De nombreuses soutenances parmi les membres de Solal en 2019 et 2020

 

Cinq thèses et une habilitation à diriger des recherches ont été soutenues sur l’année universitaire 2019-2020  et viennent enrichir le spectre des travaux menés au sein de Solal 

Continuer la lecture de « De nombreuses soutenances parmi les membres de Solal en 2019 et 2020 »

Soutenance de Flore Guiot

Flore Guiot, qui était notre pensionnaire pendant trois mois en début 2019, a obtenu son titre de docteur en histoire à l’Université catholique de Louvain avec une thèse intitulée « Action publique et sécurité alimentaire en Belgique (1830-1900) ». Le matin du 22 décembre 2020, elle a d’abord brillamment défendu sa thèse Action publique et sécurité alimentaire en Belgique (1830-1900) devant le jury (la défense privée selon les règles belges), puis elle l’a soutenue avec brio devant le grand public l’après-midi (la soutenance publique). Le jury a tenu à présenter ses félicitations à Flore Guiot pour un travail neuf, solide et bien mené.

Continuer la lecture de « Soutenance de Flore Guiot »

Présentation de l’ouvrage Quand les cantines se mettent à table… Commensalité et identité sociale : save the date

Du quotidien d’ouvriers sénégalais en France dans les années 1970 à celui de personnes âgées vivant en Ehpad, en passant par les élèves d’écoles primaires et de collégiens, tous ont pour expérience commune les repas collectifs au réfectoire, source de tensions et de solidarité, d’exclusion autant que d’identification.  Cet ouvrage  fera l’objet d’une présentation à la prochaine séance du séminaire Sciences sociales et alimentation du 18 décembre [pour le programme et l’inscription : https://solal.hypotheses.org/seminaires/2020-2021]

Continuer la lecture de « Présentation de l’ouvrage Quand les cantines se mettent à table… Commensalité et identité sociale : save the date »

Soutenance de thèse de Coline Ferrant: save the date!

Coline Ferrant soutiendra le 17 décembre 2020 sa thèse intitulée «L’alimentation dans la vie quotidienne d’habitants de Paris et de Chicago » et menée en co-tutelle entre Sc.Po Paris et Northwestern University, sous la direction de Marco Oberti (Sc. Po) et Gary Fine (Northwestern University).

Coline Ferrant will defend on December 17, 2020 her PhD Dissertation, conducted in co-supervision between Sc.Po Paris and Northwestern University. The thesis is entitled  « Food in the Lives of Paris and Chicago Residents », under the supervision of Marco Oberti (Sc.Po) and Gary Fine (Northwestern University).

Continuer la lecture de « Soutenance de thèse de Coline Ferrant: save the date! »

Vient de paraître : Parentalité en Migration

De l’économie domestique aux modèles parentaux face aux institutions, en passant par l’alimentation en migration, le contenu de ce numéro sera présenté au CMH le 5 février prochain. Save the date !

Le dernier numéro de la Revue des politiques sociales et familiales (RPSF, n°134) confronte avec beaucoup d’intérêt plusieurs regards sur la « Parentalité en migration », y compris du point de vue de l’alimentation familiale. Continuer la lecture de « Vient de paraître : Parentalité en Migration »

Enquête Coralim

CORALIM Enquête participative sur la socialisation alimentaire et corporelle

Pilotée par l’Institut national de la recherche agronomique et environnementale (INRAE) en partenariat avec le CNRS et des établissements scolaires  d’éducation prioritaire, l’étude CORALIM est soutenue par un ensemble d’institutions publiques et éducatives (Ville de Paris, Établissements scolaires, Maison du Geste et de l’Image (MGI), Institut National pour la Jeunesse et l’Education Populaire (INJEP)).

Continuer la lecture de « Enquête Coralim »

Covid-19 et food studies: Ressources bibliographiques et appels à contributions

La crise sanitaire que  nous traversons actuellement et le confinement auquel nous sommes contraint.e.s conduisent certaines bibliothèques et certains éditeurs à ouvrir largement, de façon temporaire, leurs collections.

Signalons en particulier la revue Gastronomica, qui met sa collection en accès libre jusqu’à fin juin, l’éditeur Bloomsbury sa collection « Food Library« , ou Quaé  une série de ebooks.

Par ailleurs, la communauté scientifique lance des initiatives pour comprendre les effets du covid-19 sur l’alimentation:

La revue Gastronomica lance un appel à contributions « Food in the time of Covid-19 ».

Les chercheurs  Gilles Maréchal et Catherine Darrot ont lancé  une enquête collaborative pour comprendre les impacts du Coronavirus sur les systèmes alimentaires et la résilience des acteurs: le lien ici.

Des chercheurs de l’université d’Anvers ont lancé une enquête en ligne  sur l’impact de COVID-19 sur les comportements culinaires,  comportements alimentaires et comportements médiatiques: le lien ici.

N’hésitez pas à nous faire part d’autres ressources ou initiatives que nous pourrons relayer sur cette page, et surtout, prenez bien soin de vous.

 

Les repas de grève : un répertoire de mobilisation éprouvé de longue date

Grève des papeteries bizontines. Soupe communiste. Repas en plain air, Besançon, 1907.

Soupe communiste, repas de grève, repas de soutien : autant de formulations plus ou moins anciennes utilisées pour évoquer des temps de partage de nourriture lors de mobilisations sociales.

Les appels réguliers aux repas de soutien aux grévistes dans le cadre de la mobilisation sociale actuelle font écho à un répertoire protestataire employé de longue date, qui s’est amplifié à la fin du xixe siècle. L’autorisation des grèves (1864) puis des syndicats (1884) s’accompagne d’un élargissement des pratiques de grève, en même temps que l’allongement de leur durée. Ce phénomène entraîne de nouveaux répertoires d’action protestataire, dont participe l’organisation de repas collectifs. C’est ce que rappelle fort clairement François Jarrige dans un chapitre sur « L’invention des “soupes communistes” en France (1880-1914) », publié dans un ouvrage consacré aux pratiques d’alimentation au travail. D’autres contributions sont consacrées à la signification et à l’organisation pratique des repas de grève de la fin du xixe à 1968. Ces textes, et d’autres plus anciens auxquels ils se réfèrent, rappellent à quel point les « soupes » ou repas de grève poursuivaient au moins deux objectifs: il s’agissait autant de nourrir les protestataires les plus fragiles au plan économique et leurs familles que de créer des solidarités et entretenir ainsi la dynamique de mobilisation.  On ne peut que constater l’actualité de ce phénomène, comme le montre le repas dont témoigne Marie Plessz sur ce même blog.

Pour comprendre l’histoire, le fonctionnement mais aussi les conflits attachés aux repas de grève, voici quelques références récentes indicatives :

Baillargeon Camille, « La soupe populaire a-t-elle un arrière-goût amer ? (2) Soupes communistes, soupes de grève », Institut d’histoire ouvrière, économique et sociale, 19 décembre 2009, Analyse n°60.

Bianchi Serge, « Les “soupes communistes ” dans les grèves de la Belle Époque (1900-1914) » dans Christiane Demeulenaere-Douyère (ed.), Tous à table ! Repas et convivialité (édition électronique), s.l., Éditions du CTHS, 2015, p.27-43,

Bouchet Thomas, Gacon Stéphane, Jarrige François, Nérard François-Xavier et Vigna Xavier (eds.), La gamelle et l’outil : manger au travail en France et en Europe de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Nancy, Arbre bleu éditions, 2016,  367 p.

Jarrige François, « L’invention des “soupes communistes ” en France (1880-1914) » dans Thomas Bouchet, Stéphane Gacon, François Jarrige, François-Xavier Nérard et Xavier Vigna (eds.), La gamelle et l’outil : manger au travail en France et en Europe de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Nancy, Arbre bleu éditions, 2016, p. 161‑178.

Poggioli Morgan, « Manger (et boire) dans les usines occupées du printemps 1936 » dans Thomas Bouchet, Stéphane Gacon, François Jarrige, François-Xavier Nérard et Xavier Vigna (eds.), La gamelle et l’outil : manger au travail en France et en Europe de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Nancy, Arbre bleu éditions, 2016,  p. 193‑206.

Porhel Vincent, « Les usages politiques du repas de grève dans les années 1968 : l’exemple de la Bretagne » dans Thomas Bouchet, Stéphane Gacon, François Jarrige, François-Xavier Nérard et Xavier Vigna (eds.), La gamelle et l’outil: manger au travail en France et en Europe de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Nancy, Arbre bleu éditions, 2016,  p. 281‑292.

Sirot Stéphane, « La pauvreté comme une parenthèse : survivre en grève du XIXe siècle à la Seconde Guerre mondiale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique,  avril 2007, no 101, p. 51‑64.

Alimentation en lutte

Repas collectif
Dans la maison des réfugiés, repas de soutien aux grévistes de la RATP du XIVe arrondissement de Paris

J’ai pris cette photo le 7 janvier 2020. Je participais à un déjeuner de soutien aux grévistes contre le projet de réforme des retraites.

On the 7th of January I joined a lunch in support to bus drivers who had been on strike since december 5th against the draft reform of the French pension system. More than 50 people, students, neighbours, yellow vests gathered in the Home for refugees bd Jourdan.

Les conducteurs de bus, tram, métro et RER de la région parisienne sont massivement en grève reconductible illimitée depuis le 5 décembre. Beaucoup de salariés espèrent que le blocage des transports qu’ils provoquent pèsera sur l’issue de ce conflit social majeur.

Aussi des gilets jaunes du XIVème arrondissement de Paris  et des étudiants en sciences sociales du campus Jourdan de l’ENS(où est situé le Centre Maurice Halbwachs) ont décidé d’organiser un déjeuner pour les soutenir.

Ce déjeuner a eu lieu dans la toute nouvelle Maison des réfugiés, ouverte cet été par la Ville de Paris et Emmaüs et qui se situe au 50 bd Jourdan – de l’autre côté de la rue pour les chercheurs et étudiants du Centre Maurice Halbwachs. Un lieu convivial et accueillant, où prendre un café, se poser avec un livre, faire sa lessive, ou se réunir.

Nous y avons trouvé des tables et des chaises pour cinquante personnes, des assiettes et des couverts pour tout le monde (des vrais, pas des jetables), une cuisine où réchauffer les plats et faire la vaisselle… Les Gilets jaunes avaient préparé un chili con carne, les étudiants de Jourdan un couscous végétarien (et au passage, hallal). Chacun est arrivé avec un peu d’entrée, de dessert ou de boissons. Tout était bien organisé: une table pour le sucré, une table pour le salé, une pour les boissons. il y avait même des pichets pour servir de l’eau à tout le monde – et du vin.

Les discours sont restés brefs. Nous avons mangé ensemble, en discutant avec des personnes que nous n’aurions pas croisées en d’autres circonstances. Et puis le temps de la lutte a repris le dessus, les grévistes RATP sont partis vite pour aller soutenir un collègue qui faisait face à une procédure disciplinaire.

Nous avons tous senti que ce moment de commensalité nous avait donné des forces, de l’élan, avait créé du lien entre nous.  Mais ce lien n’est pas né de nulle part: ce déjeuner a été possible parce que quelques gilets jaunes et étudiant.es de Jourdan ont passé du temps avec les agents RATP sur le piquet de grève du dépot de bus situé près de la Porte d’Orléans, dès 5 heures du matin. Il a été possible parce que des gens ont cuisiné d’énormes marmites, puis ont fait la vaisselle, rangé et nettoyé.

Et Martin Bruegel a immédiatement fait le parallèle avec ses archives…

photo d'une soupe communiste pour des grévistes ardoisiers
Une photo transmise par Martin Bruegel: Grève des ardoisiers de TRELAZE, soupe communiste, le réfectoire. 1913