Le doctorant Théo ROUGNANT (CMH/SantESIH) rejoint le groupe SOLAL

Le doctorant Théo ROUGNANT (CMH/SantESIH) rejoint le groupe SOLAL

Théo Rougnant rejoint le groupe de recherche Solal. Il démarre une thèse en septembre 2022, sous la co-direction de Séverine Gojard (CMH/INRAE) et de Sylvain Ferez (SantESIH, Université de Montpellier).

 

Peux-tu résumer ton sujet d’étude et ses enjeux ? 

Ma thèse porte sur les socialisations corporelles des personnes que la médecine qualifie d’obèses, c’est-à-dire ayant un Indice de Masse Corporelle (IMC) supérieur à 30. Je m’intéresse ainsi à la façon dont l’obésité change la vie des personnes dans des domaines tels que les activités physiques et sportives, les pratiques alimentaires, vestimentaires, les usages du corps au quotidien etc… En partant du constat que l’obésité représente à la fois une forme du corps, un stigmate et une pathologie, je me suis intéressé aux différents espaces et dispositifs qui concourent à socialiser les personnes obèses sur ces questions du corps. Je me décale ainsi des travaux, nombreux et de qualité, sur les déterminants sociaux de l’obésité pour voir ce qui se joue une fois que les personnes sont obèses. L’obésité est là, et maintenant ? L’enjeu n’est pas simplement de répondre à la question : « qu’est-ce qu’être obèse ? », mais de voir les multiples façons d’être obèse. J’essaye de comparer différentes trajectoires individuelles pour voir ce qui rend possible le fait d’être obèse de telle ou telle manière et ainsi de typologiser des « carrières d’obèses ». Le temps long des trajectoires se mêle au temps court des dispositifs (service hospitalier, club sportif, association…) pour produire des socialisations bien spécifiques.

Je me décale aussi des travaux portant sur la stigmatisation et la discrimination liées à l’obésité, bien que je traite également ces questions, pour essayer de saisir ce que l’obésité implique d’autre, en termes de changements dispositionnels notamment. De même, je me penche sur des cas d’obésités que l’on pourrait qualifier de non-stigmatisées ou même de « valorisées », au moins dans des espaces bien circonscrits. Je pense notamment à certain·es sportifs et sportives de haut-niveau (en lancer de poids, lutte, haltérophilie) et aux personnes militant pour une acceptation de la grosseur (fat acceptance) ou un élargissement des normes de beauté (fat is beautiful). Qu’est-ce qui rend possible de penser son corps autrement que comme un stigmate, ne serait-ce que dans ces espaces bien précis ? Et en retour, comment ces espaces peuvent-ils être pensés comme des dispositifs produisant des socialisations corporelles singulières ?

Je considère ainsi l’obésité comme une socialisation de transformation, c’est-à-dire qui se base sur une socialisation initiale et qui permet là aussi de penser la variété des trajectoires. Le genre et la classe sociale induisent en effet des changements considérables dans les façons d’être obèse et dans les ressources qui permettent de gérer un corps hors-norme au quotidien. C’est aussi l’un des enjeux de cette étude, de comprendre les cas d’obésité peu fréquents statistiquement, comme les femmes de classe supérieure par exemple.

 

Quelle place les enjeux alimentaires prennent-ils dans tes questionnements ?

Alimentation et obésité sont très fréquemment liées dans le sens commun, dans les médias, dans les dispositifs de prise en charge, dans les programmes et plans de lutte contre l’obésité et dans les discours des personnes concernées. Ce sont moins les types d’alimentation obésogènes ou non qui m’intéressent que les effets de cette association obésité / alimentation sur les individus. Cette association est si ancrée que l’obésité parait indubitablement conduire à une forme – ou plutôt des formes – de réflexivité sur ses prises alimentaires. Je m’intéresse ainsi à ce qui est modifié, ce qui est mis en place selon les individus, aux changements dans l’assiette mais aussi autour de l’assiette pour quantifier, contrôler, mesurer, réguler l’alimentation ; et forcément à l’origine de ces modifications, aux socialisations variées qui les ont rendues possibles.

Plus largement, je considère l’alimentation comme l’une des dimensions du rapport au corps des individus, celui-ci englobant d’autres pratiques telles les activités physiques et sportives, afin de voir si l’ensemble des pratiques corporelles peuvent faire système et être étudiées ensemble.

 

Qu’est-ce qui t’as conduit à ce sujet ?

Ma propre trajectoire académique explique sans doute une bonne part du choix de ce sujet. Avant d’entrer à l’EHESS en M2 Pratique de l’Interdisciplinarité, j’ai eu un parcours STAPS à l’université de Franche-Comté puis à l’ENS de Rennes en Sciences du Sport et Education Physique (2SEP). J’ai ainsi développé un intérêt particulier pour tout ce qui touche au corps, en rapport ou non avec le sport. La question de l’obésité est venue dans un second temps, mais je ne saurais pas exactement dire comment.

 

Comment envisages-tu ton enquête ?​

J’ai déjà réalisé mon mémoire de master 2 sur le sujet. Je me suis penché sur un dispositif de socialisation bien particulier, une association qui dispense des cours d’activité physique adaptée spécifiquement pour les personnes en surpoids ou obèses. J’ai pu ainsi étudier, en rapport avec ce que mettait en place le dispositif, des trajectoires bien spécifiques d’individus ayant en commun le fait d’avoir intériorisé une vision médicale de leur corpulence et souhaitant maigrir.

Il s’agit donc de prolonger ce travail en enquêtant tout d’abord dans un service hospitalier de nutrition spécialisé dans l’obésité. Ce premier terrain me permettra de prendre de front la question de la pathologisation de l’obésité mais également de voir à l’œuvre ce que l’on appelle l’Education Thérapeutique du Patient (ETP), qui vise explicitement une action socialisatrice en matière d’alimentation et d’activité physique. On peut supposer que sur ce terrain, les individus rencontrés auront en commun de penser leur obésité comme une maladie à soigner, à prendre en charge, comme un problème à résoudre.

Je compte ensuite prendre de la distance avec cette vision bien spécifique de l’obésité pour enquêter dans des clubs sportifs où l’on rencontre fréquemment des personnes obèses (n’ayant pas seulement un IMC supérieur à 30 mais étant aussi visuellement corpulentes). Dans certains sports, présenter un poids important peut en effet contribuer à la performance, comme c’est le cas dans les lancers en athlétisme, dans les sports à catégories de poids et même au rugby. L’hypothèse est que ce terrain me permettra de voir des formes de valorisation de l’obésité, puisque celle-ci contribue à la performance. Mais tout l’enjeu sera de circonscrire et délimiter les configurations au sein desquelles ces corpulences peuvent effectivement prendre de la valeur, et de voir toutes les autres configurations dans lesquelles sont pris ces athlètes, c’est-à-dire les collusions avec d’autres espaces, (médicaux, militants…) induisant des trajectoires multiples.

Enfin, je souhaite enquêter dans des espaces militants pour appréhender une troisième forme de « carrière » d’obèse, où le stigmate et la pathologisation sont non seulement mis à distance mais aussi questionnés.

Pour tous mes terrains je souhaite réaliser des plongées ethnographiques assez longues pour en comprendre la logique et les actions socialisatrices des dispositifs sur les individus, tout en conduisant des entretiens pour replacer l’action de ces derniers dans les trajectoires singulières.



Citer ce billet
trougnant (2023, 3 janvier). Le doctorant Théo ROUGNANT (CMH/SantESIH) rejoint le groupe SOLAL. SOLAL. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ugek

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search