Végétarisme et véganisme, autour de la notion de conversion : une présentation de Laurence Ossipow

Anthropologist Laurence Ossipow gave a talk on vegetarianism and veganism and the concept of converstion on May 16th 2018. This concept sheds light on some of the common points and commonalities between these two food-related practices.

Laurence Ossipow, anthropologue, professeure à la Haute école du travail social de Lausanne, présentait le 16 mai ses travaux sur le végétarisme dans le cadre du séminaire « Approches contemporaines de la conversion» animé par Patrick Michel (CMH, Paris) et Jean-Philippe Heurtin (SAGE, Strasbourg).

L’enjeu du séminaire, pour Patrick Michel et Jean Philippe Heurtin, est d’éprouver le concept de conversion à d’autres domaines que la religion. En matière religieuse en effet, la sociologie semble avoir fait le tour de la question : les apports théoriques de la notion semblent bien connus, et sur le plan méthodologique tous les récits de conversions se ressemblent. Mais ce concept permet-il de jeter un éclairage fécond quand on l’applique à d’autres objets ?

D’où la présence de Laurence Ossipow. Auteure d’une thèse et d’un livre sur les végétariens – La cuisine du corps et de l’âme, éditions MSH, 1997, malheureusement épuisé – elle a ensuite travaillé sur l’immigration et le travail social, mais revient, depuis quelques années, aux questions d’alimentation. Elle entame une nouvelle recherche sur les végans. Elle a proposé une mise en perspective de ses résultats établis en 1982-1997 et de premiers résultats exploratoires sur les végans anjourd’hui.

L’enquête de 1982-1997

À l’époque, l’enquête de L. Ossipow était guidée par une question marquée par le contexte scientifique : les personnes qui se tournent vers le végétarisme changent-elles d’habitus, ou perpétuent-elles l’habitus de leur classe (ou de leur fraction de classe) ? Il s’agissait de mettre à l’épreuve le cadre d’analyse bourdieusien avec une situation de rupture biographique importante, mais aussi d’interroger la tension entre l’approche en terme de classe, et l’approche anthropologique en terme de réseau (Barnes 1969, Mitchell et Boissevin 1973).

L’enquête mobilisait une variété de matériaux (sources écrites, 80 récits de vie) en multipliant les sites d’observation et de contact (restaurant végétarien, épiceries bio, associations, cours…), en Suisse.

Les enquêtés livraient des récits qui avaient tout du récit de conversion et qu’ils acceptaient comme tels, mais qu’ils ne voulaient pas qualifier de religieux de peur d’être assimilés à une religion – voire à une secte.

L’enquête répond à la question de recherche de la façon suivante : les enquêté.e.s adoptent le végétarisme pour une raison ou pour une autre, puis ils et elles y ajoutent des pratiques (en particulier de soin du corps, de spiritualité) qui au final façonnent un nouveau « style de vie » qui est relativement similaire d’un enquêté à l’autre. Les enquêté.e.s font également part de l’enthousiasme avec lequel ils et elles ont découvert ces pratiques et les ont adoptées.

Un processus de conversion

L’adoption du végétarisme, dans l’enquête de 1982-97, advient à des moments clés du cycle de vie ou suite à des ruptures biographiques. On retrouve aussi des « expériences spécifiques », qui ne sont pas sans évoquer les révélations précédant les conversions religieuses comme le fait d’avoir assisté à l’abattage d’animaux.

Le nouveau style de vie qui émerge n’est pas exempt de formes de distinction sociale au sens bourdieusien. D’une part, bon nombre des enquêtés ont fait des études longues mais ont un statut social dissonnant par rapport à leur diplôme. Ainsi un juriste est devenu cuisinier végétarien ou une musicienne, mère au foyer, organise maintes activités autour de cette diététique: dans ces deux cas une forme de professionnalisation autour du végétarisme vient compenser une position professionnelle peu satisfaisante pour l’enquêté. Le végétarisme apparaît alors comme une pratique distinctive qui vient suppléer la position professionnelle pour certifier le statut social. D’autre part, les végétariens emploient leurs propres distinctions, par exemple quand ils opposent les végétariens aux carnivores, mais au-delà, en identifiant des modèles « repoussoir ». La position des végétariens de ce point de vue a évolué avec l’apparition du mouvement végan.

Comparaison entre les végétariens de l’enquête 1982-1997 et d’aujourd’hui, en Suisse
Les végétariens Hier Aujourd’hui>
Situation des végétariens Exception, sujet de débat. Scepticisme des médecins Admis, y compris par les médecins. L’agriculture biologique est banalisée en Suisse (même si chère)
Modèle repoussoir La macrobiotique (inspiration zen-new age) : décrite comme excessive et proche de la secte religieuse Le véganisme est un modèle attirant et repoussoir à la fois.
Accessibilité Très peu de produits spécifiques et de lieux de restauration Développement d’un marché alimentaire (produits et restaurants) végétarien, très varié.
Diffusion Réseaux interpersonnels, stages, cours, livres Réseaux sociaux numériques. Réseautage et lobbying dans les partis politiques en place. Dénonciations en justice. Actions politiques dans la rue : caillassage de boucheries, manifestation.
Enjeu Bien traiter les animaux et bien se nourrir

Changer la société

Protéger l’environnement, défendre les droits des animaux. Changer la société

Qui sont les végatériens et les végétariennes?

Après être revenue sur la vigueur des mouvements de Lebensreform en Suisse, L. Ossipow  a fourni quelques chiffres sur les végétariens dans ce pays. Dans l’enquête qu’elle a elle-même menée, et qui ne peut prétendre à la représentativité, on comptait beaucoup d’étudiants, de membres de classes moyennes inférieures et de femmes. À l’époque on estimait que 1 à 6% de la population suisse était végétarienne. Une enquête de 2000 (Nutritrend, réalisée par Nestlé), indique 9% de végétariens en Suisse.

Une association végan a commandé en 2017 une enquête statistique, réalisée par un institut de sondage, auprès de 1296 personnes en Suisse romande et alémanique. Il est apparu : 3% de végans (soit 39 enquêtés), 11% de végétariens, 17% de « flexitariens » (réduisant leur consommation de viande) et 69% d’omnivores.

Les végétariens sont plus urbains et plus diplômés. Si les végétariens sont plutôt des femmes (comme dans l’enquête 1982-1997), ce n’est pas le cas parmi les végans où l’enquête a trouvé une majorité d’hommes.

Les végans : pistes d’analyse

L. Ossipow n’en est qu’au début de sa recherche sur les végans, pour l’instant elle a surtout travaillé sur des sources écrites (sites webs, etc.). Elle souligne le fait que le véganisme se pense et se présente comme un mouvement politique. Il s’agit de défendre, en action, l’anti-spécisme. Ce terme est à comprendre en parallèle avec l’anti-racisme : les animaux doivent être traités avec le même respect et la même dignité que les humains. Elle souligne que dans les discussions et commentaires publiés en ligne sur les sites végans, la dimension de « conversion individuelle » est réfutée. Pour les végans d’aujourd’hui par rapport aux végétariens d’hier, il ne s’agit pas de se changer soi, mais de changer la société, d’obtenir des droits pour les animaux.

À l’issue du séminaire, je m’interroge : si l’adoption du végétarisme semble bien présenter tous les traits typiques de conversions religieuse, l’adoption du véganisme ne devrait-il pas se penser dans les termes de l’engagement politique – comme dans le cas des jeunes gens qui se sont battus, en d’autres temps, pour le communisme, l’anarchisme ou le maoïsme ?

La matériau de L. Ossipow ne permet pas encore de répondre à cette question… nous avons hâte d’en apprendre plus !

Je remercie Laurence Ossipow qui a bien voulu relire ce billet.


Auteur : Marie Plessz

Sociologue, j'étudie les pratiques alimentaires, les parcours de vie et les inégalités sociales. Sociologist, I study food practices, the lifecourse and social inequalities.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.