Projet Euréca

EuRéCa (Evolution des gimes Carnés) est un projet de recherche pluridisciplinaire porté de façon collective par le groupe de travail AgroParisTech « Comportement Alimentaire ».

Axé sur les leviers permettant le passage d’un régime carné à un régime plus durable variant les sources de protéines animales et végétales, il bénéficie d’un soutien financier d’AgroParisTech pour 2019 et 2020, en réponse à un appel à projets visant à soutenir l’activité scientifique de l’établissement.

La coordination du projet est assurée par Olga Davidenko (département SVS, UMR PNCA), Bérangère Véron (département SESG, Centre Maurice Halbwachs ENS/EHESS/CNRS), et Marine Masson (département SPAB, UMR GENIAL). Les autres participants sont David Blumenthal (département MMIP, UMR GENIAL), Julien Delarue (département SPAB, UMR GENIAL), Anne Saint-Eve (département SPAB, UMR GMPA), Patricia Gurviez (département SESG, UMR GENIAL), Nicolas Darcel (département SVS, UMR PNCA), Daniel Tomé (département SVS, UMR PNCA). 

Le projet est organisé sur une durée de 2 ans, et comporte plusieurs parties portées par les différents chercheurs. Le suivi et la gouvernance sont assurés par le GT « Comportement Alimentaire ».

Melyna Songné et Camille Rouchon, étudiantes en master P2 FOOD (Physical and Psychological Food Choice) à l’Université de Bourgogne Franche-Comté et AgroSup Dijon, terminent leur stage de cinq mois au sein de l’UFR Sociologie d’AgroParisTech. Elles ont réalisé un travail bibliographique et mené 30 entretiens auprès des populations cibles (« omnivores » et « flexitariens »), afin de mieux comprendre les pratiques et les usages liés à la consommation de produits carnés et les motivations pour une alimentation réduisant la consommation des produits animaux.

 

Bilan de l’année 2018

Les membres de Solal rattachés au Centre Maurice Halbwachs, mars 2019

A summary of Solal’s scientific activity over the year 2018, based on Anne Lhuissier’s report for Inra.

Le bilan de l’année 2018 pour Solal a été rédigé en janvier 2019 par Anne Lhuissier. Je trouve enfin le temps d’en relayer les principales informations: sélection de publications scientifiques, contrats de recherche lancés, événements scientifiques organisés.

Continuer la lecture de « Bilan de l’année 2018 »

Lancement du projet CATH-CONSO

Des membres de SOLAL s’associent au Centre de Sociologie des Organisation (Sciences Po / CNRS) pour la réalisation du projet CATH-CONSO. Il est financé suite au à l’appel “Mutations alimentaires 2019” lancé conjointement par l’INRA et le CNRS.

Vous trouverez le résumé ci-dessous !

CATH-CONSO vise à explorer les liens méconnus entre diverses pratiques d’enquêtes alimentaires et de consommation des années 1940 aux années 1970. Il fait l’hypothèse qu’un des maillons qui sous-tend ces pratiques est constitué par les milieux catholiques qui développent eux-mêmes des enquêtes de consommation. Étudier la circulation des idées, des pratiques et des personnes permettra de mettre au jour un point obscur des travaux menés sur les enquêtes de consommation : à savoir l’influence des milieux catholiques et des projets sous-jacents en matière de connaissance et de réforme des conduites de vie. Cela nous permettra d’étudier une période clé pour la mise en forme des outils d’étude des comportements, des représentations et des attitudes, et de savoir comment, face à un marché alimentaire en évolution dans la période des Trente Glorieuses (nouveaux produits et modes d’approvisionnement), les enquêtes sur des comportements alimentaires en mutation se sont elles-mêmes transformées et adaptées.


Workshop “Systèmes de restauration scolaire : gouvernance, acteurs et réception sociale de l’action publique.”

Ce premier Workshop CANTINEGALITE financé par la ville de Paris, a permis à tous les membres de l’équipe de faire connaissance, en accueillant les deux premières stagiaires du programme, Mathilde Ourane (M2 Université de Strasbourg) et Emilie Ouvrard (L3 Université d’Aix en Provence).

La matinée a été consacrée au bilan des travaux en cours ou déjà effectués dans l’équipe. La question de la gouvernance a été traitée d’une part quant aux enjeux politiques actuels de l’approvisionnement alimentaire des services publics de restauration en Ile de France, et d’autre part d’un point de vue historique, à propos de la place des repas scolaires dans les dispositifs de secours alimentaire pendant la 1ère Guerre mondiale, et des jardins scolaires dans l’autosuffisance alimentaire de l’école dans l’espace colonial français. Les acteurs de la restauration scolaire ont ensuite été au cœur des échanges sur les personnels de service de cantine et sur la fonction des diététicien.ne.s dans ce secteur. La réception sociale de la cantine a été abordée du point de vue des enfants, à partir des travaux d’une partie de l’équipe sur la cantine en élémentaire et au collège.

L’après-midi a été consacrée aux supports de recherche mobilisables dans le programme Cantinégalité, notamment les données nationales de l’enquête INCA3 de l’ANSES et de la Cohorte ELFE de l’INED, en articulation avec le dispositif CORALIM de l’INRA.  Nous avons également discuté des conditions d’exploitation de métadonnées en ligne sur les menus scolaires et de données administratives sur les professions de la restauration scolaire, avant de faire le point sur les différentes données ou terrains envisagés en Europe, à Madagascar, au Sénégal et en Inde pour le volet international du programme. Nous nous sommes ensuite répartis en sous-groupes thématiques pour ouvrir quelques-uns des premiers chantiers envisagés dans le programme, sur l’articulation des données quantitatives et qualitatives, sur la comparaison dans l’espace et le temps, sur l’analyse de la cantine par le « menu », d’autres chantiers restant à ouvrir sur la gouvernance et sur les métiers de la restauration scolaire. A l’issue de la journée, nous avons mis à jour le calendrier du programme pour les 4 ans à venir, et nous sommes organisés en différents groupes de travail.


Lancement du projet Cantinégalité, financé par le programme Emergences de la ville de Paris

logo ville de paris

Financé par la ville de Paris, le programme Émergence finance des projets pour 4 ans. Nous allons fédérer et stimuler des recherches sur les cantines scolaires et leur place dans les politiques de lutte contre les inégalités en France et dans le monde. Le projet est porté par Marie Plessz et Christine Tichit.

Gestion institutionnelle des inégalités, entre effets pervers et salvateurs de l’action publique : le cas de la restauration scolaire

Plus de 6 millions d’élèves mangent à la cantine en France. La restauration scolaire participe d’une politique d’encouragement à la scolarisation et de réduction des inégalités socioéconomiques entre les enfants, que l’on retrouve dans d’autres pays, y compris des pays « du Sud ». La France, pourtant, a développé une politique particulièrement ambitieuse, reposant sur des régulations nationales, les collectivités locales et de nombreux acteurs privés ou associatifs pour gérer les cantines, produire et faire manger des repas chauds. Les modalités et l’accès à cette offre restent pourtant fort hétérogènes.

Il s’agira d’interroger la façon dont les orientations des politiques publiques, leurs déclinaisons locales et leur mise en œuvre effective sur le terrain, peuvent contribuer à réduire les inégalités sociales et territoriales, tout en risquant d’en engendrer d’autres. Quels sont les mécanismes de ces effets pervers ? Agissent-ils de la même manière dans différents contextes nationaux ?

Le projet fédérera les recherches récentes ou en cours de jeunes chercheurs et doctorants provenant de diverses disciplines (sociologie, démographie, économie, sciences de l’éducation). En croisant leurs entrées (enfants, personnel de cantine, collectivités locales, entreprises de la restauration scolaires), et leur méthodes ils contribueront à identifier les moments où une politique publique qui vise l’égalité, se trouve avoir, sur le terrain, des effets opposés, indésirables – et aussi les moments où ces objectifs sont atteints, que ce soit du côté des enfants ou des acteurs qui produisent l’offre alimentaire.

Chili, France and GB : comparative perspective into eating times and meal contexts

Work meeting open to anyone who wishes to foster our questionings

Monday, 2 July 2018, 14:00-17:00

Campus Jourdan, 48 Bd Jourdan Paris 14e, Batiment Oykos, salle R2-04

This meeting aims at presenting three surveys dealing with meals which were carried out in three countries. A comparative analysis has been started between the Chilean and the French surveys and we are now considering bringing the British survey into the comparison. The first part of the afternoon will be devoted to the presentation of the three surveys (methodology and food and eating related questionnaires) in order to resolve questions and difficulties that might arise from the comparative perspective. In the second part of the afternoon, we will briefly present some of the results of the surveys that could be the subject of a comparison between the three countries.

This meeting is intended as a moment of exchange and reflection, open to anyone interested in meal issues, comparative perspectives or methodological approaches, to foster and strengthen our approach and questioning.

14:00-15:00 : Methodologies and food questionnaires

Alan Warde(University of Manchester): The SCI food and eating questionnaire (2012)

Claudia Giacoman ((Pontificia Universidad Catolica De Chile): Encuesta de Comensalidad en Adultos de la Región Metropolitana (2016)

Isabelle Parizot etAnne Lhuissier(Centre Maurice Halbwachs) : The SIRS Cohort (2010) and the food questionnaire

15:15-17:00 A few results

Alan Warde: An overview of the SCI survey findings

Claudia Giacoman: Commensality in Santiago and Paris

Anne Lhuissier: Meal schedules in Santiago and Paris

*******

Publications on the surveys available on request (anne.lhuissier[at]inra.fr)

Yates, Luke, et Alan Warde. « The Evolving Content of Meals in Great Britain: Results of a Survey in 2012 in Comparison with the 1950s ». Appetite 84, no 1 (janvier 2015): 299‑308.

Yates, L., & Warde, A. (s. d.). Eating together and eating alone: meal arrangements in British households. The British Journal of Sociology, 68(1), 97‑118.

Warde, Alan, et Luke Yates. « Understanding Eating Events: Snacks and Meal Patterns in Great Britain ». Food, Culture, and Society, 24 mars 2016.

Giacoman, Claudia. « The Dimensions and Role of Commensality: A Theoretical Model Drawn from the Significance of Communal Eating among Adults in Santiago, Chile ». Appetite 107 (1 décembre 2016): 460‑70.

Giacoman, Claudia. « Eating time in Santiago, Chile: A trade-off between norms and biological and social requirements ». Time and Society à paraître (s. d.).

Lhuissier, Anne, Christine Tichit, France Caillavet, Philippe Cardon, Ana Masullo, Judith Martin-Fernandez, Isabelle Parizot, et Pierre Chauvin. « Who Still Eats Three Meals a Day? Findings from a Quantitative Survey in the Paris Area ». Appetite 63 (avril 2013): 59‑69.

Riou, Julien, Thomas Lefèvre, Isabelle Parizot, Anne Lhuissier, et Pierre Chauvin. « Is There Still a French Eating Model? A Taxonomy of Eating Behaviors in Adults Living in the Paris Metropolitan Area in 2010 ». PLoS ONE 10, no 3 (3 mars 2015): 59‑69.

Martin-Fernandez J, Caillavet F, Lhuissier A, Chauvin P. Food insecurity, a determinant of obesity? – an analysis from a population-based survey in the Paris metropolitan area, 2010. Obes Facts 2014; 7: 120-129.

Martin-Fernandez J, Grillo F, Parizot I, Caillavet F, Chauvin P. Prevalence and socioeconomic and geographical inequalities of household food insecurity in the Paris region, France, 2010. BMC Public Health 2013; 13: 486.

Caillavet, France, Gayaneh Kyureghian, Rodolfo M. Nayga, Coline Ferrant, et Pierre Chauvin. « Does Healthy Food Access Matter in a French Urban Setting? » American Journal of Agricultural Economics 97, no 5 (1 octobre 2015): 1400‑1416.

 

Le projet CALICO (Chômage alimentation et habitudes de vie dans la cohorte Constances) financé par l’IRESP

En France, 10 000 à 14 000 décès par an seraient imputables au chômage. Le Conseil d’analyse économique, social et environnemental à récemment qualifié le chômage de “problème de santé publique majeur”.

Le projet CALICO a reçu en 2018 un financement de l’IReSP pour une durée de 3 ans.

Étudier le lien entre perte d’emploi et changements d’habitudes de vie

Le projet CALICO (Chômage, alimentation et habitudes de vie dans la cohorte Constances) vise à cerner si la perte d’emploi s’accompagne d’une dégradation des habitudes de vie, en particulier des habitudes alimentaires.

La cohorte Constances, qui recueille chaque année des informations sur la santé et la situation personnelle, sociale et économique de 160 000 Français et Françaises (18-69 ans, indépendants et agriculteurs exclus), permet d’étudier cette question de façon prospective. Les habitudes de vie des participants de la cohorte qui deviennent chômeurs au cours du suivi, peuvent être comparées aux habitudes de ceux qui conservent leur emploi.

L’alimentation est au coeur du projet CALICO, mais c’est un sujet peu étudié dans la littérature sur les effets du chômage sur la santé. Le projet compare donc les habitudes alimentaires à d’autres habitudes de vie considérées comme des “facteurs de risques” pour la santé et dont l’association avec le chômage est mieux connue: fumer, boire de l’alcool, avoir un faible niveau d’activité physique.

Un projet qui allie sociologie des inégalités et épidémiologie sociale

Ce projet a été conçu, à partir de 2016, par Marie Plessz en lien avec Marie Zins et Marcel Goldberg (principaux investigateurs de la cohorte Constances), Isabelle Parizot (sociologue des inégalités de santé) et Manuella Roupnel-Fuentes (sociologue du chômage). Pierre Méneton, épidémiologiste spécialiste des pathologies cardiovasculaires qui a déjà travaillé sur la santé des chômeurs, collabore activement au projet.

Ce projet s’inscrit à la fois dans les thématiques de l’INRA et du département SAE2 (alimentation, inégalités sociales), et dans celles du Centre Maurice Halbwachs (dans ses axes Inégalités/solidarités et Le travail depuis ses frontières).

L’IRESP lance chaque année un appel à projets de recherche en santé publique. La thématique de l’année 2017, lancée avec la DREES, était les inégalités sociales de santé. Le projet Calico a été retenu. Ce financement permet d’embaucher une chercheure contractuelle pour mener à bien l’analyse des données longitudinales/prospectives/de cohorte/de panel (selon les disciplines).

En 2019 débute l’analyse des transitions de l’emploi au chômage

En 2018, Marie Plessz, Pierre Meneton et leurs co-auteurs ont étudié le cumul des risques (tabac, alcool, inactivité physique et bien sûr, faible consommation de fruits et légumes) selon le statut d’emploi dans les données d’inclusion – article soumis aujourd’hui à Social science and medicine !

En Mai 2019, Sehar Ezdi commencera un contrat de chercheure contractuelle pour étudier les changements d’habitudes de vie des participants à constances qui ont perdu leur emploi au cours du suivi. Sehar a travaillé sur la surmortalité féminine dans les pays du Sud ainsi que l’effet des allocations familiales sur la natalité en Grande-Bretagne.

Journée de travail sur les rythmes alimentaires au Chili et en France

Workshop on eating rythms in Chile and France. On June 23rd Solal members, visiting scholars Claudia Giacoman and Giselle Torres, and Thibaut de Saint Pol met to discuss the rythms of meals and snacks in France and Chile. We were especially keen on commensality and synchrony 😉

Le 23 juin 2017, les membres de Solal, les chercheuses chiliennes Claudia Giacoman and Giselle Torres en séjour au CMH et Thibaut de Saint Pol se sont réunis pour discuter des résultats d’enquêtes sur le rythme alimentaire et la commensalité en France et au Chili. Et nous avons bien respecté la synchronie de la pause méridienne 😉

23 juin 2017 journée de travail Rythmes alimentaires en France et au Chili. Déjeuner dans le jardin de l'ENS Jourdan.

Note for myself: next time, take picture when we are working.

Elfe, la cohorte qui suit l’évolution de l’alimentation, l’environnement, l’entourage et conditions de vie enfantines en France.

photo6  logo-elfe.pngJournée scientifique Elfe, lundi 13 mars 2017

La Cohorte Elfe, Etude Longitudinale Française depuis l’Enfance, réunit  des chercheurs de tous horizons pour suivre l’histoire des enfants, de leur naissance à leurs 20 ans. Environnement, entourage familial, conditions de vie : tous les aspects de la vie de l’enfant sont explorés afin d’évaluer leur influence sur son développement physique et psychologique, sa santé, son alimentation et sa socialisation.

L’alimentation, thématique transversale de la Cohorte Elfe, rassemble des chercheurs de l’INRA et de l’INSERM qui suivent l’évolution des pratiques nutritionnelles et la socialisation alimentaire des 18500 enfants de la cohorte nés en 2011. Les résultats de leurs travaux sur l’allaitement, financés dans le projet ANR SOFI, sont présentés lors de la journée scientifique Elfe du 13 mars. Les résumés sont en ligne, les communications suivront bientôt.