Elfe, la cohorte qui suit l’évolution de l’alimentation, l’environnement, l’entourage et conditions de vie enfantines en France.

photo6  logo-elfe.pngJournée scientifique Elfe, lundi 13 mars 2017

La Cohorte Elfe, Etude Longitudinale Française depuis l’Enfance, réunit  des chercheurs de tous horizons pour suivre l’histoire des enfants, de leur naissance à leurs 20 ans. Environnement, entourage familial, conditions de vie : tous les aspects de la vie de l’enfant sont explorés afin d’évaluer leur influence sur son développement physique et psychologique, sa santé, son alimentation et sa socialisation.

L’alimentation, thématique transversale de la Cohorte Elfe, rassemble des chercheurs de l’INRA et de l’INSERM qui suivent l’évolution des pratiques nutritionnelles et la socialisation alimentaire des 18500 enfants de la cohorte nés en 2011. Les résultats de leurs travaux sur l’allaitement, financés dans le projet ANR SOFI, sont présentés lors de la journée scientifique Elfe du 13 mars. Les résumés sont en ligne, les communications suivront bientôt.


Christine Tichit

Sociologue et démographe, chercheure de l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) au Centre Maurice Halbwachs (CMH-ENS Paris Jourdan). Après des recherches sur la famille et les rapports de genre en Afrique à l’Institut de Formation et Recherches Démographique (IFORD, Cameroun) et au Centre Population et Développement (CEPED), elle a travaillé sur les représentations de la parentalité en France à l’Institut National des Etudes Démographiques (INED). Depuis une dizaine d’années elle poursuit ses recherches à l’INRA en sociologie de l’alimentation et coordonne le groupe « Alimentation-Nutrition» de l’Étude Longitudinale Française depuis l’Enfance (ELFE). Dans le cadre de la cohorte Elfe, elle étudie l’allaitement, l’alimentation périnatale et infantile, dans une perspective comparative internationale. Ses recherches actuelles en sociologie de l’alimentation, portent aussi sur le rapport aux normes et la construction des habitudes alimentaires, la différenciation sociale et genrée des pratiques, ainsi que les inégalités alimentaires, en particulier dans l’enfance et en situation de migration. Elle conjugue des approches méthodologiques qualitatives (terrains en milieux scolaires notamment) et quantitatives (cohorte ELFE, SIRS, NUTRINET, US-IFPS2) et participe à plusieurs réseaux de recherche sur les méthodologies biographiques et longitudinales.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.