Isolement social, cuisine et alimentation – Étude chez les personnes retraitées vivant à domicile

Sonia Bouima started her doctoral research in 2016, under the supervision of Séverine Gojard (Inra Solal) and Maxime Michaud (Institut Paul Bocuse). Her research, entitled « Social isolation, cooking and eating among retired people », examines interventions that aim at preventing denutrition and isolation among the elderly through food-related activities.

Sonia Bouima a commencé en 2016 sa thèse qui porte sur les politiques visant à combattre l’isolement sociale des personnes âgées par des activités liées à l’alimentation. Formée à la sociologie et à l’anthropologie, Sonia est encadrée par Séverine Gojard (Inra Solal) et Maxime Michaud (Institut Paul Bocuse). Sa thèse est financée par AG2R (convention CIFRE).

Résumé :

Dans une population vieillissante, la préoccupation pour la qualité de vie et la santé des personnes âgées constitue un des enjeux majeurs de notre société. Si s’alimenter est un acte vital, nous savons aujourd’hui qu’il constitue un des facteurs clés d’un «vieillissement réussi».  Au-delà de sa seule dimension nutritionnelle, la consommation et la préparation du repas sont pensées par les acteurs sociaux comme des temps de plaisir et de convivialité. Dans ce contexte, de nombreuses actions sociales soutenues par les politiques publiques voient le jour. C’est notamment le cas d’ateliers culinaires et de repas partagés portés par des structures associatives pour retraités. Si ces actions visent à prévenir la dénutrition, l’un des objectifs affichés est de lutter contre l’isolement à travers le maintien, voire la création de «lien social».

Le but de cette recherche est de comprendre les motivations individuelles qui amènent ces retraités à participer à ces actions, ainsi que les apports de cette participation à leurs conditions d’existence. Quelles pratiques et quelles représentations de l’alimentation sont mobilisées par les différents acteurs sociaux participants à ces actions ? Quels types de relations sociales résultent de ces actions, et, plus globalement encore, participent de l’appropriation et de la réorientation de ces actions ? Cette recherche sociologique porte sur plusieurs associations de retraités situées dans la région lyonnaise. L’approche ethnographique qu’elle mobilise comprend des observations participantes, des entretiens semi-directifs complétés par l’usage de questionnaires.


Auteur : Marie Plessz

Sociologue, j'étudie les pratiques alimentaires, les parcours de vie et les inégalités sociales. Sociologist, I study food practices, the lifecourse and social inequalities.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.