Compte rendu d’ouvrage

Compte rendu de Bastien Stisi, Le ventre creux : Le lundi soir aux Restos du Coeur, Paris, Alisio, 2022, 318p.

Bastien Stisi est journaliste, rédacteur en chef adjoint à Radio Nova. Depuis 2017, il est bénévole à une distribution alimentaire de rue pour les Restos du cœur. Dans l’ouvrage Le ventre creux : Le lundi soir aux Restos du Cœur, il en restitue son expérience « de l’intérieur ». La construction du livre suit le cheminement de l’auteur en tant que bénévole, depuis son premier soir, où il ne connait rien ni personne, jusqu’à la période récente marquée par la crise sanitaire du covid-19. Entretemps, il est devenu co-responsable de cette distribution hebdomadaire.
Ni sensationnalisme ni misérabilisme. Bastien Stisi relate avec générosité son expérience, partage ses doutes et ses craintes, ses étonnements et ses satisfactions. On le voit ainsi, lors des premiers soirs, se chercher une place parmi les différentes « tables » de la distribution où chacun et chacune doit faire la queue : soupe, céréales, plat chaud, café, renseignements, tout en découvrant ce monde des bénévoles – une vingtaine – et celui des bénéficiaires –jusqu’à 200 – d’une distribution alimentaire. Il démarre au poste le plus simple (c’est-à-dire qui prête le moins aux contestations) de distribution des serviettes et des couverts, puis découvre la table du café, peut-être la plus propice aux discussions informelles, où il finit par s’installer.
Son livre témoigne de la vulnérabilité matérielle de ce type d’aide alimentaire, exposée tant aux aléas de la météo qu’à ceux de l’environnement urbain. Desservie par un camion des Restaurants du cœur, la distribution s’effectue en pleine rue, dans l’espace public, sans table ni banc pour les convives qui mangent debout sur place ou s’éloignent pour trouver un endroit plus confortable. Cette forme de distribution est également confrontée à des difficultés pratiques, relatives à la gestion des files d’attente et des quantités de denrées disponibles ou aux goûts et habitudes des bénéficiaires. Car ces repas répondent à des besoins et des usages différents : pour certains, il peut s’agir de l’unique source de nourriture de la journée, qui leur permet de se maintenir en vie ; pour d’autres, c’est une manière d’économiser les quelques euros tirés par exemple de l’activité de manche, qui seront utilisés à d’autres fins, souvent pour payer une chambre d’hôtel qui permet, pour ceux qui dorment à la rue, de souffler ponctuellement.

En faisant le récit de son installation progressive dans la routine d’une distribution de rue, de sa découverte d’un monde et de ses peuples, Bastien Stisi en partage l’expérience par le biais de scénettes qui restituent des interactions, des moments de tensions ou d’amicalité. Ces discussions entre bénévoles, entre bénévoles et bénéficiaires ou entre bénéficiaires, nous mettent sur la piste de ces parcours divers, individuels et pourtant si communs aux personnes sans abri. Ces fragments de conversation, avec des bénéficiaires surtout, visent, sans jugement de valeur, mais au contraire avec empathie, à mettre en exergue la diversité des parcours et des situations qui conduisent à la rue. L’auteur insiste en particulier sur la césure qu’il observe entre ceux qui viennent chercher autant à manger que des relations sociales, et ceux qui, d’après lui, sont définitivement désocialisés. Parmi les premiers, les discussions rapportées dans l’ouvrage visent à faire comprendre que la misère n‘épargne personne, à en juger par les conversations cultivées en matière d’histoire ou de littérature. La misère concerne des personnes instruites, d’anciens fonctionnaires, employés et ouvriers, des travailleurs pauvres, tels ces jeunes qui se présentent avec leur sac de livraison sur le dos, des prostituées, des personnes sans papiers, mais aussi des conspirationnistes ou des illuminés. Tous ont en commun des parcours marqués par une rupture biographique. Quelques-uns, plus rares, passent de l’autre côté des tables de distribution, pour se rendre utiles et exprimer leur reconnaissance.
Les fragments de discussions ou de portraits esquissés par Stisi permettent aussi d’aborder les difficultés auxquelles font face les personnes qui vivent à la rue : hygiène, santé, sécurité, sexualité, et la façon dont elles les surmontent. Au final, ce livre-témoignage permet de découvrir de plain-pied une distribution de rue comme il y en a de nombreuses à Paris ; de comprendre par petites touches qui en sont les bénéficiaires, ce qui a conduit certains d’entre eux à recourir à ce type d’aide alimentaire. En accordant également une place importante aux bénévoles, l’auteur montre que la distribution est une affaire d’interactions dont on ne peut isoler l’un des termes. Chacun et chacune a un rôle à jouer de part et d’autre des tables de distribution pour en assurer le bon déroulement. Enfin, on appréciera sa générosité, non seulement à l’égard de sa propre expérience, mais aussi à l’égard de l’ensemble des personnes qu’il a rencontrées et dont il a tenté de restituer l’épaisseur des existences dans un récit sensible.



Citer ce billet
Anne Lhuissier (2022, 17 octobre). Compte rendu d’ouvrage. SOLAL. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ugec

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search