Rapport du GIEC : le ‘comportement du consommateur’ ne suffira pas à réduire notre impact climatique

personnage perplexe comment manger sans abimer la planete
Cari Vander Yacht pour le New York Times

Sociologue de l’alimentation, j’étais curieuse de savoir quelle place le Groupe international des experts sur le climat (GIEC) accordait aux consommateurs et aux consommatrices dans les moyens de limiter le changement climatique dans les années à venir.

J’ai eu une bonne surprise. Le GIEC n’attribue qu’un rôle limité aux choix des consommateurs et consommatrices. C’est le chapitre 5 du rapport du groupe de travail III qui traite cette question. Dans ce chapitre (à télécharger ici), le GIEC s’appuie sur une vision de la consommation très… sociologique. La consommation y apparaît non comme le résultat de choix individuels agrégés, mais comme encastrée dans des infrastructures et des normes sociales, qui sont le résultat de notre culture, et de décisions collectives politiques et économiques.

Voici les idées clés qui figurent dans le résumé, avec mes commentaires en italique.

  • Les changements de style de vie et de consommation individuelle peuvent accélérer la modération (mitigation) du changement climatique , en particulier les choix de mobilité (éviter l’avion et la voiture) et une alimentation reposant plus sur les végétaux.
  • Le bien-être des populations dépend des services que leur rend ce qu’ils achètent, et non directement de l’énergie et des ressources naturelles. La consommation est rarement un but en soi, plutôt un moment dans des pratiques (aller au travail, passer un moment avec des amis). Nous entreprenons ces pratiques pour des raisons souvent très éloignées des préoccupations environnementales. Cette vision de la consommation est défendue par exemple par le sociologue britannique Alan Warde et la théorie des pratiques (voir une introduction en français ici).
  • Les systèmes d’offre alternative (économie de plateforme, économie du partage, économie circulaire) ont pour l’instant peu contribué à limiter le changement climatique. En effet, ces formes d’intermédiation entre l’offre et la demande ne changent pas nécessairement l’énergie utilisée pour produire, acheminer et consommer les biens et services.
  • Les individus riches ont une empreinte carbone particulièrement élevée, et peuvent réduire leur impact climatique avec une perte minimale de bien-être. Qui est riche ? vous pouvez situer votre salaire en France sur ce site (https://www.inegalites.fr/Salaire-etes-vous-riche-ou-pauvre). Vous pouvez faire la même chose pour le revenu de votre ménage ici (https://wid.world/fr/comparateur-de-revenus/). Sachant que la France a le 28ème PIB/habitant du monde…
  • Les changements de comportement individuel ne suffiront pas à limiter le changement climatique à moins de reposer sur des changements culturels et structurels. Les comportements individuels ont une grande inertie, même les individus qui ont la volonté de réduire leur impact climatique sont dépendants des infrastructures et des normes sociales qui leur imposent certaines consommations : on ne peut prendre le train à la place de la voiture que s’il existe une ligne de train. On ne peut acheter des produits locaux et de saison que s’ils sont vendus à proximité.
  • Les nudges peuvent favoriser des petits changements incrémentaux, mais pas déclencher des changements de style de vie plus difficiles. Les nudges, ce sont ces petits « coups de coude » cognitifs insérés dans notre environnement matériel, par exemple les traits sur le sol pour nous inviter à nous tenir éloigné du guichet en attendant notre tour. C’est très à la mode parce que ça joue sur nos biais cognitifs et comportementaux. Mais se tenir éloigné du guichet quand on attend à la Poste, et renoncer à la voiture ou à la viande rouge, ce n’est pas le même degré de changement. Des sociologues ont fait une discussion critique du “biais comportementaliste“.
  • Les interventions pour changer les comportements sont plus efficaces quand elles sont couplées avec des modifications des prix ou de l’architecture des choix. L’architecture des choix, c’est la façon dont les choix sont présentés aux consommateurs : modifier l’architecture des choix peut signifier supprimer des options trop énergivores, ou les rendre difficiles, peu accessibles. A l’inverse, on peut mettre en avant des options vertes par défaut (green default). Tout cela ne dépend pas des consommatrices et consommateurs, mais de la régulation du marché, éventuellement de l’auto-régulation du marché. En pratique la notion d’architecture des choix est beaucoup employée dans le domaine du marketing social, et souvent associée au nudge. Mais il me semble que le GIEC invite à réfléchir à une forme plus profonde d’architecture des choix, qui ne se contenterait pas de mettre en tête de gondole les produits plus respectueux de l’environnement, mais pourrait rendre réellement plus difficiles d’accès les produits les plus polluants.
  • Le changement culturel combiné à des changements d’infrastructure est nécessaire.
  • La publicité des entreprises peut aussi viser à détourner la responsabilité sur les individus, ou à capter les préoccupations environnementales à leur profit. Le greenwashing n’est pas juste une forme de mauvaise foi : selon les auteurs d’un ouvrage récent, il nuit à la transition écologique en détournant l’attention et les bonnes volontés vers de fausses promesses. Un ouvrage récent de chercheur.es en philosophie, sciences de la communication et histoire fait le point sur ce sujet.
  • L’équité sociale renforce la capacité et la motivation à limiter le changement climatique. L’égalité n’est pas qu’une valeur à laquelle on tient plus ou moins : c’est une ressource pour réduire notre impact climatique. En 2013 l’économiste Joseph Stiglitz avait déjà affirmé combien les inégalités nuisent à  l’économie et à la société américaine et compromettent son avenir. Le GIEC va plus loin : plus d’égalité nous aide aussi à préserver notre futur du point de vue environnemental.
  • La consommation ostentatoire (qui est souvent aussi une grosse consommation d’énergie) peut être réduite, en taxant la richesse absolue, sans réduire le bien-être. La notion de consommation ostentatoire nous vient de Veblen (Théorie de la classe de loisir, 1899), on la trouve aussi chez Bourdieu (par exemple dans La Distinction). C’est l’idée que certains biens sont consommés non pour ce qu’ils nous apportent mais parce qu’ils nous confèrent un statut d’élite. Le GIEC est favorable à l’impôt sur la fortune.
  • Les changements de choix de consommations qui sont soutenus par des changements structurels et par l’action publique permettent l’adoption de solutions à bas carbone. Encore une fois le GIEC affirme que la consommation ne doit pas être pensée comme une somme de choix individuels, mais comme des pratiques sociales, encastrées dans des infrastructures matérielles et des choix politiques passés et actuels.

 

Au final, je retiens de ce document que le GIEC refuse de « blâmer le consommateur et la consommatrice » — une stratégie  d’évitement des responsabilités discutée dans des articles de Lotte Holm et David Evans. Le GIEC refuse l’idée qu’il faudrait choisir entre accroitre le bien-être de tous et en particulier des plus vulnérables à l’échelle mondiale, et éviter la catastrophe écologique. Il appelle, diplomatiquement mais fermement, les États à leur responsabilité : investir dans les infrastructures, légiférer pour modifier « l’architecture des choix », taxer la richesse extrême, organiser l’articulation entre les transformations matérielles, culturelles, et dans les modes de coordination.

Bravo et merci le GIEC.

 

Crédits: Image : Cari Vander Yacht pour le New York Times, 2019, https://www.nytimes.com/2019/05/02/learning/would-you-change-your-eating-habits-to-reduce-your-carbon-footprint.html


Marie Plessz

Sociologue, j'étudie les pratiques alimentaires, les parcours de vie et les inégalités sociales. Sociologist, I study food practices, the lifecourse and social inequalities.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.