Pourquoi aller à la conférence 2017 de l’ESA?

13th-conference-european-sociological-association-2017

La 13ème conférence 2017 de l’ESA se tiendra à Athènes du 29 août au 1 septembre 2017. L’appel à contribution est ouvert jusqu’au 1 Février 2017 !  Plutôt d’énumérer les bonnes raisons d’y aller, Je vais passer en revue – et rejeter – les raisons que vous auriez de ne pas y aller.

Based on my experience in the Research Network on Consumption, I review and reject various reasons not to answer ESA call for paper for Athens 2017 conference.

Je base mes arguments sur mon expérience au sein du RN5, le Research network on Consumption, que je fréquente depuis 2012. Il se peut que certains réseaux fonctionnent différemment, mais si vous vous intéressez à la consommation ou à l’alimentation, ce réseau est tout indiqué pour vous.

Les mauvaises raisons de ne pas aller à la conférence de l’ESA

Si vos raisons pour ne pas aller à la conférence de l’ESA sont dans cette liste, je pense qu’elles ne sont pas bonnes, je vais vous expliquer pourquoi. Mais commençons par une plutôt bonne raison.

J’ai des contraintes familiales

Eh oui, c’est juste avant la rentrée scolaire. J’ai vérifié pour vous: la rentrée dans le primaire et le secondaire aura lieu le 4 septembre.

Et si vous avez des contraintes familiales, je dis « Joker ». je respecte totalement cette raison. Mais j’y reviendrai plus bas, donc je vous encourage tout de même à lire la suite…

Ces grosses conférences ne servent à rien car on ne sait pas où donner de la tête

Vous avez déjà fait l’expérience, que ce soit à l’ISA, à l’ESA ou même, tout simplement à l’AFS : il y a trop de monde, trop de sessions parallèles, on ne sait plus où aller et on finit par passer 3 jours à errer dans les couloirs ou à faire dans sa chambre d’hôtel le boulot qu’on aurait pu faire chez soi. Déprimant.

En l’occurrence, comme vous serez à Athènes, il est plus probable que vous irez visiter l’Acropole, peut-être avec un sentiment de culpabilité.

Plus sérieusement, voici une stratégie pour survivre dans ces grosses conférences. L’ESA (comme l’ISA et l’AFS) est organisée en réseaux thématiques (les RN). Choisissez celui qui est le plus pertinent pour vous, soumettez-y votre papier, et pendant la conférence limitez-vous aux activités de ce réseau (et aux plénières bien sûr). Ensuite, si vous avez trouvé le réseau qui vous plaît, retournez toujours dans le même. La conférence de l’ESA sera pour vous l’occasion de faire votre tour d’horizon des travaux européens sur la thématique du RN, de repérer des auteurs à lire et de vous faire connaître. Cela peut être l’occasion de repérer des personnes et les équipes avec qui vous pourriez collaborer.

Je vais déjà à la conférence de l’AFS, inutile de faire deux fois la même chose

l’AFS et l’ESA, ce n’est pas la même chose. Très peu de chercheurs Français vont à l’ESA – par exemple, l’an dernier à la conférence du RN5 à Bologne, j’ai croisé très peu de membres du RT11 de l’AFS (Sociologie de la consommation et des usages). Vous aurez donc un public différent, et même si vous présentez presque la même communication qu’à l’AFS, vous aurez des retours très différents.

Ces retours vous permettront d’adapter un projet d’article à une audience plus large. Par exemple personnellement, quand je compte publier un article en Anglais, je pense que le présenter une communication dans une conférence internationale est une étape incontournable. Les courants sociologiques par rapport auxquels il faut se positionner, les manières de présenter ou simplement de désigner des méthodes, ne sont pas forcément les mêmes en France et à l’international. Présenter son travail devant un public européen, écouter des collègues étranger présenter le leur, permettent de l’anticiper.

Cela prendrait trop de temps, et tout ça pour parler 15 minutes…

Écrire l’abstract, préparer la communication, aller à la conférence… et 15 petites minutes de temps de parole?

Tout d’abord, l’abstract et la communication en soi ne sont pas très chronophages à l’ESA : la proposition de communication ne doit pas dépasser 250 mots (une demi-page de texte).

Si votre travail n’est pas prêt au moment d’écrire l’abstract, ce n’est pas un obstacle : vous pouvez indiquer qu’il s’agit d’un travail en cours et que vous présenterez tels et tels aspects – sans vous avancer sur les résultats. Et surtout, sauf cas particuliers, il n’est pas nécessaire d’envoyer le texte rédigé de votre communication avant la conférence.

Intégrez la conférence dans votre planning d’écriture. L’ESA peut être l’occasion de tester une approche théorique, de présenter les premiers résultats d’une enquête, ou encore de diffuser un papier publié ou les conclusions d’un projet de recherche.

Personnellement je présente toujours avec un powerpoint, et je trouve que préparer un powerpoint pour une présentation de 10 à 15 minutes est un exercice très utile quand je suis en train de construire un projet d’article. Cela m’oblige à me demander quels sont les éléments les plus importants de ma recherche et à trouver comment les expliquer de façon claire et concise.

Aucun de mes articles en cours ou en projet ne rentre dans l’appel à communication

En fait… Le thème et le texte généraux de l’appel à communication ((Un)Making Europe: Capitalism, Solidarities, Subjectivities) n’ont pas vraiment d’importance. Si vous pouvez y faire référence c’est tant mieux, mais sinon, ça ne vous pénalisera pas.

En tout cas, au RN5 aucun papier n’est rejeté simplement parce qu’il n’entre pas dans la thématique du texte de l’appel. En effet, l’objectif des conférences du RN5 est de permettre à tous les membres du réseau de se retrouver chaque année, pour échanger sur leurs recherches en cours et monter des projets ensemble.

A la fin de l’appel à communications de ce réseau, figure une liste de thèmes et mots clés, qui vous donnera une idée de tout ce qui se fait, ou pourrait se faire, dans le réseau. C’est cette liste qu’il faut regarder. Moi cette année, je vais sans doute parler du temps passé à cuisiner dans les enquêtes Emploi du temps néerlandaises… Si vous voyez le rapport avec (un)Making Europe, dites-le moi.

Je suis incapable de présenter en Anglais : mon accent est ridicule, je fais des fautes de grammaire…

Et ce n’est pas en restant à la maison que ça va s’arranger… L’anglais est une langue de travail, un moyen de communication. Les anglophones de naissance sont minoritaires à l’ESA: vous ne serez pas le ou la seul.e à avoir un accent so cute, à chercher vos mots et à mal accorder les verbes. A Prague en 2015, Zygmunt Bauman, qui est arrivé en Angleterre en 1971, a fait une plénière avec un véritable accent polonais. Je n’ai pas tout compris, mais ce n’était sans doute pas qu’à cause de son accent. en tout cas personne n’a ri.

Pour venir à l’ESA, il faut que vous soyez capable d’écrire les 250 mots de l’abstract et de faire un powerpoint en Anglais, puis de présenter votre travail (15 minutes maximum) et idéalement, de comprendre les questions qu’on vous posera. Ce sera l’occasion de progresser en Anglais. Ça vous donnera envie de progresser en Anglais. Et si vraiment, vous estimez que votre anglais n’est pas présentable, il existe de plus en plus de formations à l’anglais scientifique qui permettent vraiment de progresser.

D’après mon expérience, si vous doutez de vos capacités linguistiques, faire un powerpoint est très important. Vous pouvez le faire relire par un collègue afin de vous assurer qu’il fait bien passer vos idées. Si ceux qui assistent à votre présentation avaient du mal à vous comprendre (les autres étrangers par exemple), il pourraient s’appuyer sur vos diapositives. Et si vous bafouillez ou manquez de temps, vous pourrez toujours vous contenter de lire les phrases que vous aviez soigneusement préparées à l’avance.

A quoi bon présenter en anglais un papier que je publierai seulement en français?

Justement parce que vous le publierez en français. Si vous présentez en Anglais votre papier à l’ESA, des personnes pourront le citer même si elles n’ont pas pu vous lire dans le texte. Et puis il y a des chercheurs étrangers qui lisent le Français : si votre présentation leur a plu, peut-être feront-elles l’effort de vous lire dans le texte!

Je serai tout.e seul.e!

C’est vrai que c’est plus sympa d’être à plusieurs à une conférence de plusieurs jours. Idéalement, vous arrivez à convaincre un.e collègue d’aller à Athènes avec vous. Mais sinon, ne vous inquiétez pas trop. Au RN5 en tout cas, l’ambiance est très chaleureuse, avec un dîner organisé par le réseau lors de chaque conférence. Je vous encourage d’ailleurs à vous inscrire au dîner de la conférence : on finit toujours par y croiser un.e collègue qu’on avait perdu de vue depuis des siècle ! Moi je suis allée seule à ma première conférence du RN5, en 2012 à Berlin, et je me suis fait des connaissances sur place (c’est vrai que je suis bavarde). Je les retrouve à chaque conférence, et même en d’autres occasions. Par exemple, cette année je présenterai avec Stephan Wahlen de l’Université de Wageningen.

Je n’ai pas de budget pour aller à Athènes

Vérifiez bien. Doctorant.e.s, votre école doctorale, votre laboratoire, ne prévoient-ils pas de budget pour les présentations dans des conférences?

L’ESA propose en outre des bourses pour financer le déplacement d’un petit nombre de doctorants. Il ne faut pas hésiter à candidater car la sélection n’est pas forcément très rude. Par exemple au RN5 il est fréquent que nous ayons autant de bourses que de candidats. Il faut juste anticiper qu’un papier rédigé est généralement exigé.

Revenons à vos contraintes familiales

Si j’ai été convaincante vous devriez vous dire: c’est vraiment dommage que j’aie des contraintes familiales, est-ce que ne pourrais pas trouver une solution quand même? Et peut-être referez-vous le tour de vos proches dans l’espoir que quelqu’un vous délestera de vos enfants ou autres personnes dépendantes. Lors de la conférence de Turin (en 2013), L’ESA avait proposé un service de crèche-garderie. Je ne sais pas si ce sera le cas à Athènes. Si vraiment vous ne parvenez pas à vous libérer, n’y a-t-il pas une autre conférence internationale plus compatible avec votre agenda ?

C’est peut-être la plus légitime raison de ne pas aller à l’ESA.


Auteur : Marie Plessz

Sociologue, j'étudie les pratiques alimentaires, les parcours de vie et les inégalités sociales. Sociologist, I study food practices, the lifecourse and social inequalities.

2 réflexions sur « Pourquoi aller à la conférence 2017 de l’ESA? »

  1. Merci pour cet article en forme d’encouragements… après sa lecture j’ai osé et j’ai bien fait. Hier, j’ai appris que ma proposition a été retenue ! Quelques verres de ouzo devraient régler les problèmes de timidité… à cet été !

    1. Super ! J’espère que vous apprécierez la conférence! Si vous pouvez, pensez à vous inscrire avant le 1° mai pour bénéficier du tarif préférentiel 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.