Travailler avec son patient. Sociologie des prescriptions diététiques

Étienne Bard présente sa thèse débutée en septembre 2016, sous la direction de Marie Jaisson (Paris XIII) et de Anne Lhuissier (INRA).

Étienne Bard summarises the topic of his PhD dissertation, started in September 2016 under the supervision of Marie Jaisson (Paris XIII) and Anne Lhuissier (INRA Solal): Working with the patient. Sociology of dietetic prescriptions.

« Travailler avec son patient. Sociologie des prescriptions diététiques »

Cette thèse prend pour objet les consultations diététiques en libéral. Après avoir étudié, dans le cadre d’un M2, le traitement de la thématique des régimes alimentaires dans la revue Elle depuis 1945, nous nous intéressons désormais à une autre source de normativités diététiques.

Il s’agit de comprendre ce qui se passe au cours des consultations où se rencontrent une offre et une demande de conseils et recommandations diététiques. En particulier, alors que l’on assiste à une certaine effervescence des offres et conseils diététiques (PNNS, presse, Weight Watchers, Nature House, hypnotiseurs, sophrologues, marabouts, etc), plus ou moins concurrents, comment les diététicien(ne)s parviennent à faire valoir leurs spécificités et à répondre aux attentes des patients ? Par exemple, les diététicien(ne)s ne peuvent se contenter de conseils ou prescriptions génériques, comme dans la presse féminine, mais doivent s’adapter aux particularités des patients, « faire avec », travailler avec eux, afin qu’ils parviennent à atteindre leurs « objectifs ».

La salle de consultation est ainsi un lieu de confession(s) et de réflexivité encadrée, parfois angoissée, des patients, sur leurs pratiques alimentaires. L’angoisse porte parfois sur des détails qui peuvent paraître, d’un point de vue extérieur, anecdotiques. Il en va ainsi du fameux sucre dans le café (« Je sucre mon café le matin. C’est grave ? »).
Au-delà de l’écoute, quel est le rôle des diététiciennes ? Comment adaptent elles leurs pratiques professionnelles aux contextes sociaux, économiques, culturels, familiaux, professionnels etc souvent très variés de leur patientèle ? Dans un contexte de « panique morale » relative aux questions d’obésité, dans un contexte d’amincissement du corps désirable, de persistance d’inégalités sociales en matière d’alimentation, de rapport au corps et aux principes diététiques, de réflexivité plus grande des consommateurs vis-à-vis de leur alimentation, etc, il est fort à parier que l’exercice de la diététique en libérale se transforme.

Notre enquête entend apporter, sur la base d’un travail résolument empirique (entretiens, observations, archives), une plus grande connaissance de ce secteur para-médical encore peu exploré en sociologie, alors qu’il cristallise et reflète de nombreuses problématiques contemporaines.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.