Le CNRS produit un guide pour la protection des données en SHS

Le CNRS – j’aimerais vous dire qui au CNRS mais il n’y a pas de nom d’auteur – a produit cet été un guide pour l’application du règlement européen sur la protection des données européennes (RGPD) en SHS.

Le RGPD est entré en vigueur en mai 2018. Comprendre ce qu’il implique pour la recherche en sciences sociales est un casse-tête! je vous donnais quelques pistes dans ce billet.

Le guide du CNRS fait 36 pages, il m’a paru clair et concret. Il rappelle les définitions et les principes de la loi et décrit ce que nous devons faire. En particulier sa dernière annexe liste les différents cas de figures (données anonymes, personnelles, personnelles et sensibles) et les précautions à prendre. Il est disponible ici: https://www.inshs.cnrs.fr/sites/institut_inshs/files/pdf/guide-rgpd_2.pdf.

Il sera bien utile à celles et ceux qui réalisent des enquêtes par entretiens et par questionnaires. Il est essentiel de s’interroger sur la façon dont on va traiter les données personnelles avant de commencer tout traitement, même lorsqu’on pense que les données recueillies seront “anonymes” – car la définition de données anonymes au sens de RGPD est assez exigeante.

En revanche, je déplore qu’il laisse entièrement sous silence la question des enquêtes ethnographiques, par immersion sur le terrain. Ce problème sera particulièrement délicat sur le terrain ou l’objet de recherche amène à collecter des données sensibles (santé, opinions politiques, appartenance religieuse… le genre de sujet qui passionne les sociologues!). Il ne faut pas se cacher derrière notre petit doigt: peu d’enquêtes ethnographiques peuvent être considérées comme anonymes sauf à enquêter dans un lieu public (pour rappel une enquête qui permet la réidentification des personnes, y compris par elles-mêmes, n’est pas anonyme).

Pour l’instant, de mon point de vue, il existe deux solutions :

– une interprétation de la loi à la faveur de l’ethnographe, selon laquelle un carnet de terrain (tenu selon un principe chronologique, recueillant des informations sans caractère systématique) n’est pas un “traitement de données”: est-ce qu’une telle interprétation est juridiquement défendable? il faudrait regarder des vrais carnets de terrain, papier et numériques, pour trancher;

– surtout si des données sensibles sont collectées, la demande de dérogation auprès de la CNIL, pour réaliser une enquête sans passer par le consentement des enquêtés, tout en garantissant la sécurité des données ainsi collectées et l’anonymat des publications qui en sont tirées. C’est plus long.

Avez-vous réalisé des enquêtes ethnographiques validées par le ou la délégué.e à la protection de données de votre institution? votre expérience m’intéresse !

J’en profite pour vous rappeler la CNIL a ouvert jusqu’au 30 septembre 2019 une consultation sur l’application du RGPD à la recherche ! Ethnographes, anthropologues, qualitativistes de tout poil, unissez-vous !

 

 

Sociologie de l’alimentation: un nouveau manuel chez Armand Colin

Philippe Cardon, Thomas Depecker and Marie Plessz have just published a handbook in French, Sociologie de l’alimentation, in a prominent collection of masters-level handbooks in France. You can download the table of content below.

Couverture de l’ouvrage publié en 2019

Après le Repères publié par Faustine Régnier, Anne Lhuissier et Séverine Gojard en 2006, Solal peut s’enorgueillir d’un second ouvrage de référence, et de son sens du travail collectif. Trois membres de l’équipe, Philippe Cardon, Thomas Depecker et Marie Plessz (dans l’ordre alphabétique) ont écrit ensemble ce manuel publié dans la collection U: Sociologie des éditions Armand Colin.

Sur le site de l’éditeur vous trouverez la présentation de l’ouvrage ainsi qu’un extrait.

Vous pouvez également télécharger la table des matières ci-dessous:

Continuer la lecture de « Sociologie de l’alimentation: un nouveau manuel chez Armand Colin »

Deux livres à lire en début de thèse de sciences sociales

Two books to read when starting a PhD: Bente Halkier (Copenhagen University) told me that every new PhD student in her department has to read: 

  • Andrew Abbott, Methods of discovery, 2004
  • Howard Becker, Tricks of the trade, 1998 (aka Les ficelles du métier)

La semaine dernière je participais à un atelier pour doctorants le sujet : comment étudier les pratiques, avec les méthodes qualitatives et quantitatives. L’atelier était organisé par Marlyne Sahakian de l’Université de Genève.

Sur les méthodes qualitatives, c’est Bente Halkier qui est intervenue. Professeur de sociologie au Département de sociologie de l’université de Copenhague, Danemark, Bente Halkier a écrit un article sur comment généraliser à partir de méthodes quantitatives, et en particulier comment faire des typologies.

Bente Halkier m’a dit que dans son département, les nouveaux doctorants doivent tous lire deux livres:

Je dois avouer que je n’ai lu ni l’un ni l’autre. Je ne me sentais pas concernée par le livre de Howard Becker quand je faisais mon master et ma thèse, qui utilisaient des méthodes quantitatives (peut-être ai-je eu tort). Je viens de commencer Methods of discovery d’Andrew Abbott et je le recommande vivement.  Abbott défend l’idée que la recherche est bonne quand elle allie imagination et rigueur. Son livre me parle parce qu’Abbott manie aussi bien les méthodes quantitatives que qualitatives, sans se limiter à l’usage positiviste et causaliste des méthodes quantitatives. Pour les étudiants français qui hésitent: le livre est dans un anglais très clair et accessible.

Summarizing Andreas Reckwitz’s ‘Toward a theory of social practice (2002)’ with tables

Last June, while working on a paper with Stefan Wahlen, I finally read one of the most cited references when it comes to the theories of practice:

Andreas Reckwitz “Toward a Theory of Social Practices: a Development in Culturalist Theorizing”, European Journal of Social Theory, 2002, vol. 5, no 2, p. 243‑263. doi:10.1177/13684310222225432

This paper really helped me clarify my understanding of practice theories, and I wish I had read it earlier. But my quantitativist mind instantly felt the need to turn it into tables, which I now share with you. Continuer la lecture de « Summarizing Andreas Reckwitz’s ‘Toward a theory of social practice (2002)’ with tables »

Consumption, Food and Taste: Culinary Antinomies and Commodity Culture de Alan Warde. Une recension 20 ans après

Consumption, Food and Taste: Culinary Antinomies and Commodity Culture de Alan Warde (1997)

Coline Ferrant
Observatoire Sociologique du Changement – Sciences Po / CNRS, Northwestern University

Jusqu’au XXe siècle, l’alimentation dans les sociétés industrialisées se caractérise par sa part prépondérante dans le budget des ménages, en particulier pauvres[1], une codification sociale, politique et religieuse stricte (de Garine, 1990 ; Grieco et al., 2008) et une pénurie de l’offre disponible (Bruegel, 2009). Au rebours, la deuxième moitié du XXe siècle semble augurer une ère d’abondance, qui conduirait à l’individualisation des choix et au relâchement des déterminismes sociaux. Le sociologue britannique Alan Warde, dans Consumption, Food and Taste : Culinary Antinomies and Commodity Culture (1997), met ces théories à l’épreuve empirique au moyen d’une étude sur les transformations des pratiques alimentaires au Royaume-Uni de 1968 à 1990. Continuer la lecture de « Consumption, Food and Taste: Culinary Antinomies and Commodity Culture de Alan Warde. Une recension 20 ans après »

Le saviez-vous? Boisson énergisante latino, le maté est aussi un réseau CNRS énergique en méthodo!

https://bebrainfit.com/wp-content/uploads/2016/05/yerba-mate-gourd-320x209.jpgRéseau Méthodes Analyses Terrains Enquêtes en SHS

 

Le réseau Maté-shs de l’Institut National des Sciences Humaines et Sociales du CNRS, est un réseau métier initié et porté par des ingénieur.e.s qui travaillent à la production, au traitement, à l’analyse et à la représentation des données dans la recherche en Sciences Humaines et Sociales (SHS). Depuis sa création en 2014, le réseau organise des rencontres annuelles, des séminaires méthodologiques réguliers et rediffusés en ligne, met en place des Actions Nationales de Formation (ANF). Pour en savoir plus ou participer…

Solal participe à la prochaine Formation nationale du réseau Maté-shs, ANF-Questio, à Roscoff du 27 au 30 novembre 2017, qui traitera de l’enquête par questionnaires… Christine Tichit y présentera son dispositif d’enquête multiple sur les représentations alimentaires et corporelles des enfants.

 

Écriture scientifique et réforme de l’orthographe française

Scientific writing and the modified French spelling – French spelling is tricky. A number of modifications were designed back in 1990 but are still struggling to become common practice, especially in scientific writing. Highlights and links below.

La réforme de l’orthographe française date de… 1990 ! Contrairement aux rumeurs qui peuvent courir à son sujet, elle n’a pas “supprimé l’accent circonflexe”  ni l’accord des noms composés. Mais elle va dans le sens d’une simplification possible (jamais obligatoire). Ci-dessous, les principaux points et des liens utiles. Continuer la lecture de « Écriture scientifique et réforme de l’orthographe française »

Mon enquête respecte-t-elle la Loi Informatique et Liberté (LIL)?

Does my survey comply with the French law on digital information ?

Nous nous demandons tous si nos enquêtes qualitatives ou quantitatives sont conformes à la loi informatique et liberté, souvent assimilée à “la CNIL”. La législation française est en outre en train de changer: un règlement européen sur ce sujet s’appliquera dans notre droit dès le 25 mai 2018.

J’ai assisté le 11 juillet 2017 à un webinar passionnant, organisé par MATE@SHS, dans lequel Émilie Masson, juriste auprès du CIL du CNRS, a décrit les grands aspects de cette loi pour les SHS, ainsi que les changements à venir en 2018. Je ne rentrerai pas dans les détails, dont beaucoup figurent sur la page web du CIL CNRS. Voici mon pense-bête que je partage avec vous. Continuer la lecture de « Mon enquête respecte-t-elle la Loi Informatique et Liberté (LIL)? »

What is the right journal for my paper?

Choisir une revue pour publier son article de sociologie.

Notre collègue chilienne Claudia Giacoman m’a aidée à réfléchir à une revue où resoumettre un papier en m’indiquant deux sites web qui permettent d’identifier des revues pertinentes à partir du résumé de l’article (en anglais seulement pour l’instant). Les liens sont en bas de l’article.

Recently a paper that I had submitted to Journal of Consumer Culture got rejected. This happens to everyone and I am not complaining about it. I just have to submit the paper to another journal. Well, here is the point: I was so convinced my paper was meant for JoCC that I could hardly think of another journal. At the same time, JoCC is currently ranked 4th journal in Sociology in terms of impact factor, so I was probably aiming too high…

How to find another journal for my paper? Continuer la lecture de « What is the right journal for my paper? »