Vient de paraître : Parentalité en Migration

De l’économie domestique aux modèles parentaux face aux institutions, en passant par l’alimentation en migration, le contenu de ce numéro sera présenté au CMH le 5 février prochain. Save the date !

Le dernier numéro de la Revue des politiques sociales et familiales (RPSF, n°134) confronte avec beaucoup d’intérêt plusieurs regards sur la « Parentalité en migration », y compris du point de vue de l’alimentation familiale. Plusieurs articles questionnent les conditions de la parentalité à distance dans les familles migrantes, Amélie Grysole montrant les précieux atouts d’une économie domestique transnationale autonome, tandis que Pierre Eloy et Tatiana Eremenko soulèvent les limites de sa prise en compte par les institutions des migrants. Les contributions de ce numéro révèlent en outre les difficultés croissantes de ces derniers à maintenir leurs droits sociaux et familiaux, la note de lecture de Lucie Lepoutre étayant le lien entre réseau de parenté et pratique migratoire dans le cas des sans-papiers. Les articles de Marion Manier et d’Anne Unterreiner sur des dispositifs institutionnels de soutien à la parentalité en migration, montrent par ailleurs que bien que tendant à s’affranchir d’une vision assimilationniste en valorisant davantage le multilinguisme, la posture culturaliste de certains intervenants de ces dispositifs transforme les ambitions d’accompagnement en formes de ré-éducation à la parentalité. Questionnant la confrontation des modèles de parentalité, les articles et notes de lecture de Claire Lajus, Catherine S. Gonzales-Alvarez, Asunción Fresnoza-Flot et Bernard Pélamourgues s’arrêtent sur les négociations autour du travail parental et des styles éducatifs dans les couples mixtes, s’appuyant notamment sur les pratiques alimentaires familiales. L’alimentation en migration est aussi au cœur de l’article de Christine Tichit sur le rôle de la cuisine et de l’organisation domestique dans la transmission intergénérationnelle des gouts et du travail alimentaire, ainsi que de la synthèse que propose Anne Unterreiner sur la journée d’études du CNRS « Alimentation en migration : enjeux de santé, de transmission et d’acculturation».

L’ensemble de ce numéro sera présenté dans le cadre d’un atelier de l’axe INES au Centre Maurice Halbwachs (CMH), prévu le vendredi 5 février 2020. Save the date !


Auteur/autrice : Christine Tichit

Sociologue et démographe, chercheure de l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) au Centre Maurice Halbwachs (CMH-ENS Paris Jourdan). Après des recherches sur la famille et les rapports de genre en Afrique à l’Institut de Formation et Recherches Démographique (IFORD, Cameroun) et au Centre Population et Développement (CEPED), elle a travaillé sur les représentations de la parentalité en France à l’Institut National des Etudes Démographiques (INED). Depuis une dizaine d’années elle poursuit ses recherches à l’INRA en sociologie de l’alimentation et coordonne le groupe « Alimentation-Nutrition» de l’Étude Longitudinale Française depuis l’Enfance (ELFE). Dans le cadre de la cohorte Elfe, elle étudie l’allaitement, l’alimentation périnatale et infantile, dans une perspective comparative internationale. Ses recherches actuelles en sociologie de l’alimentation, portent aussi sur le rapport aux normes et la construction des habitudes alimentaires, la différenciation sociale et genrée des pratiques, ainsi que les inégalités alimentaires, en particulier dans l’enfance et en situation de migration. Elle conjugue des approches méthodologiques qualitatives (terrains en milieux scolaires notamment) et quantitatives (cohorte ELFE, SIRS, NUTRINET, US-IFPS2) et participe à plusieurs réseaux de recherche sur les méthodologies biographiques et longitudinales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.