Séminaire – Compte-rendu de la séance du 18 octobre 2019, par Sabine Megarbane

Estelle Fourat, « Les figures de l’adaptation alimentaire : formes d’autonomie sous contrainte alimentaire »

Estelle Fourat est post-doctorante en Sociologie à l’IRIS. Son travail, fruit d’un partenariat avec la Croix-Rouge française dans le cadre d’une recherche action, porte sur les représentations et l’usage de l’aide alimentaire chez les personnes migrantes primo-arrivantes en France. Cette recherche étudie les trajectoires alimentaires de primo-arrivants en France et rend compte, grâce à une méthode compréhensive fondée sur des entretiens mensuels auprès de quatre enquêté.e.s, et un travail d’ethnographie des usages de l’aide alimentaire par les enquêté.e.s ainsi que par les personnes migrantes présentes lors de distributions de repas à Paris.

Ce travail de recherche part du constat que les distributions alimentaires faites aux personnes migrantes génèrent de nombreux restes. La présence de ceux-ci contredit l’image simpliste d’individus affamés et met en avant une réalité plus complexe où, même en situation de précarité alimentaire, les individus expriment des préférences alimentaires. Manger n’est en effet pas seulement un besoin physiologique : les pratiques culinaires et gastronomiques sont également des marqueurs sociaux et culturels qui participent à la construction des liens sociaux et à l’apprentissage de normes.

Les entretiens réalisés ont permis à Estelle Fourat de distinguer quatre formes et modes d’adaptation à l’aide alimentaire se plaçant sur un spectre allant de la dépendance totale à l’autonomie totale par rapport à celle-ci. Les variables agissant quant au niveau de dépendance des individus par rapport à l’aide alimentaire sont liées, pour Estelle Fourat, au statut administratif de la personne – selon qu’ elle est présente en situation régulière ou irrégulière sur le territoire -, la densité du réseau social – les proches, parents, mais également médecins, bénévoles, assistant.e social.e –, le niveau d’insertion dans le travail non salarié et le type d’hébergement – et par extension les équipements dont disposent ou non les individus pour cuisiner. Les quatre « figures » ne représentent pas des idéaux-types mais rendent plutôt compte des effets provoqués par les variables précédemment évoquées dans la capacité d’adaptation alimentaire des individus en situation de migration.

Enfin, les conclusions d’Estelle Fourat dans le cadre de ce partenariat en recherche-action l’amènent à plaider pour une aide alimentaire moins diversifiée mais plus riche en produits de base, ainsi que pour la distribution de condiments permettant de retrouver les saveurs culinaires des pays quittés ; en outre, il serait souhaitable de permettre aux individus d’avoir une plus grande liberté et autonomie dans leurs choix alimentaires en leur donnant par exemple directement accès à des lieux d’achat de denrées alimentaires.

Compte-rendu réalisé par Sabine MEGABARNE, octobre 2019


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.