Enquête sur les expédients alimentaires de trois personnes immigrées sans-domicile

« Le caddie de Luca plein à craquer après une séance de récupération dans les poubelles parisiennes. Prise par Paolo Renoux le 12 février 2021. »

Paolo Renoux vient de publier « Entre aides et entraides. Enquête sur les expédients alimentaires de trois personnes immigrées sans-domicile », Revue française des affaires sociales, no. 1, 2023, p. 109-130.

Qu’est-ce qu’une vie bonne, une vie qui vaut la peine d’être vécue ? Cette vaste question qui interroge philosophes (Butler, 2012), anthropologues (Naepels, 2018), sociologues et historiens (Cottereau et Marzok, 2012) est au cœur de l’article de Paolo Renoux, qui étudie dans le détail les budgets alimentaires de trois personnes immigrées sans-domicile. L’exploration minutieuse de ces micro-systèmes alimentaires constitue un point d’accroche empirique, un éclairage sur une infime partie du monde social qui se veut questionner à nouveau frais cette question existentielle du sens de la vie.
Cette étude de cas est issue d’une enquête de l’Observatoire du Samusocial de Paris, « Hors-Service », qui traite des manifestations socio-économiques de la crise sanitaire sur le personnel de l’hôtellerie-restauration et qui fait de l’alimentation un point central du questionnement (Guénée et al., 2021 ; Fourestier et al., 2022). Luca, Angèle et Keyah (les trois personnes en question) partagent une même situation de grande précarité marquée par une absence de domicile personnel et des revenus monétaires très faibles. L’enquête d’ethnographie budgétaire menée auprès d’elles révèle toute une panoplie d’activités, de stratégies et de combines qui leur permettent d’assurer leurs besoins nutritionnels et ceux de leurs enfants. Les subsides de l’assistance institutionnelle et associative, de « l’aide », sont très inégalement répartis et ne permettent pas toujours de subvenir à l’ensemble des besoins. Dans tous les cas, « l’entraide » vient pallier la faiblesse des aides reçues, en termes de quantité, qualité ou diversité.

Pénétrer la réalité micro-sociologique de cette articulation budgétaire, entre aides et entraides, donne à voir l’alimentation et les activités qui y sont liées comme bien plus qu’une simple nécessité physique. Dans des configurations diverses, l’alimentation est systématiquement mise au service d’un mieux-être individuel, social, familial. Des récupérations urbaines de nourriture associées à un réseau d’échanges permettent à Luca de reprendre un contrôle sur sa consommation, de s’adonner à sa passion (la cuisine) et de partager des moments privilégiés avec des personnes qui comptent pour lui. Elles lui permettent de donner aussi, tout simplement, de s’affranchir de la très verticale et unilatérale relation d’assistance pour retrouver, dans l’entraide, une capacité d’action économique et sociale (Renoux, 2021). Les maigres subsides gagnés par Keyah offrent la possibilité d’envoyer des mandats aux enfants restés au pays, de financer une partie de leur alimentation et donc de justifier, pour soi et pour les autres, les sacrifices de la migration. Pour Angèle, l’alimentation est un des seuls moyens à sa disposition pour faire plaisir à ses enfants tandis que la préparation hebdomadaire de repas chez des amis est pour elle l’occasion de s’échapper temporairement de son austère hôtel d’urgence.
Cet article plaide pour une attention accrue envers les gestes les plus infimes de la vie sociale – ici ceux de l’alimentation – où s’invitent irrémédiablement le politique (le vivre-ensemble) et la politique (la gestion de ce dernier). Il invite à la description de ce qui, malgré la détresse de la misère économique, permet d’arracher à la survie des bribes de vie qui valent la peine d’être vécues.

Cet article prend place dans une recherche doctorale sur le budget des personnes à la rue à Paris. Voir ici pour une plus ample présentation de ce travail.

Ouvrages, articles et rapports cités
Butler Judith, « Can One Lead a Good Life in a Bad Life?: Adorno Prize Lecture », Radical Philosophy 176, Nov/Dec 2012, p. 9–18.
Cottereau Alain, Marzok Mokhtar Mohatar, Une famille andalouse : ethnocomptabilité d’une économie invisible, Saint-Denis, Bouchène, 2012, 354 p.
Fourestier Adèle, et al., « <a href="http://” data-wplink-url-error=”true”>En bout de chaîne. Parcours de crise et crise de parcours de travailleuses et travailleurs immigrés de l’hôtellerie-restauration (Paris, mars 2020-mai 2021) », Paris, Rapport de l’Observatoire du Samusocial de Paris, mars 2022, 255 p. 
Guénée Lorraine, et al., « <a href="http://” data-wplink-url-error=”true”>Hors service. Enquête sur les manifestations socio-économiques de la crise sanitaire de la Covid-19 sur les travailleurs de l’hôtellerie-restauration (Ile-de-France, mars 2020-mai 2021) », Paris, Rapport de l’Observatoire du Samusocial de Paris, juin 2021, 254 p. 
Naepels Michel, Dans la détresse : une anthropologie de la vulnérabilité, Paris, Editions de l’EHESS, coll. « Cas de figure », 2018, 148 p.
Renoux Paolo, La grande débrouille. Ethnographie des modes socio-économique de subsistance d’un Parisien roumain à la rue, Mémoire de master 2, sous la direction de M. Daniel Cefaï et M. Stéphane Baciocchi, Paris, EHESS, septembre 2021.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Solal (19 mai 2023). Enquête sur les expédients alimentaires de trois personnes immigrées sans-domicile. SOLAL. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ugeu


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search