Quelques mots sur le travail de recherche de… Camille BOUBAL

Camille Boubal est chercheuse postdoctorale au Dysolab (Université de Rouen) et chercheuse associée au Centre de Sociologie des Organisations. Suite à sa présentation au séminaire Sciences sociales et alimentation, elle répond à nos questions pour présenter par écrit son travail.

Pourriez-vous nous résumer votre objet d’étude, et nous raconter l’origine de votre intérêt pour cette question ?

Préparée au Centre de Sociologie des Organisations sous la direction d’Olivier Borraz, ma thèse de sociologie porte sur la genèse et le développement d’une politique de santé publique en matière de nutrition en France. À travers l’étude de la conception d’instruments de prévention (campagnes de communication, guides et labels), de la régulation du marketing alimentaire et de la formation d’une expertise en nutrition, j’analyse les transformations de l’action de l’État et du gouvernement des conduites en matière d’alimentation. Mes recherches postdoctorales documentent plus spécifiquement les relations entre acteurs publics et acteurs du secteur agroalimentaire autour de la redéfinition des messages nutritionnels, quinze ans après les célèbres « 5 fruits et légumes par jour ».

L’origine de mon intérêt pour les questions alimentaires vient de mon engouement pour les cultural studies, et spécifiquement les travaux sur la réception et les publics médiatiques découverts lors de mon master à l’EHESS. En ciblant une controverse publique (l’obésité infantile et la publicité télévisée), j’ai souhaité réfléchir à la manière dont se construisent des représentations des enfants, de l’alimentation et des acteurs économiques (industries agroalimentaires et publicitaires) dans les discours médiatiques. J’ai, par la suite, cheminé vers l’étude de la fabrique des instruments d’action publique.

Concernant la réalisation concrète, quelles ont été vos méthodes ? Comment le « terrain » s’est-il déroulé ? Quels défis se sont présentés à vous en cours de route et quels aménagements éventuels avez-vous dû réaliser ?

Formée à la sociologie des organisations et de l’action publique, j’ai réalisé une importante campagne d’entretiens (120) avec des représentants d’agences sanitaires, des acteurs politico-administratifs et des chercheurs occupant des missions d’expertise auprès d’acteurs publics comme privés. Financée par l’Institut National de Prévention et d’Éducation à la Santé (INPES)1, j’y ai également mené un travail d’observations de plus de six mois. Outre la participation aux réunions relatives à la nutrition (campagnes de communication, outils de labellisation, programmes de formation) et à la vie de l’institution, j’ai collecté des archives hétérogènes (comptes rendus de réunions, notes au ministère de la Santé, courriers d’acteurs industriels, etc.) qui se sont révélées particulièrement riches pour l’enquête. Comme l’agence sanitaire mobilise régulièrement en son sein des compétences en sciences sociales pour évaluer l’acceptabilité et la réception de ses outils, la présence d’une doctorante en sociologie a été assez bien acceptée en interne. J’ai enfin mené une série d’observations dans une quinzaine de colloques sur la nutrition, le marketing social et/ou le « changement de comportement » et dans deux groupes de travail, sur les nudges et la consommation durable » puis au sein de l’expertise collective de l’INSERM sur la communication en nutrition.

Le principal défi de cette thèse a été d’en définir l’objet ! Ma recherche devait initialement porter sur le développement du marketing social et du « nudge » en nutrition2. Un programme de prévention de l’obésité des enfants, financé en partie par l’industrie agroalimentaire, faisait à l’époque la promotion de ces savoirs comportementaux pour améliorer les actions de prévention. Or, lors de mon observation à l’INPES, seule une poignée d’acteurs revendiquent, voire même connaissent ces termes. En raison du peu de travaux français en marketing social et nudge au début de la décennie 2010, on me prête le rôle d’experte voire de courtière de ces savoirs. Je suis sollicitée pour identifier des spécialistes, relire des articles et auditionnée par des étudiants. Se retrouver au cœur d’une entreprise de légitimation, accepter d’être embarquée, s’est révélé heuristique pour saisir comment des acteurs hétérogènes se débattent pour formaliser des savoirs comportementaux ou, à l’inverse, contester leur intérêt scientifique ou pour l’action publique. Mais cette analyse ne suffisait pas à constituer une thèse. Je me suis donc aussi concentrée sur l’étude du travail en routine de conception d’actions d’information et d’éducation à la santé.

Quels sont vos résultats principaux ?

Située au carrefour des sociologies de l’action publique, de l’expertise, des organisations et de la santé, la thèse montre d’abord que la mise en œuvre d’un programme de prévention en santé publique, le Programme National Nutrition santé (PNNS), ne permet pas de stabiliser une définition, même contestée, du problème de la nutrition. Les concepteurs des instruments d’information et d’éducation à la santé (campagnes de communication et guides nutritionnels) doivent concilier des logiques plurielles voire contradictoires : promouvoir une bonne alimentation sans contester le marché et individualiser les messages sans stigmatiser les conduites individuelles. Gouverner les conduites alimentaires se révèle une entreprise incertaine. La labellisation d’actions de prévention en nutrition avec un logo PNNS échoue également à encadrer les pratiques d’acteurs privés et publics à destination du grand public. Assurer la crédibilité du dispositif, en limitant notamment les possibilités offertes aux acteurs agroalimentaires de s’en prévaloir, rentre en tension avec le souci de favoriser l’émulation et l’innovation.

La thèse permet également de rendre compte de la circulation et des usages des savoirs en nutrition. La fin de la décennie 2000 est marquée par la publicisation du nudge et du marketing social, présentés comme efficaces pour changer les comportements. Mais en dépit des annonces politiques et d’expertises enthousiastes, ces savoirs ne sont finalement pas traduits dans l’action publique. Ils intéressent moins pour leur contenu que comme supports de contestation ou, à l’inverse, de légitimation d’une expertise en matière d’information et de communication. Face à l’émergence de nouveaux savoirs et sources d’expertise, face aux pressions du secteur privé, la thèse montre in fine, une capacité de résistance sur la longue durée d’un espace de politique publique. C’est dû au rôle fortement structurant de quelques personnalités, soutenues par des organisations, à faire preuve d’une capacité, malgré des désaccords persistants sur la définition même du problème et les solutions à apporter, à s’entendre sur la nécessité d’un traitement des enjeux nutritionnels dans le domaine de la santé publique. Mais cette capacité de résistance est aussi liée à l’instrument même de la régulation. Contrairement à des dispositifs plus contraignants tournés vers l’offre, l’information et l’éducation confortent finalement des présupposés partagés ou promus par l’industrie : il faut éduquer (et responsabiliser) les individus pour leurs conduites.

Ma recherche postdoctorale analyse plus spécifiquement les activités politiques déployées par les industries agroalimentaires à l’occasion de la redéfinition des messages nutritionnels. L’intervention modérée des acteurs économiques rend compte du renforcement des capacités bureaucratiques en matière de régulation agroalimentaire.

Quels sont vos engagements de recherche actuels et dans quelles directions aimeriez-vous poursuivre ?

J’ai rejoint le Dysolab (Université de Rouen) en février dernier pour approfondir mes intérêts de recherche relatifs au gouvernement des conduites en santé, mais cette fois appliqués au domaine du sport. Dans le cadre d’une recherche collective pilotée par Yannick Le Hénaff, j’étudie 1) les formes que prennent la régulation des consommations d’alcool dans le monde du rugby et les négociations qui s’opèrent entre des logiques plurielles (sanitaires, culturelles et économiques) ; 2) les relations ordinaires qui se tissent et se maintiennent entre acteurs du monde du rugby et alcooliers autour de festivités. Nous montrons comment le travail bénévole d’organisation d’événements sportifs et, plus modestement, d’animation de la vie du club participe de la normalisation, voire de la promotion des consommations. Dans ce cadre, nous organisons une future journée d’étude sur la production et la régulation des fêtes le 25 novembre 2021.

En tant que membre du Collectif interdisciplinaire de recherche sur les changements de comportement alimentaire (CIRCCA), je participe également à un groupe de travail sur l’engagement public des chercheurs spécialisés sur l’alimentation, leur expérience de l’expertise et leurs relations avec les acteurs publics et privés.


1 Cette agence a fusionné en 2016 avec l’Institut national de veille sanitaire et l’Établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (EPRUS) pour devenir l’Agence nationale de santé publique (« Santé publique France »)

2 Théorisé par Richard Thaler et Cass Sunstein dans un ouvrage éponyme (2008), le principe du nudge est de modifier les comportements individuels sans utiliser la contrainte mais les biais de rationalité. Le marketing social dont les techniques reposent sur des savoirs issus du secteur commercial, est jugé plus efficace que les campagnes nationales de prévention pour influencer les comportements.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.