L’aliment sémiotique

Compte rendu par Martin Bruegel de l’ouvrage Shana Klein, The Fruits of Empire. Art, Food, and the Politics of Race in the Age of American Expansion (Berkeley, University of California Press, 2020), 241 p.

Une image, dit l’aphorisme, vaut mille mots. Selon Bourdieu (Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, 1998.1998, p. 547), une telle valeur ajoutée doit beaucoup à l’amnésie qui obscurcit la genèse des œuvres d’art graphique. Dans The Fruits of Empire, Klein vise à récupérer les dimensions refoulées ou cachées contenues dans les représentations esthétiques et commerciales des fruits exotiques dont la consommation augmente considérablement après la Guerre civile américaine. Les innovations en matière d’horticulture, de conservation des aliments et de transport permettent en effet de satisfaire la demande de produits tropicaux et semi-tropicaux. Sans aucun doute, les publicités illustrées stimulent l’appétit croissant pour les bananes, les raisins, les oranges, les ananas et les pastèques. Pourtant, Klein pousse l’argument plus loin. Les œuvres des beaux-arts, telles les natures mortes de bols de fruits, et les instructions illustrées dans les livres de cuisine, contribuent à domestiquer les denrées souvent inconnues, parfois méprisées. Elles ne trahissent aucune trace du travail requis pour cultiver ces plantes, mais offrent des conseils sur les techniques culinaires et les manières de table pour améliorer leur acceptabilité dans les ménages des classes moyennes et supérieures. Les fruits picturaux sont omniprésents et le recours au trope littéraire du jardin cultivé complète les « récits de sens et le pouvoir sémiotique » de ces images (p. 10). Ces récits, parfois explicites mais plus souvent implicites, justifient l’expansion du capital du Nord vers le Sud, l’Ouest et Hawai’i, et des fonds continentaux vers l’Amérique centrale et du Sud, et ils ignorent l’assujettissement des peuples indigènes, afro-américains ou mexicains qui travaillent dans les champs, les vignes ou les plantations. Les images, dit Klein, ne reflètent pas simplement la réalité sociale. Elles en sont constitutives car ce qu’elles montrent et ce qu’elles excluent constitue un prisme puissant pour interpréter la société et perpétuer ses inégalités.

Cinq fruits permettent à Klein d’éclairer des aspects particuliers de la contribution des artistes à la manière dont les États-Unis se présentent à eux-mêmes à partir des années 1840. Le pedigree culturel des raisins peints souligne ainsi la mission civilisatrice de la colonie américaine de Californie tout en effaçant l’héritage mexicain de la viticulture. Les représentations de scènes de travail signalent certes la présence de travailleurs non blancs, mais c’est pour mieux les perdre dans le pittoresque des peintures. Les oranges de Floride apparaissent, pendant une courte période, comme un vaisseau émancipateur pour les affranchis afro-américains avant que les lois dites de Jim Crow ne mettent fin à la fois à la liberté et à l’inclusion de Noirs poursuivant des loisirs dans les photographies et les peintures de plantations d’agrumes. L’imagerie des pastèques repose sur la stéréotypie d’Afro-Américains incontrôlables et grossiers qui les dévorent, ce qui rend nécessaire l’utilisation d’outils de dignification, tels que l’argenterie ou la vaisselle en porcelaine, pour leur octroyer le raffinement culturel nécessaire à leur inclusion dans le répertoire alimentaire des consommateurs blancs.

L’ananas et la banane permettent à Klein d’illustrer le travail pictural du capitalisme américain tout au long des filières d’approvisionnement (supply chains). Le marketing d’entreprise met en scène des situations dans lesquelles Hawai’i apparait comme un paradis de beauté naturelle, de productivité facile et d’harmonie raciale dans les champs et à l’usine. Les publicitaires sponsorisent parfois des artistes de renom pour promouvoir les fruits exotiques, mais pas toujours avec le résultat souhaité. Ainsi, la peintre Georgia O’Keeffe, qui semble troublée par les relations industrielles et de travail tendues à Hawai’i dans les années 1930, s’avère trop indépendante d’esprit pour livrer autre chose que sa version caractéristique d’un bourgeon d’ananas. Son tableau “Pineapple Bud” devient malgré tout une publicité en 1941, bien qu’accompagnée du portrait d’une famille rayonnante, blanche, moderne et aisée de quatre personnes buvant du jus d’ananas dans des verres élégants (il s’agit du même type de famille idéalisée qui mangerait du pain de mie pour des raisons d’hygiène et des céréales au son de blé pour assurer un transit intestinal régulier).

L’indépendance créatrice d’O’Keeffe pose la question de l’autonomie de l’esthétique en général. Certes, Klein saupoudre son récit d’autres exemples d’art qui critique ouvertement ou discrètement les développements contemporains. Son traitement le plus large concerne, cependant, des travaux récents qui mettent en évidence la manière dont l’impérialisme bananier et la croissance économique qu’il poursuit ont sapé les valeurs démocratiques d’égalité et de liberté en Amérique latine tout au long du siècle dernier.

Autrement dit, la sélection d’œuvres dans The Fruits of Empire laisse peu de place à l’humour, à l’ironie ou à la désapprobation. Une des raisons de l’interprétation largement déterministe de Klein provient peut-être de l’absence de toute tentative de classification des images visuelles et des différents codes et objectifs qui propulsent la publicité (ventes), la peinture (esthétique) et la photographie (enregistrement). Pourtant, si Klein ne capture pas toute l’histoire compliquée de l’art et de l’expansion impériale américaine, elle en raconte une partie importante et souvent désolante.

 

                                                                                                                                                                        Martin Bruegel

Paru en anglais dans The Journal of Interdisciplinary History 52/2 (Autumn 2021) : 219-220.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search