Quelques mots sur le travail de recherche de… Camille BOUBAL

Camille Boubal est chercheuse postdoctorale au Dysolab (Université de Rouen) et chercheuse associée au Centre de Sociologie des Organisations. Suite à sa présentation au séminaire Sciences sociales et alimentation, elle répond à nos questions pour présenter par écrit son travail.

Pourriez-vous nous résumer votre objet d’étude, et nous raconter l’origine de votre intérêt pour cette question ?

Préparée au Centre de Sociologie des Organisations sous la direction d’Olivier Borraz, ma thèse de sociologie porte sur la genèse et le développement d’une politique de santé publique en matière de nutrition en France. À travers l’étude de la conception d’instruments de prévention (campagnes de communication, guides et labels), de la régulation du marketing alimentaire et de la formation d’une expertise en nutrition, j’analyse les transformations de l’action de l’État et du gouvernement des conduites en matière d’alimentation. Mes recherches postdoctorales documentent plus spécifiquement les relations entre acteurs publics et acteurs du secteur agroalimentaire autour de la redéfinition des messages nutritionnels, quinze ans après les célèbres « 5 fruits et légumes par jour ».

Continuer la lecture de « Quelques mots sur le travail de recherche de… Camille BOUBAL »

Le podcast « Bouffons » se penche sur le petit-déjeuner

Bouffons, un podcast de Nouvelles écoutes

En juin dernier j’ai eu le plaisir d’être interviewée par Émilie Laystary, pour le podcast « Bouffons », produit par Nouvelles écoutes.

Ce fut l’occasion de découvrir un podcast bouillonnant d’idées pour explorer des questions de société à travers l’alimentation.

Celui auquel j’ai contribué est le #143, « Petit-déjeuner, repas normé », qui revient sur mes recherches avec Marie-Clémence Le Pape, publiées dans :

Quelques mots sur la thèse… d’Alexandra HONDERMARCK

Alexandra Hondermarck mène une thèse dont le sujet est : « Une « nébuleuse végétarienne ». Sociologie historique des pratiques de consommation végétariennes (1880 – 1940) ». Elle a répondu à quelques questions pour nous présenter par écrit son travail, après une intervention dans le séminaire Sciences sociales et alimentation.

Pourrais-tu résumer ton sujet d’étude et ses enjeux ? Raconte-nous également comment ce sujet est entré dans ta vie, l’origine de ton intérêt pour cette question.

Mon intérêt pour la question du végétarisme date d’il y a quelques années, lorsque, sensibilisée à la cause animale, j’ai voulu adopter ce régime alimentaire. Pourtant habituée à expérimenter toutes sortes de régimes alimentaires restrictifs, notamment du fait d’allergies, j’ai eu de grandes difficultés à mettre le végétarisme en pratique. La mise en œuvre du régime végétarien suppose en effet des réajustements des habitudes alimentaires au sein du foyer, des modifications d’approvisionnement alimentaire, de nouvelles pratiques culinaires, etc. C’est à ce moment-là que je me suis interrogée sur l’articulation entre convictions, engagement dans la cause végétarienne et pratique du végétarisme. J’allais alors entamer un master de sociologie et cela m’a paru passionnant à étudier.

Continuer la lecture de « Quelques mots sur la thèse… d’Alexandra HONDERMARCK »

Quelques mots sur la thèse… d’Erwin FLAUREAU

Erwin Flaureau mène une thèse intitulée « Éprouver l’attachement. La carrière morale des bénévoles maraudeurs parisiens ». Après une présentation au séminaire Sciences sociales et alimentation, il a bien voulu répondre à quelques questions pour présenter par écrit son travail.

Pourrais-tu nous résumer ton objet d’étude et ses enjeux ? Raconte-nous également l’origine de ton intérêt pour cette question.

Dans le cadre de mon doctorat en sociologie je m’intéresse aux différentes manières dont les bénévoles conçoivent l’aide qu’ils apportent aux sans-abri lors des maraudes. Si l’ensemble des maraudeuses et maraudeurs rencontrés au cours de l’enquête partagent un intérêt pour mener une action altruiste et valorisent la sollicitude (Tronto, 1993) auprès des personnes à la rue, ils produisent en même temps un lien qui souvent se caractérise par un déni de reconnaissance ou un défaut de protection. Dans la rencontre, les sans-abri reprochent en effet aux bénévoles de ne pouvoir réellement compter pour ou compter sur celles et ceux qui viennent leur rendre visite sur leur lieu de vie. Ainsi, il s’agit de comprendre comment se fait-il qu’alors que les bénévoles agissent de manière solidaire auprès des sans-abri, ils et elles produisent en même temps des liens qui oppressent ou qui fragilisent (Paugam, 2017) ?

Continuer la lecture de « Quelques mots sur la thèse… d’Erwin FLAUREAU »

De nombreuses soutenances parmi les membres de Solal en 2019 et 2020

 

Cinq thèses et une habilitation à diriger des recherches ont été soutenues sur l’année universitaire 2019-2020  et viennent enrichir le spectre des travaux menés au sein de Solal 

Continuer la lecture de « De nombreuses soutenances parmi les membres de Solal en 2019 et 2020 »

Soutenance de Flore Guiot

Flore Guiot, qui était notre pensionnaire pendant trois mois en début 2019, a obtenu son titre de docteur en histoire à l’Université catholique de Louvain avec une thèse intitulée « Action publique et sécurité alimentaire en Belgique (1830-1900) ». Le matin du 22 décembre 2020, elle a d’abord brillamment défendu sa thèse Action publique et sécurité alimentaire en Belgique (1830-1900) devant le jury (la défense privée selon les règles belges), puis elle l’a soutenue avec brio devant le grand public l’après-midi (la soutenance publique). Le jury a tenu à présenter ses félicitations à Flore Guiot pour un travail neuf, solide et bien mené.

Continuer la lecture de « Soutenance de Flore Guiot »

Présentation de l’ouvrage Quand les cantines se mettent à table… Commensalité et identité sociale : save the date

Du quotidien d’ouvriers sénégalais en France dans les années 1970 à celui de personnes âgées vivant en Ehpad, en passant par les élèves d’écoles primaires et de collégiens, tous ont pour expérience commune les repas collectifs au réfectoire, source de tensions et de solidarité, d’exclusion autant que d’identification.  Cet ouvrage  fera l’objet d’une présentation à la prochaine séance du séminaire Sciences sociales et alimentation du 18 décembre [pour le programme et l’inscription : https://solal.hypotheses.org/seminaires/2020-2021]

Continuer la lecture de « Présentation de l’ouvrage Quand les cantines se mettent à table… Commensalité et identité sociale : save the date »

Soutenance de thèse de Coline Ferrant: save the date!

Coline Ferrant soutiendra le 17 décembre 2020 sa thèse intitulée «L’alimentation dans la vie quotidienne d’habitants de Paris et de Chicago » et menée en co-tutelle entre Sc.Po Paris et Northwestern University, sous la direction de Marco Oberti (Sc. Po) et Gary Fine (Northwestern University).

Coline Ferrant will defend on December 17, 2020 her PhD Dissertation, conducted in co-supervision between Sc.Po Paris and Northwestern University. The thesis is entitled  « Food in the Lives of Paris and Chicago Residents », under the supervision of Marco Oberti (Sc.Po) and Gary Fine (Northwestern University).

Continuer la lecture de « Soutenance de thèse de Coline Ferrant: save the date! »

Vient de paraître : Parentalité en Migration

De l’économie domestique aux modèles parentaux face aux institutions, en passant par l’alimentation en migration, le contenu de ce numéro sera présenté au CMH le 5 février prochain. Save the date !

Le dernier numéro de la Revue des politiques sociales et familiales (RPSF, n°134) confronte avec beaucoup d’intérêt plusieurs regards sur la « Parentalité en migration », y compris du point de vue de l’alimentation familiale. Continuer la lecture de « Vient de paraître : Parentalité en Migration »