Quelques mots sur le travail de recherche de… Camille BOUBAL

Camille Boubal est chercheuse postdoctorale au Dysolab (Université de Rouen) et chercheuse associée au Centre de Sociologie des Organisations. Suite à sa présentation au séminaire Sciences sociales et alimentation, elle répond à nos questions pour présenter par écrit son travail.

Pourriez-vous nous résumer votre objet d’étude, et nous raconter l’origine de votre intérêt pour cette question ?

Préparée au Centre de Sociologie des Organisations sous la direction d’Olivier Borraz, ma thèse de sociologie porte sur la genèse et le développement d’une politique de santé publique en matière de nutrition en France. À travers l’étude de la conception d’instruments de prévention (campagnes de communication, guides et labels), de la régulation du marketing alimentaire et de la formation d’une expertise en nutrition, j’analyse les transformations de l’action de l’État et du gouvernement des conduites en matière d’alimentation. Mes recherches postdoctorales documentent plus spécifiquement les relations entre acteurs publics et acteurs du secteur agroalimentaire autour de la redéfinition des messages nutritionnels, quinze ans après les célèbres « 5 fruits et légumes par jour ».

Continuer la lecture de « Quelques mots sur le travail de recherche de… Camille BOUBAL »

Quelques mots sur la thèse… d’Alexandra HONDERMARCK

Alexandra Hondermarck mène une thèse dont le sujet est : « Une “nébuleuse végétarienne”. Sociologie historique des pratiques de consommation végétariennes (1880 – 1940) ». Elle a répondu à quelques questions pour nous présenter par écrit son travail, après une intervention dans le séminaire Sciences sociales et alimentation.

Pourrais-tu résumer ton sujet d’étude et ses enjeux ? Raconte-nous également comment ce sujet est entré dans ta vie, l’origine de ton intérêt pour cette question.

Mon intérêt pour la question du végétarisme date d’il y a quelques années, lorsque, sensibilisée à la cause animale, j’ai voulu adopter ce régime alimentaire. Pourtant habituée à expérimenter toutes sortes de régimes alimentaires restrictifs, notamment du fait d’allergies, j’ai eu de grandes difficultés à mettre le végétarisme en pratique. La mise en œuvre du régime végétarien suppose en effet des réajustements des habitudes alimentaires au sein du foyer, des modifications d’approvisionnement alimentaire, de nouvelles pratiques culinaires, etc. C’est à ce moment-là que je me suis interrogée sur l’articulation entre convictions, engagement dans la cause végétarienne et pratique du végétarisme. J’allais alors entamer un master de sociologie et cela m’a paru passionnant à étudier.

Continuer la lecture de « Quelques mots sur la thèse… d’Alexandra HONDERMARCK »

Quelques mots sur la thèse… d’Erwin FLAUREAU

Erwin Flaureau mène une thèse intitulée “Éprouver l’attachement. La carrière morale des bénévoles maraudeurs parisiens”. Après une présentation au séminaire Sciences sociales et alimentation, il a bien voulu répondre à quelques questions pour présenter par écrit son travail.

Pourrais-tu nous résumer ton objet d’étude et ses enjeux ? Raconte-nous également l’origine de ton intérêt pour cette question.

Dans le cadre de mon doctorat en sociologie je m’intéresse aux différentes manières dont les bénévoles conçoivent l’aide qu’ils apportent aux sans-abri lors des maraudes. Si l’ensemble des maraudeuses et maraudeurs rencontrés au cours de l’enquête partagent un intérêt pour mener une action altruiste et valorisent la sollicitude (Tronto, 1993) auprès des personnes à la rue, ils produisent en même temps un lien qui souvent se caractérise par un déni de reconnaissance ou un défaut de protection. Dans la rencontre, les sans-abri reprochent en effet aux bénévoles de ne pouvoir réellement compter pour ou compter sur celles et ceux qui viennent leur rendre visite sur leur lieu de vie. Ainsi, il s’agit de comprendre comment se fait-il qu’alors que les bénévoles agissent de manière solidaire auprès des sans-abri, ils et elles produisent en même temps des liens qui oppressent ou qui fragilisent (Paugam, 2017) ?

Continuer la lecture de « Quelques mots sur la thèse… d’Erwin FLAUREAU »

Bridg’it! 2019 : 4th International workshop in Sociology of food took place in Lisbon – 20-22 May

In May (20-22) “Bridg’it 2019”, the fourth international workshop of “Sociology of food” took place in Lisbon, four years after the first meeting in Copenhagen.

Founded in 2015 (see the abstract of the first meeting), this meeting aimed at building “more projects, more collaborations, more colleagues !”. And it worked : it grew bigger, gathering now Danish, French, Brittish and Portuguese researchers of several networks (food sociologists from the FRIED group in Edinburgh, the Department of Food and Ressource Economics (IFRO) in Copenhagen, and the Institute for Social Sciences in Lisboa, and SOLAL).

Continuer la lecture de « Bridg’it! 2019 : 4th International workshop in Sociology of food took place in Lisbon – 20-22 May »

L’amour peut-il faire aimer les choux de Bruxelles ?

Je présente le sujet de ma thèse commencée en septembre 2016 au sein de Solal sous la direction de Séverine Gojard (Inra Solal).

I started my doctoral research in september 2016, under the supervision of Séverine Gojard (Inra Solal). Entitled « Living together in the Kitchen : the social Determinants of cooking and eating Negociations among newly cohabitants Couples», this research explores how founding a couple transforms food habits.

Continuer la lecture de « L’amour peut-il faire aimer les choux de Bruxelles ? »