Les commerces alimentaires objet de tensions dans un quartier gentrifié

Dans  un numéro de la revue Pôle Sud consacré aux “politiques alimentaires par temps de crise(s)” , Coline Ferrant publie un article tiré d’un travail de thèse dans lequel elle examine les contradictions de l’action publique sur l’implantation de commerces alimentaires dans le quartier Goutte d’Or – Château Rouge (Paris).

Dans cet article, Coline Ferrant montre que les acteurs publics cadrent le commerce alimentaire comme un problème économique : ils se focalisent sur sa contribution au développement local et s’inquiètent de la viabilité des entreprises. Ils ne s’interrogent pas en revanche sur les demandes des habitants qui relèvent, selon eux, des élus. Connaître les attentes des habitants n’est d’ailleurs pas une mince affaire puisque celles-ci diffèrent selon leur ancienneté dans le quartier et leur origine sociale : les anciens, immigrés de longue date et d’origine populaire veulent préserver les commerces ethniques qui font la spécificité de ce quartier parisien ; ils s’opposent aux habitants des classes moyennes, qui eux-mêmes se distinguent entre les « préservationnistes », réclamant des commerces spécialisés (boucheries, fromageries, épiceries bio) « de qualité » idéal d’un quartier village, et les « conquérants », plus récemment installés, qui exigent des produits « de qualité » et « français », « européens », et n’hésitent pas à se mobiliser et faire entendre leur voix.

Deux imprévus résultent  de ces situations contradictoires : l’installation -dans le cadre d’une politique de la ville – de commerces conformes aux goûts et pratiques des habitants des classes moyennes et le renforcement des perceptions collectives du processus de gentrification. L’origine de ces effets imprévus est une contradiction dans les outils de description utilisés par l’action publique. Les acteurs publics cadrent le commerce alimentaire comme un problème économique, puis choisissent des approches économiques ignorant les goûts, les pratiques et les demandes des habitants. Cependant, d’autant plus que Goutte d’Or – Château Rouge est pour partie un quartier prioritaire de la politique de la ville, l’action publique s’appuie aussi sur des instances participatives que s’approprient des habitants des classes moyennes. Les demandes des habitants sont donc bien inclues dans l’instrumentation de l’action publique, mais cette inclusion repose sur des modalités exclusives.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.