L’amour peut-il faire aimer les choux de Bruxelles ?

Je présente le sujet de ma thèse commencée en septembre 2016 au sein de Solal sous la direction de Séverine Gojard (Inra Solal).

I started my doctoral research in september 2016, under the supervision of Séverine Gojard (Inra Solal). Entitled « Living together in the Kitchen : the social Determinants of cooking and eating Negociations among newly cohabitants Couples», this research explores how founding a couple transforms food habits.

« Cohabiter en cuisine ? Les déterminants sociaux des négociations culinaires pour les couples en  construction »


Angèle Fouquet, présentation « L’amour peut-il… par CentreMauriceHalbwachs

En quoi l’alimentation est-elle transformée par la mise en couple ? Le « faire couple » ne passe-t-il pas, en partie, par la mise en commun et donc la (re)définition d’habitudes alimentaires communes ?  Selon quelles modalités la production de celles-ci s’effectue-t-elle ?

Ces questions sont au fondement de la thèse en sociologie dans laquelle je me suis lancée en automne 2016. Intitulée pour l’instant « Cohabiter en cuisine ? Les déterminants sociaux des négociations culinaires pour les couples en  construction » et dirigée par Séverine Gojard, elle vise à  étudier ce que la mise en couple fait à l’alimentation, et vice-versa.

Consciente du rôle de la famille dans la détermination des alimentations individuelles et de la précocité des pratiques familiales,  je souhaite explorer les voies par lesquelles ces pratiques familiales sont déterminées au moment de la mise en couple. Même si la mise en couple est un processus long, et qu’il convient à ce titre d’interroger le caractère de « tournant » qu’est la mise en cohabitation, je souhaite profiter de la relative confrontation des alimentations des deux conjoints produite par les débuts de la cohabitation, pour saisir le processus de convergence alimentaire et ses ressorts. Pour schématiser, trois questions doivent ainsi guider mon travail actuel d’exploration : quelles activités alimentaires sont mise en commun, et au nom de quoi ? Y a-t-il convergence alimentaire, et si oui quelle en est la forme ? Quels sont les facteurs – compétences, préférences, valeurs etc. des deux conjoints – influençant la forme de la convergence alimentaire, et ceux-ci peuvent-ils être mis en lien avec les rapports sociaux – d’âge, de classe, de genre – entre les conjoints ?

Cette recherche permettra aussi de questionner la forme des relations de couples à propos de l’alimentation (négociations ou impositions ?), la notion de « tournant biographique » concernant la mise en couple, la notion même de convergence alimentaire …

Car les couples dits « cohabitants » ne font-ils pas, en vérité, plus que « cohabiter » en cuisine ?

Si vous souhaitez m’aider à répondre à cette question, envoyez-moi vite les coordonnées de couples récemment installés ensemble !

Et pour une présentation accessible et ludique de ma thèse, c’est ici en version jeune public !


2 réflexions sur « L’amour peut-il faire aimer les choux de Bruxelles ? »

    1. Pour me contacter, laissez juste un petit commentaire (comme le vôtre) et je vous écrirai par mail. Merci !

Répondre à Angèle Fouquet Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.