Comment se transmet le goût des bonnes choses? Patrimoine, culture et valeurs en héritage.

photo

JOURNEE D’ETUDES ASPECTS DES TRANSMISSIONS ENTRE GENERATIONS

Mercredi 20 décembre 2017
9h15-17h15
Sciences Po, Salle Goguel
56 rue des Saints-Pères 75007 Paris

Une journée consacrée au rôle de l’héritage et de la transmission dans nos sociétés modernes, du point de vue du transfert intergénérationnel du patrimoine, mais aussi des valeurs familiales, politiques, religieuses et culturelles y compris alimentaires. Quel est aujourd’hui le poids des transmissions familiales sur les goûts, les convictions et les engagements de l’individu ? Mais encore, est-on si sûr que l’héritage et la transmission soient un impensé de l’individualisme contemporain ? Quelle valeur accordons-nous au fait de transmettre ? Comment jugeons-nous le fait d’hériter ? Voir le programme ici

Entrée libre (nombre de places limités, inscription obligatoire) : LDF@ofce.sciences-po.fr


Auteur/autrice : Christine Tichit

Sociologue et démographe, chercheure de l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) au Centre Maurice Halbwachs (CMH-ENS Paris Jourdan). Après des recherches sur la famille et les rapports de genre en Afrique à l’Institut de Formation et Recherches Démographique (IFORD, Cameroun) et au Centre Population et Développement (CEPED), elle a travaillé sur les représentations de la parentalité en France à l’Institut National des Etudes Démographiques (INED). Depuis une dizaine d’années elle poursuit ses recherches à l’INRA en sociologie de l’alimentation et coordonne le groupe « Alimentation-Nutrition» de l’Étude Longitudinale Française depuis l’Enfance (ELFE). Dans le cadre de la cohorte Elfe, elle étudie l’allaitement, l’alimentation périnatale et infantile, dans une perspective comparative internationale. Ses recherches actuelles en sociologie de l’alimentation, portent aussi sur le rapport aux normes et la construction des habitudes alimentaires, la différenciation sociale et genrée des pratiques, ainsi que les inégalités alimentaires, en particulier dans l’enfance et en situation de migration. Elle conjugue des approches méthodologiques qualitatives (terrains en milieux scolaires notamment) et quantitatives (cohorte ELFE, SIRS, NUTRINET, US-IFPS2) et participe à plusieurs réseaux de recherche sur les méthodologies biographiques et longitudinales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.