Marion Alves rejoint le groupe Solal

Marion Alves effectue une thèse sur la construction du rapport aux animaux durant l’enfance. Elle est accompagnée dans ce travail par Séverine Gojard (Centre Maurice Halbwachs) et Jérôme Michalon (Laboratoire Triangle).

Pourrais-tu résumer ton sujet et ses enjeux ? Quel est l’origine de ton intérêt pour ces questions ?
Notre époque est marquée par la montée des enjeux écologiques et par un intérêt accru pour la question animale. Nous nous interrogeons sur nos pratiques et sur la manière de les faire évoluer. Pourtant il existe encore peu de travaux qui tentent de retracer la sociogenèse de notre rapport aux animaux.
C’est pourquoi, j’ai débuté en 2021 une thèse sur la construction du rapport aux animaux durant l’enfance. Les manières de penser et d’agir avec les animaux pourraient donner l’impression de relever de l’évidence alors qu’elles sont le fruit d’une transmission familiale et scolaire dès le plus jeune âge.
Constatant l’omniprésence des animaux et des représentations animales dans le quotidien enfantin (sorties au zoo ou la ferme, figures animales dans les objets de l’enfance et la littérature jeunesse, consommation de produits d’origine animale), je m’interroge sur la manière dont celui-ci contribue à la transmission d’un mode de vie et d’une vision du monde impliquant des rapports anthropozoologiques.
Deux axes guident alors mon travail : Une première série de questions porte sur la nature de ce qui est transmis (construction différence humain/animaux ; catégorisations des animaux ; pratiques impliquant les animaux) tandis qu’un second type d’interrogations s’intéresse aux conditions de transmission (rôle de l’école et de la famille, effet des politiques publiques, type de socialisations en jeu).

Quelle place les enjeux alimentaires prennent-ils dans tes questionnements ?
Bien qu’il existe des temps explicites où se déploient les relations anthropozoologiques (sortie au zoo ou jeu avec un animal de compagnie par exemple), j’ai comme hypothèse forte qu’il se joue quelque chose d’essentiel dans les activités ordinaires de la vie enfantine.
Les pratiques alimentaires semblent alors une entrée essentielle. La consommation de produits d’origine animale apparait comme une thématique prioritaire pour une partie des militant.es de la cause animale en ce qu’elle révèle et produit de l’exploitation animale. L’étude des repas végétariens permet également d’étudier les permanences et les conditions de changements en termes de pratiques sociales dans un contexte mêlant écologisation des pratiques et requalification des relations humains/animaux.
Plus précisément, je travaille sur la (non)consommation de produits d’origine animal par les enfants à la cantine et dans les familles. Mon travail suit ainsi l’instauration récente des menus végétariens dans les cantines (repas végétarien hebdomadaire obligatoire) et cherche à comprendre comment sont présentés et légitimés les produits d’origine animale.

Comment as-tu construit ton objet d’étude et quelles sont les principaux courants théoriques dont tu t’inspires ?
Mon cadre théorique articule principalement sociologie de la socialisation, de l’enfance, de l’alimentation et des relations anthropozoologiques. Je suis également conduite à interroger des travaux en science politique (analyse des politiques publiques et des mobilisations collectives) et en anthropologie (anthropologie de la nature)

Concernant la réalisation concrète, quelles ont été tes méthodes ? Quel est ton terrain?
Je mène une enquête ethnographique articulant observations et entretiens auprès d’enfants ayant moins de dix ans. J’ai deux espaces principaux d’enquête à savoir l’école (et notamment la cantine en école maternelle et élémentaire) et l’univers familial.
J’ai fait le choix de travailler dans un grand centre urbain afin d’observer et d’actualiser les logiques de déconnexion et reconnexion à la nature qui marquent les populations urbaines favorisées dès le XIXème siècle. Cela me permet aussi d’enrichir mon analyse en intégrant l’étude des effets socialisateurs des institutions dans un contexte d’arrivée au pouvoir du parti écologiste dans cette municipalité.



Citer ce billet
Anne Lhuissier (2023, 9 novembre). Marion Alves rejoint le groupe Solal. SOLAL. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ugf3

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search