Les repas de grève : un répertoire de mobilisation éprouvé de longue date

Grève des papeteries bizontines. Soupe communiste. Repas en plain air, Besançon, 1907.

Soupe communiste, repas de grève, repas de soutien : autant de formulations plus ou moins anciennes utilisées pour évoquer des temps de partage de nourriture lors de mobilisations sociales.

Les appels réguliers aux repas de soutien aux grévistes dans le cadre de la mobilisation sociale actuelle font écho à un répertoire protestataire employé de longue date, qui s’est amplifié à la fin du xixe siècle. L’autorisation des grèves (1864) puis des syndicats (1884) s’accompagne d’un élargissement des pratiques de grève, en même temps que l’allongement de leur durée. Ce phénomène entraîne de nouveaux répertoires d’action protestataire, dont participe l’organisation de repas collectifs. C’est ce que rappelle fort clairement François Jarrige dans un chapitre sur « L’invention des “soupes communistes” en France (1880-1914) », publié dans un ouvrage consacré aux pratiques d’alimentation au travail. D’autres contributions sont consacrées à la signification et à l’organisation pratique des repas de grève de la fin du xixe à 1968. Ces textes, et d’autres plus anciens auxquels ils se réfèrent, rappellent à quel point les « soupes » ou repas de grève poursuivaient au moins deux objectifs: il s’agissait autant de nourrir les protestataires les plus fragiles au plan économique et leurs familles que de créer des solidarités et entretenir ainsi la dynamique de mobilisation.  On ne peut que constater l’actualité de ce phénomène, comme le montre le repas dont témoigne Marie Plessz sur ce même blog.

Pour comprendre l’histoire, le fonctionnement mais aussi les conflits attachés aux repas de grève, voici quelques références récentes indicatives :

Baillargeon Camille, « La soupe populaire a-t-elle un arrière-goût amer ? (2) Soupes communistes, soupes de grève », Institut d’histoire ouvrière, économique et sociale, 19 décembre 2009, Analyse n°60.

Bianchi Serge, « Les “soupes communistes ” dans les grèves de la Belle Époque (1900-1914) » dans Christiane Demeulenaere-Douyère (ed.), Tous à table ! Repas et convivialité (édition électronique), s.l., Éditions du CTHS, 2015, p.27-43,

Bouchet Thomas, Gacon Stéphane, Jarrige François, Nérard François-Xavier et Vigna Xavier (eds.), La gamelle et l’outil : manger au travail en France et en Europe de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Nancy, Arbre bleu éditions, 2016,  367 p.

Jarrige François, « L’invention des “soupes communistes ” en France (1880-1914) » dans Thomas Bouchet, Stéphane Gacon, François Jarrige, François-Xavier Nérard et Xavier Vigna (eds.), La gamelle et l’outil : manger au travail en France et en Europe de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Nancy, Arbre bleu éditions, 2016, p. 161‑178.

Poggioli Morgan, « Manger (et boire) dans les usines occupées du printemps 1936 » dans Thomas Bouchet, Stéphane Gacon, François Jarrige, François-Xavier Nérard et Xavier Vigna (eds.), La gamelle et l’outil : manger au travail en France et en Europe de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Nancy, Arbre bleu éditions, 2016,  p. 193‑206.

Porhel Vincent, « Les usages politiques du repas de grève dans les années 1968 : l’exemple de la Bretagne » dans Thomas Bouchet, Stéphane Gacon, François Jarrige, François-Xavier Nérard et Xavier Vigna (eds.), La gamelle et l’outil: manger au travail en France et en Europe de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Nancy, Arbre bleu éditions, 2016,  p. 281‑292.

Sirot Stéphane, « La pauvreté comme une parenthèse : survivre en grève du XIXe siècle à la Seconde Guerre mondiale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique,  avril 2007, no 101, p. 51‑64.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.