L’autoconsommation alimentaire : le point grâce à l’enquête Budget de famille 2017

Panier d'asperges sauvages
Au printemps, on peut cueillir les asperges sauvages (Source: https://www.bulledemanou.com/2017/03/l-asperge-sauvage-un-legume-de-printemps-typique-de-la-garrigue.html)

L’autoconsommation alimentaire : le point grâce à l’enquête Budget de famille 2017

English summary below

L’autoconsommation qu’est-ce que c’est?

L’autoconsommation, c’est le fait pour un ménage de consommer des produits sans passer par le marché: jardiner, élever des animaux, cueillir, chasser ou pêcher, procure des fruits et légumes, des œufs, de la viande ou du lait, des champignons et autres asperges sauvages (elles poussent au printemps, avis aux amateurs et amatrices), du gibier ou du poisson. Ces produits peuvent être consommés tels quels ou transformés et consommés plus tard (en confitures, conserves, surgelés, pâtés…).

Si ces produits sont issus de la production d’un autre ménage qui vous les a donnés, c’est aussi de l’autoconsommation.

Pourquoi l’autoconsommation intéresse les sociologues?

En 1980, dans un article publié dans la Revue française de sociologie, Claude Grignon et Christiane Grignon ont montré que l’autoconsommation permettait à des ménages populaires ruraux d’avoir une alimentation variée et conforme à leurs goûts, assez différente des “goûts de nécessité” que Pierre Bourdieu attribuait à toutes les classes populaires. Elle enrichissait également l’alimentation de ménages populaires vivant en ville mais ayant gardé des attaches dans les campagnes. Un tiers des ménages avaient recours à l’autoconsommation dans les années 1980.

Aujourd’hui, on peut voir dans l’autoconsommation l’exemple type du “manger local” et du “circuit court”: une pratique environnementale par excellence? Géraldine Farges a enquêté auprès de personnes qui cultivent un “jardin ouvrier” (jardin locatif en ville). Avec Séverine Gojard elle a décortiqué la place qu’occupent les préoccupations environnementales dans les motivations de ces jardiniers et jardinières. Si pour certaines, elles occupent une place centrale, pour d’autres, l’enjeu reste bien de produire pour sa consommation alimentaire. Mais les questions environnementales circulent d’une parcelle à l’autre, à travers les discussions et prêts de matériel. (Voir leur article dans Sociologia ruralis).

Mais qui est vraiment concerné par ces pratiques?

Et est-ce que ça change vraiment l’alimentation des Françaises et des Français?

L’Insee vient de publier les résultats de l’enquête Budget de famille 2017 sur l’autoconsommation dans un INSEE FOCUS, rédigé par Elvire Demoly et Camille Schweitzer.

Il en ressort qu’en 2017, 20% des ménages français ont déclaré une forme d’autoconsommation alimentaire. L’Insee calcule la valeur de ces produits en leur attribuant le prix des mêmes produits dans les achats déclarés par les ménages enquêtés. Cela permet d’estimer que l’autoconsommation représente 5% du budget alimentaire des ménages.

Les ménages qui autoconsomment sont le plus souvent des ménages ruraux, âgés, en couple. L’autoconsommation est plus importante dans l’ouest de la France métropolitaine et à Mayotte.

L’autoconsommation va-t-elle se réduire encore, du fait du remplacement des générations, ou les jeunes générations  vont-elles s’emparer de cette pratique à leur tour?

[English summary]

Home production is defined as the consumption of food produced or harvested by a household. Home production has environmental benefits and supports the variety and quality of low-income, rural households’ tastes.According to the French Household Budget survey 2017 ( INSEE), 20% of households had declared home-production, accounting for 5% of food expenses.


Marie Plessz

Sociologue, j'étudie les pratiques alimentaires, les parcours de vie et les inégalités sociales. Sociologist, I study food practices, the lifecourse and social inequalities.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.