Compte-rendu du colloque “Aide alimentaire et alimentation en temps de crise”, Haute Ecole du Travail Sociale de Genève, 23-24 novembre 2022

Compte-rendu du colloque « AIDE ALIMENTAIRE ET DROIT À L’ALIMENTATION EN TEMPS DE CRISE », les 23 et 24 novembre à la Haute École de Travail Social à Genève.

https://txti.es/aide-alimentaire-ch/images

 

Ces deux journées d’étude ont marqué la fin du projet de recherche Indigence en pays d’opulence : approche anthropologique de l’aide alimentaire en Suisse mené par Laurence Ossipow, Anne-Laure Counilh et Yann Cerf (FNS : 2019-2022). Elles ont réuni des spécialistes européen·ne·s de l’aide alimentaire, pour questionner l’aide alimentaire dans le contexte de la pauvreté grandissante de certaines fractions sociales de la population, et permettre d’en discuter les enjeux dans une perspective comparative entre différents pays européens.

Les sujets abordés tout au long du colloque ont été résumés par les organisteur.rice.s à son issue : la nodalité des institutions accompagnant l’applicabilité du droit à l’alimentation, et sa justiciabilité ; le problème de la catégorie de cette « chose » qui accompagne l’aide : la dignité, la beauté, le lien social, la commensalité, le prétexte pour une rencontre interclasses ; le milieu des années 80 comme tournant pour le développement de l’aide alimentaire contemporaine ; les liens toujours renouvelés des filières agro-alimentaire et d’aide alimentaire ; les changements de nature du don : argent, bon, surplus agricole, surplus de demis gros, retail ; la centralité des rapports de classes ; l’hétérogénéité extrêmes et le sur-développement des “petits” de l’aide alimentaire, en parallèle de la concentration et de la centralisation des banques alimentaires ;  la porosité aidants/aidés depuis les années 2010 ; la violence symbolique de l’aide alimentaire ; la permanence incroyable des structures idéologique de l’aide alimentaire etc…

Crédit d’image : Philippe Renevier, issu du mémoire de Juliette Renevier

 

Journée du 23 novembre

Jean-Félix Savary, Directeur de la HETS, Mots d’introduction

Il souligne que ce colloque se tient à un moment crucial pour discuter des questions d’aide alimentaire car le comté de Genève est en train d’adopter la modification de la constitution pour le droit à l’alimentation, mise à l’agenda accélérée par le covid’.

 

Eric Crettaz (Applied University of Western Switzerland, Geneva), “Severe material deprivation and food insecurity in Switzerland” 

Éric Crettaz a longtemps travaillé autour de la précarité des travailleurs et travailleuses (Working Poors). https://www.socialchangeswitzerland.ch/?p=1502.

Crettaz Éric, « La pauvreté laborieuse en Suisse. Étendue et mécanismes », Social Change in Switzerland, 2018, n°15 doi:10.22019/SC-2018-00005

Sa présentation revient sur la tendance des recherches en Europe à montrer l’éradication de la pauvreté entre la fin de la guerre et les années 1970. D’autres travaux pointent bien qu’il n’en est rien : il évoque les recherches critiques des sociologues Townsend (qui parle de la « privation relative » des pauvres dans les sociétés d’abondance) et Bourdieu (1993). La pauvreté en Europe ressurgit régulièrement, sous de nouvelles formes, lors de crises ou de tournants. Il donne pour exemple l’élargissement de l’UE en 2004, avec l’entrée de populations aux revenus extrêmement faibles, de la « Great Recession » des années 90, du covid’ etc. Le reste de sa présentation porte sur la question des indicateurs de pauvreté : comment la mesurer ? Il revient sur ceux de la FAO, tournés autour du manque ; et de la difficulté à mesurer l’« insécurité alimentaire ». La définition en usage dans la littérature et utilisée pour les statistiques de l’UE sur le revenu et les conditions de vie (EU-SILC) est : « capacité à se pourvoir en un repas avec de la viande, poulet ou poisson, ou un équivalent végétarien, tous les deux jours ». Un autre indicateur, issu d’une étude de la HETS de Bern, est basé sur le calcul du coût d’un panier de nourriture saine ; si les revenus à disposition sont deux fois inférieurs au panier calculé, on peut parler d’insécurité alimentaire.

Il présente enfin quelques chiffres de la pauvreté en Suisse selon les critères de l’analyse SILC, qu’il juge relativement « plausibles » en Suisse du fait d’un nombre important de données disponibles (les données de l’assistance sociale, études sur les revenus, les enregistrements de la sécurité sociale etc), et qui lient  consommation, standards de vie et revenus. Il faut noter que les économies et les propriétés ne sont pas incluses dans les chiffres et que les personnes migrantes et/ou ne parlant pas la langue ne sont pas incluses dans l’étude.

Références citées :

  • Bourdieu Pierre (dir.), La Misère du monde, Editions du Seuil, collection Essais, 2015, 1472p.
  • Townsend Peter, Poverty in the United Kingdom. A Survey of Household Resources and Standards of Living, London, Penguin Books, 1979, ‎ 1216p.
  • Bradshaw Jonathan and Payhew Emese  The measurement of extreme poverty in the European Commission, European Commission, 2010, 108p. https://ec.europa.eu/social/main.jsp?catId=89&langId=en&newsId=982&furtherNews=yes
  • Gaisbauer Helmut, Schweiger Gootfried et al . Absolute Poverty in Europe: Interdisciplinary Perspectives on a Hidden Phenomenon, Bristol University Press, 2019, 442p.
  • Penne Tess, Goedemé Tim, “Can low-income househoulds afford a healthy diet?” Food policy, 2021, n°99. https://doi.org/10.1016/j.foodpol.2020.101978.

 

Christophe Golay (Geneva Academy of International Humanitarian Law and Human Rights) et Magali Ramel (Institut de Recherche Juridique Interdisciplinaire, Université de Tours). Le droit à l’alimentation en Suisse (Genève) et en France.

Christophe Galay est juriste, et a travaillé sur des questions de droit économique et de droit à l’alimentation au Cambodge et en Bolivie entre autres; il a également été rapporteur à l’ONU sur les questions d’alimentation. Il participe aux discussions sur le droit à l’alimentation dans la constitution à Genève. Le droit à l’alimentation fait partie de la déclaration des droits de l’homme de 1948 des Nations Unies : il n’est pas contraignant, c’est une simple déclaration. Pour la FAO, ce principe est d’abord interprété comme un engagement à une production en suffisance ; la seule réflexion portait donc sur la disponibilité, avant de penser à l’accès (par le salaire, l’aide sociale formelle ou informelle, l’auto-production etc). L’accès à l’alimentation, l’adéquation nutritionnelle, puis l’adéquation culturelle, et ce dans la « dignité », est incluse dans la définition des droits humains de l’ONU début 2000, avec parallèlement des instances de contrôle : aux Nations-Unis, un expert peut faire des plaintes, des rapports. Par exemple en Inde : une plainte devant la Cour Suprême est déposée depuis 20 ans, qui met le gouvernement dans l’obligation de faire de la distribution alimentaire, et notamment les cantines scolaires. À Genève : pas encore de droits à l’alimentation, mais seulement des « accès », qui sont des buts/objectifs à l’éducation, à la santé, au logement, à l’alimentation etc. La proposition faite est donc celle-ci : garantir le droit de toute personne à une alimentation adéquate, et à être à l’abri de la faim.  Pour lui, une réflexion est à mener sur le rôle à jouer des paysan.ne.s dans la réalisation des droits à Genève.

Magali Ramel a fait une thèse en droit public à l’université de Tours : « Le droit à l’alimentation et la lutte contre la précarité alimentaire en France ». Elle a contribué à un rapport de la Commission sur le Droit à l’alimentation (CDA) de la FAO, fondé sur sept exigences (PANTHER) : participation (créer les conditions d’implication des bénéficiaires comme des paysan.ne.s) ; responsabilité ; non-discrimination ; transparence des politiques ; dignité humaine (honte, stigmatisation) ; autonomisation (empowerment) ; primauté du droit (reconnaissance du droit). Elle dénonce la confusion du droit à l’alimentation et de l’urgence de l’accès à l’alimentation ; et l’institutionnalisation des dispositifs de gaspillage alimentaire sans qu’aucune remise en question des circuits agro-industriels ne soit faite.

 

Dominique Paturel  (MCF en Sciences de gestion et travail social, Montpellier). La sécurité sociale de l’alimentation durable : contre-récit au système agroindustriel

Se revendiquant d’une épistémologie radicale, Dominique Paturel fait partie du collectif Démocratie alimentaire (« Démocralim »). Elle souligne que les termes de démocratie, de souveraineté et de justice alimentaires n’ont pas la même histoire et ne concernent pas les mêmes acteurs. La « Souveraineté » apparaît au sommet de Rome sur la sécurité alimentaire mondiale de 1996, et porté par les paysan.ne.s, à l’échelle internationale, dans un mouvement de dénonciation de leur conditions précaires et leur difficulté à s’alimenter, terme qui revient au moment du covid’, repris par l’extrême-droite (nationalisme protectionniste). Le terme de « Food democracy » interroge les modes de production (des industries majoritaires), et le rôle d’intervention de l’État dans la légifération ; « Food security » est issu de la nutrition. La « justice alimentaire », terme préféré par le collectif, se répand depuis 2010 en France, et est issu de la géographie et notamment de travaux état-uniens portant sur la justice environnementale.

Alors que la « sécurité alimentaire » est définie – « lorsque la disponibilité d’aliments sûrs et nutritionnellement adéquats ou la possibilité d’acquérir de la nourriture par des moyens socialement acceptables est limitée ou incertaine » (Journal of Nutrition, 1990), l’insécurité alimentaire ne l’est pas ; elle existe, mais elle n’est pas renseignée par des instruments de mesure validés internationalement. Or, il n’y a pas forcément coïncidence entre les personnes en insécurité et celles qui fréquentent les programmes d’aide alimentaire.

Elle revient sur la définition de Wresinski (1987) de la précarité : « La précarité est l’absence d’une ou plusieurs mesures de sécurité, dont l’emploi, permettant aux individus et aux familles d’assumer leurs obligations professionnelles, familiales et sociales et de jouir de leurs droits fondamentaux. L’insécurité qui en résulte peut-être plus ou moins étendue et avoir des conséquences plus ou moins graves et définitives » ; puis sur la notion de Robert Castel de désaffiliation (1995) où la relation entre liens sociaux (fragilité relationnelle) et insertion professionnelle (insécurité de l’emploi) est un terrain de vulnérabilité ; et de Serge Paugham (1991) pour réfléchir la relation entre reconnaissance et protection : “Je peux compter sur qui ?” et “Est-ce que je compte pour quelqu’un ?”.

Enfin, elle revient sur les années 80’ et l’institutionnalisation de l’aide alimentaire qui assure alors une fonction économique : l’aide alimentaire est pensée en terme de surplus agricole d’abord, puis via une enveloppe nichée dans la politique agricole commune (PAC), sans remise en compte de la filière ni de son impact environnemental. Elle dénonce une instrumentalisation des chiffres au service de la filière de l’aide alimentaire. De plus, au lieu de lutter contre, ne peut-on pas plutôt la prévenir ? Pour elle, la réflexion doit être menée sur toute la filière – production-transformation-distribution-lieux de distribution. Elle défend la mise en place d’une sécurité sociale alimentaire, sur cotisation sociale et pas sur impôt, dans des lieux de consommation conventionnés, et en dehors de la filière agro-industrielle.

photo issue du site du de la Sécurité Sociale de l’alimentation : https://securite-sociale-alimentation.org/.

Références citées :

  • Symposium on the Identification and Prevalence of Undernutrition in the United States: Introduction, Journal of  Nutrition, 1990 https://academic.oup.com/jn/issue/120/8
  • Wresinski Joseph, Grande pauvreté et précarité économique et sociale :  séances des 10 et 11 février 1987. Journal officiel de la République française, brochure 4074, Paris, Direction des journaux officiels, 1987
  • Castel, Robert (1995). Les pièges de l’exclusion, Lien social et Politiques, n°34 : 13-21.
  • Paugam, Serge. La disqualification sociale :  essai sur la nouvelle pauvreté. Sociologies. Paris: Presses universitaires de France, 1991.

 

Pat Caplan (Goldsmiths University, United- Kingdom). Doing research on food poverty – are we witnesses, advocates or activists in search of social justice? The case of food banks in the UK

  • Caplan Pat.,«Win-win?: Food Poverty, Food Aid and Food Surplus in the UK Today » Anthropology Today, 2017, Vol. 33, n°3, p.17–22.
  • Caplan Pat., «Big Society or Broken Society? Food Banks in the UK» Anthropology Today , 2016, Vol. 32, n°1, p. 5–9.

Pat Caplan travaille sur les relations entre banques alimentaires, État et système agro-alimentaire en Grande-Bretagne. Elle réfléchit également aux questions de charité, de dons et de droits à l’alimentation, de dignité (vs la « honte »), de pauvreté au UK et de son traitement médiatique ; et déplore que l’aide alimentaire ne soit réfléchie en termes ni de revalorisation des salaires les plus bas, ni de révision d’une agriculture défaillante. Sa présentation est réflexive : qu’est-ce qu’on recherche en tant que chercheur.se.s de la précarité alimentaire, comment se positionner et qui sommes-nous ? Des témoins, des défenseur.se.s, des activistes, des rabat-joie, des ami.e.s critiques ?

Références citées :

  • Andrew Fisher, Big Hunger, The unholy Alliance between Corporate America and Anti-Hunger Groups, Cambridge MA, MIT Press, 2017, 343 p. https://www.bighunger.org/  
  • Hannah Lamnie-Mumford, Hungry Britain: the Rise of Food Charity. Policy Press, 2017.
  • Martin Caraher, Sinead Furey. The economics of Emergency Food and Aid Provision. Palgrave, 2018.
  • Wells, R. Caraher, M. 2014. UK Print Media coverage of the food bank phenomenon, From food welfare to food charity? British Food Journal, 116 (9).

 

Anne-Laure Counilh (Applied University of Western Switzerland, Geneva), Combiner anthropologie et cartographie pour analyser l’aide alimentaire en Suisse.

Anne-Laure Counilh travaille depuis 3 ans en post-doc sur le projet « La faim en pays d’opulence » entre Fribourg et Genève. Elle présente ici les méthodes et résultats d’une cartographie de l’aide alimentaire sur ces deux cantons, réalisée avec Adrien Van Hamme (Paris 1, programmateur), et en partie sur Framacarte. Les dispositifs sont classés selon les systèmes d’approvisionnement, les types de structure, les type d’aide, le public, la conditionnalité et la forme juridique (public aid vs private charity). Elle raconte les difficultés éprouvées lors de certaines catégorisations, par exemple celles de l’inconditionnalité : une épicerie pour étudiants, qui si elle semble être très soumise à conditions, est en fait beaucoup plus libre d’accès que de nombreux autres programmes (il faut être étudiant.e mais aucun élément sur la situation de chacun.e n’est demandée). Pareil pour des programmes d’obédience confessionnelle, qui en fait accueillent tout type de public. Enfin, il faudrait recroiser d’autres indicateurs : démographiques, économiques (emploi), socio (taux, type, montant, remboursement de l’aide sociale), d’autant qu’il y a une grande disparité des politiques sociales en Suisse (aides mensuelles dont l’amplitude varie de 120 euros). Enfin, la politique sociale n’est pas que ça : cantines, aides en matériaux etc. Ces cartes ne sont pertinentes que d’après le terrain et l’analyse des différents usages qui sont faits de ces dispositifs.

 

Axelle Brodiez-Dolino (DR, CNRS/Centre Norbert Elias) Deux siècles d’aide alimentaire en France, du 19ème siècle à la crise de la Covid.

https://centrenorbertelias.cnrs.fr/equipes-de-recherche/chercheurs/axelle-dolino-brodiez/

Axelle Brodiez-Dolino, 2021 « L’hébergement parisien des ‘sans-gîte’ à la veille de la Grande Guerre, vu par les frères Bonneff pour L’Humanité » (avec Nicolas Hatzfeld), Revue d’histoire de la protection sociale, n° 14, p. 122-147.

2019, « Qu’est-ce que la « décence » ? Les malentendus d’une notion transnationale », La Vie des Idées, décembre. URL : https://laviedesidees.fr/Qu-est-ce-que-la-decence.html

Axelle Brodiez-Dolino est historienne et a travaillé sur des questions liées à la pauvreté, l’humanitaire, le bénévolat et le travail social en France, essentiellement aux 19ème et 20èmesiècles. Quelques remarques préalables : la nodalité de l’aide alimentaire qui conditionne la survie ; son ancrage dans la chrétienté : caritas dans l’évangile de Saint Mathieu ; la place prépondérante de l’alimentation dans les budgets des familles populaires. L’aide en argent ou en nature ? Aux États-Unis en 1830, d’après les travaux de Viviana Zelizer (1994) The Social Meaning of Money, c’est l’argent qui domine dans l’aide aux plus pauvres, puis le charbon, les médicaments et l’alimentation prennent le pas, tournant dû à un moment de méfiance envers la pauvreté au 19ème : contrôler les dépenses des pauvres ; contrôler la qualité et la quantité ; inciter à d’avantage de travail et moins d’assistance. L’industrialisation entraîne également la diminution des cadres d’interconnaissance et ainsi le déclin du contrôle social de proximité, avec une moralisation des vies des pauvres voire une infantilisation. Elle distingue plusieurs temps de l’aide alimentaire en France  (19e siècle, 1900, Grande guerre, Crise des années 1930, 30 Glorieuses, début des années 1970, années 1980 et années 1990) pour en montrer les spécificités et le mouvement général, se fondant en partie sur le travail séminal de Le Crom et  Retière (2018, 2021).

  • Zelizer Viviana A., The Social Meaning of Money, New York, Basic books, 1994, xi-286p.
  • Retière Jean-Noël, et Jean-Pierre Le Crom, Une solidarité en miettes :  socio-histoire de l’aide alimentaire des années 1930 à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018, 313p.
    Retière Jean-Noël, « Nourrir les pauvres : les quatre âges de l’aide alimentaire », Vie sociale, 2021, Vol. 36, n°4, p.23‑35.
  • Lhuissier Anne, “Alexis de Tocqueville et l’économie sociale chrétienne: sociétés alimentaires et classes ouvrières”, Genèses, 37, 1999, p. 135-155. www.persee.fr/doc/genes_1155-3219_1999_num_37_1_1600

 

Flavie Leclair (Fédération des Services Sociaux, Belgique) L’aide alimentaire, une portée d’entrée vers quel horizon ? Une exploration des liens entre travail social et aide alimentaire. 

Flavie Leclair est coordinatrice de projets. La fédération fonctionne en gouvernance partagée. Ielles collaborent avec des chercheur.se.s de façon ponctuelle. La fédération regroupe distribution de colis ; épiceries sociales ; restaurants sociaux et communaux ; frigos solidaires ; chèques alimentaires ; distributions de rue. Ces programmes sont une porte d’entrée à l’aide sociale. La fédération tend à se considérer comme un échec de l’aide sociale. L’aide alimentaire n’est ainsi souvent pas pensée de pair avec le droit à l’alimentation. Elle donne un « coup de pouce de survie » mais ne permet pas d’économiser/mettre de côté, ce qui ne permet aucune amélioration des conditions de vie des ménages : « l’aide n’offre aucun futur désirable ».

Références citées :

  • Hubert Hugues-Olivier,  Nieuwenhuys Céline, L’aide alimentaire au cœur des inégalités, Paris, L’Harmattan, 2010
  • Cremis, Pour une approche globale et solidaire en sécurité alimentaire, 2017
  • Myaux Deborah (dir.), Aide alimentaire : les protections sociales en jeu, Louvain-la-Neuve ,Academia-l’Harmattan, 2019 
  • ATD, FdSS, UCL 2019 L’expérience de l’aide alimentaire. Quelle(s) alternative(s) ? Rapport d’une recherche en croisement des savoirs.
  • Damhuis Lotte, Serré Alexia, Rosenzweig Matthias, “Concrétiser l’ambition démocratique de l’alimentation durable ?
    Expérimentations bruxelloises dans l’aide alimentaire”, Anthropology of food, S15, 2020, https://doi.org/10.4000/aof.11372

 

 

Journée du 24 novembre

Lopamudra Patnaik Saxena  (Coventry University, UK) The Emergence of Social Supermarkets in Britain.

Projet : Social Supermarkets and Austerity Retail in Britain. Voir ici : https://www.researchgate.net/project/Social-Supermarkets-and-Austerity-Retail-in-Britain 

L’équipe de recherches dont fait partie Lopamudra Patnaik Saxena travaille sur des questions de durabilité. Sa présentation est axée sur les supermarchés sociaux, qui permettent l’accès à une nourriture convenable et facilitent un sens d’appartenance, avec de nombreuses activités à caractère social, organisées par les bénéficiaires et/ou les salarié.e.s. Acteurs impliqué.e.s : redistributeurs ; organisations locales ; groupes communautaires ; entrepreneur.se.s. Ces supermarchés représentent une solution à long terme plus socialement acceptée : « moins de stigma et de honte, passant de : “shame — sense of dignity ; No choice–choice ; handouts— hand up ; crisis intervention—averting crisis”.

Mais le lien entre surplus alimentaires et pauvreté alimentaire demeure, comme si cette politique du surplus était inévitable, sans réflexion sur la qualité et la santé. Le maintien des supermarchés ne contribue pas à aller vers une plus grande justice sociale ; et soutient un système alimentaire dysfonctionnel, où le secteur tertiaire prend en charge les responsabilités de l’État, et masquent les échecs des politiques et du marché aux fondements de la pauvreté alimentaire.  

 

Laurence Ossipow (Applied University of Western Switzerland, Geneva), Pour en finir avec le don ? Echanges, transferts et transactions liés à l’aide alimentaire en Suisse.

Laurence Ossipow appuie la réflexion de sa présentation sur les travaux sur le don de Testart, Mauss (introduit par F. Weber) et Zelizer, pour distinguer la cessation d’un bien et des droits associés (Mauss) (même si espoir du contre-don) et le transfert (Weber) sans contrepartie exigée :

Pour elle : 1) L’aide alimentaire est composée de dons maussiens et de transactions (dans et hors du marché), que sont la charité et la solidarité ; 2) l’aide alimentaire reçoit des biens invendus issus des surplus de la société de consommation ; 3) l’AA est basée sur l’engagement de l’État (par délégation) mais surtout sur des donations privées ; 4) sauf si financement des municipalités, l’AA est basée sur le volontariat ; 5) sauf l’exception des centres d’accueil à bas-seuil, les lieux de distribution sont rarement des lieux « more than food » ; 6) ce « more than food » est néanmoins développé dans d’autres endroits dyadiques (rdv avec l’assistance sociale ; restaurants ; cours de cuisine etc).

Elle ouvre ensuite sur plusieurs interrogations. Défalquer ses dons des impôts : est-ce un don ou une transaction ? Parle t’on d’invendus ou d’invendables ? Elle développe ensuite deux aspects 1) les « conventions de dons » de Partage (banque alimentaire suisse) avec les supermarchés est une transaction « win-win » ; 2) les 1 euros symboliques lient bénévoles et bénéficiaires : c’est un contre-don anticipé. Les bénévoles considèrent que le don n’est pas un don, s’il y a contrepartie qui parfois n’est pas un euro, mais un sourire, c’est une « forme de job ». Ce sont les « petit plus » que font les bénévoles qui représenteraient un « don » plus maussien.

Références citées :

  • Testart Alain, Critique du don. Étude sur la circulation non marchande Syllepse, Paris, 2007.
  • Marcel Mauss, Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, Introduction de Florence Weber, Paris, PUF, Collection Quadrige, 2012, 250p.

 

Aël Thery (Chargée de recherche, INRAE/CMH) Les restaurants solidaires de Paris : un programme institutionnel d’aide alimentaire

Voir “Synthèse d’une enquête collective sur deux Restaurants solidaires (Paris, 2021-2022)” : https://solal.hypotheses.org/3860

Aël Théry fait partie d’une enquête collective avec Anne Lhuissier (INRAE-CMH), Paolo Renoux (CMH-CEMS), Kamel Boukir (EHESS), et des étudiant.es du Master de sociologie de l’EHESS, qui porte sur les « Restaurants solidaires de la ville de Paris », enquête initiée par le Centre d’Action Sociale de la Ville de Paris (CASVP) à l’Observatoire des Sciences sociales de la Ville de Paris (Ouscipo). Elle fait la présentation des restaurants solidaires et de la spécificité de leur positionnement à la fois au sein de la littérature en SHS et de l’aide alimentaire : c’est un programme institutionnel et non associatif qui se distingue par 1) des achats sur un marché public et non la récupération d’invendus ; 2) le profil des cuisinier.e.s salarié.e.s et diplômé.e.s de la fonction publique territoriale. La qualification et définition du programme comme « cantine » ou « restaurant » dépend des acteurs et des contextes, selon ce qui est valorisé (la qualité vs son absence ; la professionnalisation vs la menace de sa pérennisation etc). Quelles sont les attentes (et les perceptions) de chacun à l’institution ?  Comment le dispositif tient-il ? La présentation développe trois aspects : 1) La revendication par les cuisiniers d’une pratique professionnelle ; 2) la « cantine » comme un repoussoir pour les usagers comme pour les chefs ; 3) des relations de négociation et d’adaptation entre cuisiniers, usagers et vigiles, avec une porosité des rôles contribuant au maintien du dispositif.

Références citées :

  • Yael Cohen, Michal Krumer-Nevo et Nir Avieli, « Bread of Shame: Mechanisms of Othering in Soup Kitchens », Social Problems, 2017, vol. 64, no3, p. 398‑413.
  • Snow David A., Anderson Leon , « Identity Work Among the Homeless: The Verbal Construction and Avowal of Personal Identities », American Journal of Sociology, 1987, vol. 92, no6, p. 1336‑1371.
  • Marpsat Maryse , « Une forme discrète de pauvreté : les personnes logées utilisant les distributions de repas chauds », Economie et Statistique, 2006, no 391‑392, p. 65‑84.
  • Glasser Irene, More than Bread: Ethnography of a Soup Kitchen, Tuscaloosa, Alabama: University of Alabama Press, 1988.

 

Anna Sofia Salonzn (PhD, University Lecturer, University of Eastern Finland, School of Theology). Between gift and entitlement: Experiencing public social services and charitable food aid in 2020s, Finland and Canada.

  • Salonen Anna Sofia, « Between Gift and entitlement. Experiencing public social services and charitable aid in 2020s, Finland”. In: Haapala, P.Hanjula & Kokko, M. (eds) Experiencing Society and the Lived Welfare State, Palgrave., 2023  à paraître
  • Salonen Anna Sofia, “Lining up for charity : A study of the social organization and communal
    qualities of breadlines in a Finnish city”, International Journal of Sociology and Social Policy, vol.37 , no.3-4, 2017, p.218-230 . https://doi.org/10.1108/IJSSP-10-2015-0110

La présentation d’Anna Sofia Salonen revient sur des observations et entretiens au sein de deux programmes d’aide alimentaire, un au Canada, un en Finlande, selon trois axes : 1) entre pénurie et abondance ; 2) entre éthique et « entitlement » (économies) ; 3) entre don et droit. À quelle communauté appartient-on quand on fait la queue (les « breadlines », lieux de « contrôle communautaire ») – et non tenus ensemble par le lien monétaire ?

 

Juliette Renevier (University of Applied Science of Western Switzerland, Geneva), Charité et aide alimentaire. Enquête dans quatre dispositifs d’aide alimentaire d’obédience

Cette présentation, issue du master de Juliette Renevier (HETS-Genève) décrit quatre dispositifs : l’Armée du Salut, une association d’obédience juive, une autre musulmane (Islamic center), et une autre protestante (CARE). Elles sont ouvertes à tous les publics, sans obligation de croyance, mais avec parfois une volonté prosélyte. Juliette Renevier décrit chacun des dispositifs, le rôle et les relations entre bénévoles et bénéficaires. Par exemple, à l’Islamic Center, de nombreux bénévoles viennent d’Amérique latine et ne sont pas musulmans : ielles ont plus d’affinités de quartier que religieuses. Églament, à l’Armée du Salut, certains bénéficiaires viennent le dimanche pour le buffet (réputé), tout en évitant la prière qui a lieu avant le repas.

distribution de colis, © Philippe Renevier

Maëlle Meignez & Dominique Malatesta  (Applied University of Western Switzerland, Lausanne), Aider de jour et de nuit : la dimension politique de l’engagement volontaire et bénévole

  • Meigniez  Maëlle, “Quand vendre c’est aider. L’expérience de l’aide dans une boutique associative”, Revue suisse de travail social, 2018, n°23, p. 115-132.
  • Meigniez Maëlle, Malatesta Dominique & Togni Carola,  “Des «mamans» usagères et bénévoles dans les centres d’animation socioculturelle: limites et enjeux de la reconnaissance du care”. In Dan Ferrand-Bechmann (dir). Trouble dans le bénévolat,  Editions sociales, coll. Chronique Sociale, 2023 à paraître.

La présentation de Maëlle Meigniez interroge le sens de l’engagement bénévole, dans une réflexion sur l’aide alimentaire dans le contexte de l’urgence : 1) L’urgence sociale des personnes à la rue ; 2) La crise sanitaire et le basculement vers la pauvreté. Elle évoque la mobilisation d’un référentiel humanitaire : « L’évocation du référentiel humanitaire possède cette capacité de bouleverser profondément les coordonnées des argumentations relatives à la responsabilité » (Genard 2014). Il s’agit ici de deux contextes : 1° l’aide de jour et la distribution alimentaire dans les centres de quartier lausannois pendant la crise sanitaire en 2020 (FASL) ; 2° l’aide de nuit et La Maraude Lausanne comme action collective distribuant de la nourriture aux personnes à la rue

La Maraude est un mouvement bénévole et indépendant suivant un principe d’aide inconditionnelle ; un fonctionnement informel et horizontal ; une visibilité dans l’espace public ; une voix alternative dans l’intervention sociale ; une action qui se déploie en creux du dispositif institutionnel existant. Ce programme pose des questions d’« éthique en action » où l’inconditionnalité mise à l’épreuve, avec une incertitude de l’aide. De plus, elle interroge le fonctionnement horizontal et l’autorégulation où demeure une ambiguïté politique, avec l’évitement du politique (Eliasoph 2010). Ce programme milite avant tout pour une approche inclusive, une sociabilité avec les usagères/usagers, une liberté de parole et d’opinion. Il y a donc une dimension politique et « style de groupe » (Eliasoph & Lichterman 2011), mais des contours flous : l’éthique du care est fortement mobilisée comme forme de critique sociale (Laugier 2009) , mais le care est-il anti-institutionnel? Est-il « institutionnalisable » (Pattaroni 2005) ?

L’Aide de jour est quant à elle initiée pendant le covid’, sur initiative bénévole et/ou bénévole-bénéficiaire. Elle est principalement féminine ; le « quartier » est un réservoir de bénévoles. L’AA ravive et visibilise des engagements latents, dans l’urgence, ainsi que des formes de prendre soin du quartier (Meigniez, Malatesta & Togni 2023).

Conclusion : La dimension politique du care dans le contexte de l’aide alimentaire : « C’est une politique qui n’est pas instituée par en haut. Elle ne désigne pas la métamorphose d’un État social protecteur (l’Etat-providence) en État accompagnateur ou compassionnel. Il s’agit, par des initiatives comme les épiceries solidaires, d’une suite d’expérimentations politiques des gouvernés qui forcent les gouvernants à entrer dans le jeu des gouvernés, par le biais d’une sorte de ré-institutionnalisation » (Brugère 2015: 63).

Références citées :

  • Brugère Fabienne,  “Quand l’individu s’émancipe grâce aux autres”, Revue Projet, 2015, 346(3), p.59-67.
  • Eliasoph Nina, & Lichterman Paul,  “Culture en interaction : une ethnographie des styles de groupe de deux organisations civiques en Californie”. In Mathieu Berger, Daniel Cefaï, & Carole Gayet-Viaud, Du civil au politique : Ethnographies du vivre-ensemble, Bruxelles, Peter Lang PIE, 2011, p.355-400.
  • Eliasoph Nina (2010 [1998]). L’évitement du politique. Comment les Américains produisent l’apathie dans la vie quotidienne, Économica, coll. « Etudes Sociologiques », 2010, 352 p.
  • Genard Jean-Louis, “La question de la responsabilité sous l’horizon du référentiel”. In. Axelle Brodiez-Dolino, Isabelle von Bueltzingsloewen, Benoît Eyraud, Christian Laval et Bertrand Ravon (dir.), Vulnérabilités sanitaires et sociales. De l’histoire à la sociologie, Rennes, PUR, 2014, p.41-58.
  • Laugier Sandra, “L’éthique comme politique de l’ordinaire”, Multitudes, 2009, n°2, p.80-88.

 

Yann Cerf (Applied University of Western Switzerland, Geneva) Refettorio: can gastronomy be trash? An ethnographic description for the difficult work of transforming food waste into tasty foo.

  • Cerf Yann, “Cuisine profitable, cuisine charitable : Formes quotidiennes de persistance dans un restaurant social”, TSANTSA – Journal of the Swiss Anthropological Association, 2021, n°26, p.139-152.
  • Cerf Yann, “C’est ici le pain qui descend du Siège”,  Terrain, Hors-série: Bureaucratie Sublime, 2021, p.52-61.
  • Cerf Yann, « No One in the Hotel Wears a Moustache, except the Cooks: Gastronomy and Systems of Social Reproduction », Anthropological Notebooks, 2021, vol.27, n°3: 35-57.

Yann fait partie de l’ANR « La faim en pays d’opulence » avec Laurence Ossipow et Anne-Laure Counilh. Il revient dans sa présentation sur son expérience dans un restaurant associatif monté par un grand chef (Massimo Bottura) à Genève, de repas faits à partir d’invendus et d’achats, payants le midi et gratuits le soir pour des personnes précaires. Le principe est autant de recycler des produits invendus en haute-cuisine, que de “restore and renovate underused spaces” – “remake”/”restore” étant l’étymologie de Reffetorio – en installant le restaurant dans des anciennes églises. “‘L’objectif est de communiuqer la convivialité entre égaux, l’unité et la solidarité, en évoquant la parabole des pains et des poissons”. La question de la récupération des restes alimentaires semble évidente (et ennuyeuse) pour les chefs, pour qui la pratique culinaire repose déjà sur de nombreuses opérations de conservation (techniques de préservation, transformation des produits stockés avant qu’ils passent). Ce qui change est la rhétorique de la valorisation : traiter les restes ne relève plus d’une maximisation des profits en évitant le gâchis – même, les restes sont perçus comme une faille dans la gestions de la cuisine (Fine 1982) – mais d’un combat politique comme socle de la haute-cuisine.

Photo issue de la présentation de Y.Cerf, cuisine du Reffetorio

Références citées :

  • Goody, Jack. Cooking, Cuisine and class. Cambridge University Press, 1982, 253 p.
  • Siniscalchi, Valeria. « « Food activism » en Europe : changer de pratiques, changer de paradigmes »Anthropology of food [En ligne], S11 | 2015.
  • Ho, Karen. Liquidated: An ethnography of Wall Street. Duke University Press, 2009.
  • Théry, Aël. Ouvrier culinaire et artisan de la nation : une anthropologie politique du métier de cuisinier en Chine. Thèse en anthropologie. EHESS, Paris, 2021.


Citer ce billet
athery (2022, 19 décembre). Compte-rendu du colloque “Aide alimentaire et alimentation en temps de crise”, Haute Ecole du Travail Sociale de Genève, 23-24 novembre 2022. SOLAL. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ugei

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search