(Re)configurations du travail domestique: un numéro de la revue Genre, travail et société

 

 

Travail domestique, effets de genre et de classe

Ce numéro de Travail, genre et sociétés se donne pour double objectif d’examiner à la fois les reconfigurations contemporaines du travail domestique, et les effets des rapports de genre et de classe sur la division du travail domestique – travail domestique que les coordinatrices du numéro définissent comme « l’ensemble des tâches non rémunérées, accomplies dans le cadre familial et nécessaires à la (re) production de la vie » (p. 27). Ce riche dossier articule ainsi les questions de classe et de genre, les approches quantitatives et qualitatives, et donne à voir des configurations sociales où la répartition des tâches domestiques est plus égalitaire.
Le dossier s’ouvre sur un article collectif portant sur les conditions sociales de l’engagement des pères dans le travail domestique et parental. Marie Cartier, Anaïs Collet, Estelle Czerny, Pierre Gilbert, Marie-Hélène Lechien, Sylvie Monchatre et Camille Noûs, s’appuient sur une enquête qualitative menée auprès de 30 couples hétérosexuels, parents de jeunes enfants et cohabitants. Ils pointent deux facteurs qui contribuent à rééquilibrer le partage des tâches domestiques : le travail en horaires décalés, qui fait que les deux parents sont amenés à se trouver seuls à la maison à tour de rôle ; et les situations d’hétérogamie. Les couples hypogames, pour lesquels la position et les ressources économiques des femmes sont supérieures à celles de leur conjoint, atténuent les inégalités notamment quand l’hypogamie est associée à des moments de présence des hommes seuls au domicile avec les enfants.
Dans une deuxième contribution, Dominique Pasquier analyse au travers des comptes Facebook d’une cinquantaine de femmes et d’hommes de milieu populaire les échanges qui portent sur le travail domestique. L’intérêt de ce matériau d’enquête est de montrer des expressions concrètes d’un féminisme « oblique » (Hoggart, 1970), caractérisé par une posture fataliste face aux inégalités entre conjoints, non dénuée cependant d’ironie et de distance au rôle domestique assigné. L’autrice estime que cette prise de distance est aujourd’hui plus facile à revendiquer, « dans des milieux sociaux où l’assignation des femmes aux tâches domestiques reste forte » (p. 70).
Le troisième article du dossier, écrit par Michaël Stambolis-Ruhstorfer et Martin Gross, part du constat qu’aucune étude quantitative en France ne compare les couples hétéroparentaux et homoparentaux en matière de répartition du travail domestique entre conjoints. A partir de données quantitatives tirées des enquêtes ELFE (Étude longitudinale française depuis l’enfance) et DEVHOM (Homoparentalité, fonctionnement familial, développement et socialisation des enfants), ils font un constat sans appel : le partage des tâches ménagères au sein des couples homosexuels est plus égalitaire qu’au sein des couples de sexes différents, ce qu’ils expliquent par l’engagement féministe des couples notamment lesbiens, et par une sensibilité plus grande parmi ces couples aux questions d’égalité en général. Parmi les couples hétéroparentaux, les tâches ménagères étaient sans surprise assumées par les femmes, mais certaines tâches (vaisselle, courses) étaient partagées tandis que les réparations incombaient aux hommes. Les enquêtes montrent également que parmi ces couples hétérosexuels, la CSP et le niveau de revenu ont bien des effets sur le partage des tâches domestiques, tandis que ces variables n’ont pas d’incidence significative pour les couples homoparentaux.

Les deux dernières contributions du dossier se concentrent sur un point encore peu exploré par la littérature sociologique : le travail domestique au sein de ménages issus des catégories supérieures.
Lorraine Bozouls restitue une réflexion issue de sa thèse sur le travail domestique des femmes au foyer de classes supérieures, dont l’un des éléments de différenciation par rapport à celui des femmes au foyer de milieu populaire est la possibilité qu’elles ont de déléguer certaines tâches. L’autrice montre ainsi que les classes populaires n’ont pas le monopole de la division sexuée du travail domestique, et que les classes supérieures ne sont pas nécessairement le lieu d’un plus grand égalitarisme ou même de reconfigurations des rapports de genre.
Le dernier article du dossier porte sur le « travail d’encadrement de la domesticité » de femmes fortunées déléguant à des employées de maison le travail domestique et le « sale boulot » qu’il implique, mais se décrivant comme soumises à une forte charge mentale et gestionnaire. Alizée Delpierre se propose de prendre au sérieux cette « fatigue », nuançant ainsi l’idée que le recours à la domesticité contribue à rééquilibrer le partage des tâches domestiques entre hommes et femmes. Si la délégation du travail domestique « classique » leur libère effectivement du temps, l’assignation de ces femmes au travail domestique est « différente, mais non pas absente » : leur investissement domestique repose sur le travail relationnel et émotionnel engagé, consistant à sélectionner et superviser les employé.e.s.

 


Deux points m’ont particulièrement intéressée, rarement traités dans la littérature alors même qu’ils contribuent aux débats sur la répartition des tâches domestiques : les arrangements conjugaux, difficiles à saisir par les enquêtes de terrain et a fortiori par les enquêtes quantitatives ; et l’investissement différencié des femmes de catégories supérieures selon les tâches domestiques.

Arrangements conjugaux, tensions et résistances

Les négociations au sein du couple échappent largement aux enquêtes statistiques sur la question, tel est le constat dressé par Cartier et al. dans la première contribution du dossier. Les auteurs soulignent que ces ajustements entre conjoints se font « de manière plus ou moins conflictuelle et réflexive » (p. 43), le plus souvent à l’initiative des mères, qui effectuent alors un véritable « travail féminin d’enrôlement des pères » (p. 44). Celui-ci peut s’avérer plus ou moins efficace, les conjoints pouvant résister par la passivité ou par un engagement minimal et ponctuel. Là encore, se jouent des inégalités de classe : les tensions sont les plus vives parmi les couples ne pouvant s’appuyer sur le recours aux grands-parents ou à des tiers rémunérés, à qui sont délégués les soins aux enfants (repas, bain), voire le ménage et le rangement. Il serait intéressant d’enquêter auprès de couples homoparentaux pour étudier de la même manière les modalités de négociations au sein du couple, et leurs éventuels effets sur une re-répartition des tâches domestiques.

Le travail domestique des femmes de classes supérieures : les tâches non déléguées

Un deuxième point fort intéressant est le rapport différencié des femmes au foyer des classes supérieures aux tâches domestiques. Tout comme d’autres travaux sur l’alimentation domestique, l’enquête de Lorraine Bozouls montre que les courses et à la cuisine – tâches peu déléguées au sein des ménages enquêtés – sont peu reconnues au sein du foyer. La préparation des repas du quotidien est décrite comme pesante, d’autant qu’elle est moins souvent associée à des formes de valorisation et de respectabilité que dans les classes populaires. Les femmes enquêtées recourent à la dérision ou à l’ironie pour décrire ces tâches culinaires, et valorisent au contraire d’autres aspects du travail domestique qu’elles estiment ne pas pouvoir déléguer. L’autrice se concentre sur trois tâches non déléguées, qui participent selon elle au positionnement social du ménage et à la production d’un style de vie bourgeois. Tout d’abord l’éducation des enfants (suivi quotidien des devoirs et plus largement de la scolarité), qui contribue à la reproduction du statut dominant des parents par l’accumulation des capitaux scolaires. Ensuite le « travail de consommation », qui concerne principalement la recherche, l’aménagement et la décoration du logement. Il s’agit d’un travail valorisant, dans la mesure où un espace de vie agréable signale une appartenance de classe et bénéficie ainsi à tous les membres de la famille. La troisième tâche domestique que ces femmes investissent consiste à réaliser un travail d’entretien du capital social au travers la sociabilité amicale ou de voisinage et l’engagement bénévole dans l’école des enfants ou la paroisse. C’est toute l’originalité de cette contribution que de porter la focale sur ce travail domestique non délégué car non délégable et dont les enquêtées tirent des gratifications ; contrairement aux tâches telles que la cuisine quotidienne qui ici sont également peu déléguées, mais qui sont estimées moins gratifiantes, et par conséquent moins investies.

L’ensemble du dossier se lit avec grand intérêt, et soulève de nouvelles pistes d’analyse des recompositions contemporaines du travail domestique. Il invite par exemple à se pencher sur des questions de trajectoires de vie : comment la répartition des tâches domestiques au sein du couple évolue-t-elle au fil du temps, en quoi certains évènements biographiques impactent cette répartition ? En particulier, on se demande si la remise en couple ou le passage à la retraite introduisent des reconfigurations dans le partage des tâches entre conjoints : quels sont les effets de classe, de genre et de génération, qu’il y ait remise à plat de la répartition, perpétuation de l’ordre domestique précédent, ou plus probablement, reconfigurations ?

 

Pour citer cet article: Compte-rendu par Bérangère Véron du dossier « (Re)configurations du travail domestique » du n° 46 de Travail, genre et sociétés paru en 2021 et coordonné par Pauline Delage, Soline Blanchard, Isabel Boni-Le Goff et Isabelle Puech. 



Citer ce billet
Bérangère Véron (2022, 3 juin). (Re)configurations du travail domestique: un numéro de la revue Genre, travail et société. SOLAL. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uge8

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search