? Il n’a pas été possible de toutes les envisager, mais j’ai eu à cœur de faire preuve de curiosité et d’en exclure le moins possible. Pour ce faire, j’ai mobilisé différentes sources de manière ponctuelle, à travers des thématiques particulières ou des cas d’études.

Quelles sont les principales conclusions que vous tirez de votre enquête ? Quels prolongements aimeriez vous donner / voyez-vous à présent ?

Comme d’autres chercheur·euse·s avant moi, à travers mes recherches, j’ai mis en évidence que le renouvellement de l’action publique doit être appréhendé comme résultant de la mobilisation d’acteurs divers – hygiénistes, agents économiques, consommateurs, chimistes, gouvernants –, mus par des intérêts et des idées qu’il convient de comprendre dans toute leur complexité.

L’attention prêtée à la temporalité de l’action a souligné que les périodes de crises – économiques, sociales et sanitaires – qui jalonnent la période envisagée correspondent à des moments de cristallisation des tensions, ce qui en fait des instants privilégiés de prise de décision. Les crises ouvrent des fenêtres d’opportunité et des idées qui sont en germe, parfois depuis plusieurs dizaines d’années, trouvent à se concrétiser.

En étudiant les dynamiques sous-tendant la construction des normes, mais également leur traduction institutionnelle, ma thèse a aussi cherché à montrer que la transformation de certaines questions en domaines d’action et la mise en place de nouveaux instruments de gouvernance reflètent les mutations du rôle de l’État. 

L’évolution, au cours du XXe siècle, des dispositifs de surveillance de la fabrication et du commerce des denrées alimentaires mis en place dans la seconde moitié du XIXe siècle, reste à étudier. Toutefois, pour le moment, mes recherches sont centrées sur l’alimentation des enfants. Elles visent à étudier l’élaboration et l’évolution des modèles alimentaires, ainsi qu’à observer la traduction des discours normatifs dans les pratiques de nourrissage des enfants.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.