Compte-rendu d’ouvrage

Compte-rendu de Vincent Chabault, Éloge du magasin, Contre l’amazonisation, Paris, Gallimard, 2020, 169 p.

                                                         

Spécialiste du commerce et de la consommation, Vincent Chabault propose dans l’ouvrage Eloge du magasin, paru en 2020 aux éditions Gallimard, une contribution sociologique à la réflexion autour du développement du commerce en ligne et de ses conséquences sur la vente en magasin. Son parti pris est de « considérer le magasin, ses professionnels et ses aménagements comme un espace social sur lequel se structurent des décisions, des actes d’achat et, plus largement, une culture marchande » (p 13). L’enjeu est ainsi de montrer que le rôle du magasin dans la consommation va au-delà de la mise à disposition de marchandises et d’insister sur les autres fonctions des commerces dans l’existence individuelle. Le sous-titre évocateur “Contre l’amazonisation” traduit bien le parti pris qui est d’insister sur une mise en valeur des boutiques. Pour ce faire, l’auteur fonde sa démonstration sur un ensemble d’enquêtes. Le corpus porte principalement sur la France contemporaine et comporte une majorité de publications en sociologie ou anthropologie, mais aussi quelques travaux plus orientés vers la gestion ou le marketing.

Le livre est structuré en chapitres qui restituent des résultats d’enquêtes, le plus souvent qualitatives, portant sur différents types de commerces (le marché, le grand magasin, la boutique de luxe ou le petit commerce de quartier…) et différentes expériences d’achats (pendant les soldes, pendant les vacances, en vide-grenier…). Il aborde également différents types de produits, depuis le livre jusqu’à l’électroménager, mais aussi l’alimentation. Il fait dialoguer des travaux portant sur les pratiques des consommateurs, sur les stratégies de vente, sur l’organisation des magasins, mais aussi sur les usages des quartiers et montre bien la place que tiennent les magasins, notamment alimentaires, dans l’expérience quotidienne des habitants ou des clients de passage (en station balnéaire ou en aéroport). Le marché de plein vent, l’épicerie de quartier, les commerces de bouche spécialisés, les grandes et moyennes surfaces de distribution sont les lieux de pratiques d’achat différentes du point de vue des produits comme de celui des relations sociales qui s’y nouent.

Au terme de ce parcours, l’auteur propose la notion de distribution ostentatoire pour rendre compte de « l’importance du magasin comme espace de définition de soi et lieu de construction identitaire » (p 158). Le développement du commerce en ligne appellerait à une plus forte personnalisation des espaces de vente physique ou au moins à une place croissante de leurs fonctions symboliques.

Cet ouvrage fourmille de références et sa réflexion à contre-courant d’un discours de déclin du commerce de magasin rappelle la force des enquêtes empiriques contre les propos à l’emporte-pièces inspirés de l’air du temps. Il rappelle ainsi que le travail sociologique peut éclairer les débats contemporains. Il ne s’agit pas d’un ouvrage monographique restituant une enquête détaillée, mais d’une vaste synthèse bibliographique, très accessible. S’il n’entre pas dans le détail des multiples cas évoqués, et brasse beaucoup d’enquêtes, leur mise en perspective s’avère heuristique et stimulante.

 



Citer ce billet
Séverine Gojard (2022, 26 novembre). Compte-rendu d’ouvrage. SOLAL. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ugeg

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search