Quelques mots sur la thèse… d’Alexandra HONDERMARCK

Alexandra Hondermarck mène une thèse dont le sujet est : « Une “nébuleuse végétarienne”. Sociologie historique des pratiques de consommation végétariennes (1880 – 1940) ». Elle a répondu à quelques questions pour nous présenter par écrit son travail, après une intervention dans le séminaire Sciences sociales et alimentation.

Pourrais-tu résumer ton sujet d’étude et ses enjeux ? Raconte-nous également comment ce sujet est entré dans ta vie, l’origine de ton intérêt pour cette question.

Mon intérêt pour la question du végétarisme date d’il y a quelques années, lorsque, sensibilisée à la cause animale, j’ai voulu adopter ce régime alimentaire. Pourtant habituée à expérimenter toutes sortes de régimes alimentaires restrictifs, notamment du fait d’allergies, j’ai eu de grandes difficultés à mettre le végétarisme en pratique. La mise en œuvre du régime végétarien suppose en effet des réajustements des habitudes alimentaires au sein du foyer, des modifications d’approvisionnement alimentaire, de nouvelles pratiques culinaires, etc. C’est à ce moment-là que je me suis interrogée sur l’articulation entre convictions, engagement dans la cause végétarienne et pratique du végétarisme. J’allais alors entamer un master de sociologie et cela m’a paru passionnant à étudier.

J’ai tout simplement commencé par me demander depuis quand le mouvement végétarien existait en France. J’ai été étonnée du peu de travaux sur le végétarisme en France, alors que les mouvements anglophones et germanistes avaient fait l’objet d’une vaste littérature. J’ai pu prendre pour point de départ les travaux d’Arouna Ouédraogo (INRAE), qui sont les premiers à avoir pris à bras le corps la question du cas français. Dans une perspective comparative, celui-ci montre que le mouvement végétarien français se structure à la fin du xixe siècle comme un mouvement hygiéniste, qui entend fonder le végétarisme sur des bases scientifiques, tout en ayant des relations fortes avec des croyances religieuses. Cela m’a conduit à vouloir comprendre en profondeur la structure de ce mouvement végétarien en étudiant ses réseaux et ses pratiques militantes concrètes. Par chance, j’étais alors encadrée par Anne Lhuissier, elle-même très familière avec le travail sur archives et sources écrites. Bien que sociologue de formation, j’ai donc réalisé un mémoire de Master 2 sur cette question, soutenu en 2018, avant de prolonger cette recherche en thèse, sous la direction à la fois sociologique et historienne de Sophie Dubuisson-Quellier et Marie-Emmanuelle Chessel (CSO, Sciences Po).

Quelle place les enjeux alimentaires prennent-ils dans tes questionnements ?

Les enjeux alimentaires sont importants pour les acteur·ices que j’étudie et qui réfléchissent collectivement à la manière de constituer des corpus de recettes végétariennes, aux meilleures manières de s’approvisionner, aux substituts à la viande, aux étapes à suivre pour adopter le régime végétarien, etc. Cela ne va pas sans difficultés : on a des témoignages de gênes ou problèmes de santé dus à ce nouveau régime alimentaire, qui remettent en cause toutes les promesses du végétarisme dans les discours. Cela permet d’étudier la manière dont un changement de régime alimentaire engage des modifications en termes de rapport au corps. Cette difficulté de la mise en pratique est vraiment un frein à la « propagande » [sic.] du végétarisme. Afin de la réduire, défenseurs et défenseuses du végétarisme recommandent ainsi des magasins, des produits, des recettes, proposent des menus hebdomadaires, etc. Ce qui m’intéresse est donc de voir comment ces questions alimentaires s’articulent avec l’engagement dans le mouvement végétarien : si elles peuvent le remettre en cause, elles peuvent aussi être un appui important dans le militantisme, en légitimant l’engagement et en prouvant les avantages du régime. Les publications des végétarien·nes regorgent de récits de « conversion » réussies et qui entendent faire preuve par l’exemple.

Concernant la réalisation concrète, quelles ont été tes méthodes ? Comment le « terrain » s’est-il déroulé ? Quels défis se sont présentés à toi en cours de route et quels aménagements éventuels as-tu dû réaliser ?

Ma thèse repose sur un travail sur archives exclusivement, du fait du choix de la période d’étude qui va de la fin du xixe siècle à la Seconde Guerre mondiale. Alors que mon mémoire de Master reposait uniquement sur des publications émises par la Société végétarienne de France et ses membres, entre le début des années 1880 et 1914, qui sont surtout des écrits de propagande du végétarisme, le défi de ma thèse était de trouver des archives pour offrir un contrepoint à ces sources et un autre regard sur le végétarisme. Il s’agit de proposer une véritable sociologie historique de ce mouvement végétarien, au-delà d’une histoire de l’idéologie végétarienne qui a déjà été travaillée par des historiens et des philosophes. N’étant pas historienne de formation mais sociologue, le plus difficile a été l’apprentissage de la recherche de sources et d’archives. L’absence d’un fonds d’archive constitué sur le végétarisme m’a conduite à procéder, d’une part, par approche prosopographique, c’est-à-dire en réalisant la biographie collective d’un groupe social ou d’un ensemble d’individus, et d’autre part, par suivi individualisé des individus engagés dans le végétarisme afin de trouver des fonds et traces multiples dans les archives. Cette méthode s’est finalement avérée fructueuse en permettant de décloisonner l’analyse du végétarisme : cela m’a poussée à l’étudier en faisant un détour par d’autres causes de la réforme sociale, comme la lutte antialcoolique ou la protection animale, mais aussi par d’autres pays (comme la Suisse et les Pays-bas), ce qui est finalement très riche pour l’analyse.

Peux-tu nous décrire quelques premiers résultats ou premières conclusions ? Quelles sont les grandes caractéristiques et évolutions de la « nébuleuse végétarienne » ?

Un des premiers résultats qui m’est apparu est que le végétarisme correspond à des significations multiples — ce que soulevait déjà Arouna Ouédraogo — , mais aussi à des modes d’engagement variés. Tous les individus engagés dans la cause ne le pratiquent pas, et réciproquement, les pratiquants du végétarisme s’engagent à des degrés divers dans le mouvement végétarien. Certains individus réforment leur alimentation par conviction et, dans le même mouvement, promeuvent son application à des populations cibles. Pour d’autres, la pratique du végétarisme — pour des raisons de santé ou des raisons éthiques — précède l’engagement dans le mouvement. D’autres préfèrent rester volontairement en marge des associations végétariennes et envisagent le végétarisme uniquement comme une réforme à titre personnel — c’est le cas du publiciste et critique dramaturge Francisque Sarcey— ou thérapeutique uniquement, ce que préconise par exemple le célèbre docteur Georges Dujardin-Beaumetz. Enfin, l’engagement dans le végétarisme est aussi à étudier en lien avec le marché : les individus modifient leur consommation en privilégiant certaines marques ou certains produits, et peuvent aussi tenter de modifier le marché en leur sens.

La « nébuleuse végétarienne » peut être considérée comme le fruit de ces engagements de différentes natures, qui sont aussi concomitants d’autres engagements associatifs, souvent dans le milieu de la réforme sociale. Ma thèse étudie justement comment, au cours de la première moitié du xxe siècle, ces multi-engagements évoluent en même temps que la composition sociale des associations végétariennes. Très élitistes autour de 1900, et portées majoritairement par des médecins, celles-ci se multiplient et élargissent leur recrutement dans la première moitié du xxe siècle. Les réseaux et ramifications du végétarisme sont alors intéressants à étudier.

Dans une perspective plus personnelle, en quoi ce travail a-t-il fait changer ton regard sur le végétarisme ?

Le végétarisme actuel est souvent interprété comme un mouvement social ou une pratique en lien avec les mouvements de protection animale. L’histoire du végétarisme est aussi parfois lue, selon une grille de lecture éliasienne, comme le résultat d’une tendance à l’augmentation de la sensibilité à la souffrance animale au fil des siècles. Mes recherches m’ont permis de complexifier cette lecture en remarquant que, dès le xixe siècle, celles et ceux qui promouvaient le végétarisme avaient déjà une vision très large de la réforme de la société, tant en termes de rapport aux animaux que de lutte contre la pauvreté, quitte à prêter au végétarisme toutes les vertus… Ce travail de décentrement permet de prendre du recul sur le sens donné au végétarisme dans différents contextes. Ce qui est frappant est l’adaptabilité du végétarisme aux grandes questions de la période, ainsi que l’ampleur des attentes qu’il peut soulever pour ses adeptes — à la mesure de celle des craintes qu’il occasionne pour ses détracteurs.

De façon plus légère, peut-on donc devenir végétarien·ne sans changer plus généralement son mode de vie ?

La théorie des pratiques est très utile pour répondre à cette question, plutôt par la négative : le régime végétarien repose sur un ensemble de pratiques (faire ses courses, composer son menu, adopter certains gestes culinaires, individualiser ou non son repas selon la composition du foyer, etc.). La conversion au végétarisme implique de changer beaucoup d’éléments du quotidien autour de l’alimentation — ce qui est déjà, en soi, en partie un changement de mode de vie—, mais aussi plus largement. On va par exemple chercher à se documenter, trouver des témoignages, voire à coupler cela avec un engagement associatif, ce qui va en retour nourrir et influencer les pratiques. Il est en tous cas intéressant de se demander dans quelle mesure le passage au végétarisme coïncide avec une rupture biographique.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.