De nombreuses soutenances parmi les membres de Solal en 2019 et 2020

 

Cinq thèses et une habilitation à diriger des recherches ont été soutenues sur l’année universitaire 2019-2020  et viennent enrichir le spectre des travaux menés au sein de Solal 

Continuer la lecture de « De nombreuses soutenances parmi les membres de Solal en 2019 et 2020 »

Soutenance de Flore Guiot

Flore Guiot, qui était notre pensionnaire pendant trois mois en début 2019, a obtenu son titre de docteur en histoire à l’Université catholique de Louvain avec une thèse intitulée “Action publique et sécurité alimentaire en Belgique (1830-1900)”. Le matin du 22 décembre 2020, elle a d’abord brillamment défendu sa thèse Action publique et sécurité alimentaire en Belgique (1830-1900) devant le jury (la défense privée selon les règles belges), puis elle l’a soutenue avec brio devant le grand public l’après-midi (la soutenance publique). Le jury a tenu à présenter ses félicitations à Flore Guiot pour un travail neuf, solide et bien mené.

Continuer la lecture de « Soutenance de Flore Guiot »

Soutenance de thèse de Coline Ferrant: save the date!

Coline Ferrant soutiendra le 17 décembre 2020 sa thèse intitulée «L’alimentation dans la vie quotidienne d’habitants de Paris et de Chicago” et menée en co-tutelle entre Sc.Po Paris et Northwestern University, sous la direction de Marco Oberti (Sc. Po) et Gary Fine (Northwestern University).

Coline Ferrant will defend on December 17, 2020 her PhD Dissertation, conducted in co-supervision between Sc.Po Paris and Northwestern University. The thesis is entitled  “Food in the Lives of Paris and Chicago Residents”, under the supervision of Marco Oberti (Sc.Po) and Gary Fine (Northwestern University).

Continuer la lecture de « Soutenance de thèse de Coline Ferrant: save the date! »

Covid-19 et food studies: Ressources bibliographiques et appels à contributions

La crise sanitaire que  nous traversons actuellement et le confinement auquel nous sommes contraint.e.s conduisent certaines bibliothèques et certains éditeurs à ouvrir largement, de façon temporaire, leurs collections.

Signalons en particulier la revue Gastronomica, qui met sa collection en accès libre jusqu’à fin juin, l’éditeur Bloomsbury sa collection “Food Library“, ou Quaé  une série de ebooks.

Par ailleurs, la communauté scientifique lance des initiatives pour comprendre les effets du covid-19 sur l’alimentation:

La revue Gastronomica lance un appel à contributions “Food in the time of Covid-19”.

Les chercheurs  Gilles Maréchal et Catherine Darrot ont lancé  une enquête collaborative pour comprendre les impacts du Coronavirus sur les systèmes alimentaires et la résilience des acteurs: le lien ici.

Des chercheurs de l’université d’Anvers ont lancé une enquête en ligne  sur l’impact de COVID-19 sur les comportements culinaires,  comportements alimentaires et comportements médiatiques: le lien ici.

N’hésitez pas à nous faire part d’autres ressources ou initiatives que nous pourrons relayer sur cette page, et surtout, prenez bien soin de vous.

 

Les repas de grève : un répertoire de mobilisation éprouvé de longue date

Grève des papeteries bizontines. Soupe communiste. Repas en plain air, Besançon, 1907.

Soupe communiste, repas de grève, repas de soutien : autant de formulations plus ou moins anciennes utilisées pour évoquer des temps de partage de nourriture lors de mobilisations sociales.

Les appels réguliers aux repas de soutien aux grévistes dans le cadre de la mobilisation sociale actuelle font écho à un répertoire protestataire employé de longue date, qui s’est amplifié à la fin du xixe siècle. L’autorisation des grèves (1864) puis des syndicats (1884) s’accompagne d’un élargissement des pratiques de grève, en même temps que l’allongement de leur durée. Ce phénomène entraîne de nouveaux répertoires d’action protestataire, dont participe l’organisation de repas collectifs. C’est ce que rappelle fort clairement François Jarrige dans un chapitre sur « L’invention des “soupes communistes” en France (1880-1914) », publié dans un ouvrage consacré aux pratiques d’alimentation au travail. D’autres contributions sont consacrées à la signification et à l’organisation pratique des repas de grève de la fin du xixe à 1968. Ces textes, et d’autres plus anciens auxquels ils se réfèrent, rappellent à quel point les « soupes » ou repas de grève poursuivaient au moins deux objectifs: il s’agissait autant de nourrir les protestataires les plus fragiles au plan économique et leurs familles que de créer des solidarités et entretenir ainsi la dynamique de mobilisation.  On ne peut que constater l’actualité de ce phénomène, comme le montre le repas dont témoigne Marie Plessz sur ce même blog.

Pour comprendre l’histoire, le fonctionnement mais aussi les conflits attachés aux repas de grève, voici quelques références récentes indicatives :

Baillargeon Camille, « La soupe populaire a-t-elle un arrière-goût amer ? (2) Soupes communistes, soupes de grève », Institut d’histoire ouvrière, économique et sociale, 19 décembre 2009, Analyse n°60.

Bianchi Serge, « Les “soupes communistes ” dans les grèves de la Belle Époque (1900-1914) » dans Christiane Demeulenaere-Douyère (ed.), Tous à table ! Repas et convivialité (édition électronique), s.l., Éditions du CTHS, 2015, p.27-43,

Bouchet Thomas, Gacon Stéphane, Jarrige François, Nérard François-Xavier et Vigna Xavier (eds.), La gamelle et l’outil : manger au travail en France et en Europe de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Nancy, Arbre bleu éditions, 2016,  367 p.

Jarrige François, « L’invention des “soupes communistes ” en France (1880-1914) » dans Thomas Bouchet, Stéphane Gacon, François Jarrige, François-Xavier Nérard et Xavier Vigna (eds.), La gamelle et l’outil : manger au travail en France et en Europe de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Nancy, Arbre bleu éditions, 2016, p. 161‑178.

Poggioli Morgan, « Manger (et boire) dans les usines occupées du printemps 1936 » dans Thomas Bouchet, Stéphane Gacon, François Jarrige, François-Xavier Nérard et Xavier Vigna (eds.), La gamelle et l’outil : manger au travail en France et en Europe de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Nancy, Arbre bleu éditions, 2016,  p. 193‑206.

Porhel Vincent, « Les usages politiques du repas de grève dans les années 1968 : l’exemple de la Bretagne » dans Thomas Bouchet, Stéphane Gacon, François Jarrige, François-Xavier Nérard et Xavier Vigna (eds.), La gamelle et l’outil: manger au travail en France et en Europe de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Nancy, Arbre bleu éditions, 2016,  p. 281‑292.

Sirot Stéphane, « La pauvreté comme une parenthèse : survivre en grève du XIXe siècle à la Seconde Guerre mondiale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique,  avril 2007, no 101, p. 51‑64.

Paru! “Meal times and synchronization: A cross-metropolitan comparison between Santiago (Chile) and Paris (France)”

Cet article est la première publication d’un projet comparatif entre la France et le Chili sur les rythmes et la synchronisation des repas, financé par le programme ECOS-Chili:  http://www.univ-paris13.fr/cofecub-ecos/ecos-sud.  Il est issu de la collaboration entre plusieurs équipes françaises et chiliennes. Il s’appuie sur les données de la cohorte SIRS (Santé, Inégalités et Ruptures Sociales) pour la France  et de la Encuesta de Comensalidad en Adultos de la Región Metropolitana pour le Chili.

https://doi.org/10.1016/j.soscij.2019.02.007

Cet article étudie la dimension temporelle des repas. Plus précisément, il compare les horaires de repas et leurs déterminants sociaux dans deux métropoles, Santiago (Chili) et Paris (France). Le matériel empirique est tiré de deux sources de données comparables: Encuesta de Comensalidad en Adultos de la Región Metropolitana (Santiago, Chili) et Santé, Inégalités et Ruptures Sociales (Paris, France). La recherche met en évidence les similitudes et les disparités entre Santiago et Paris en ce qui concerne les horaires et la synchronisation des repas. Les deux métropoles partagent un schéma similaire marqué par trois pics majeurs répartis au cours de la journée, qui correspondent au petit-déjeuner, au déjeuner et au dîner. Que ce soit à Santiago ou à Paris, le déjeuner est plus synchronisé que le dîner, pour des raisons liées aux rythmes professionnels et scolaires. Le dîner, cependant, démontre un important effort de coordination en faveur de la famille. Cette comparaison met également en évidence d’importantes disparités entre les deux métropoles en ce qui concerne les horaires des repas, l’amplitude de la synchronisation et les caractéristiques sociodémographiques qui expriment un rapport différent à la nourriture et aux normes alimentaires: négocié à Santiago et rigide à Paris. Ces différences ne concernent pas seulement les besoins nutritionnels (contenu, fréquence, rythme des repas, lieu et convivialité), mais aussi les finalités familiales et éducatives. Ils expriment des normes culturelles en matière d’alimentation et de consommation en fonction des organisations économiques et du niveau de développement.

This paper investigates the temporal dimension of meals. Specifically, it compares mealschedules and their social determinants in two metropolises, Santiago (Chile) and Paris(France). Our empirical material is drawn from two comparable data sources: Encuesta deComensalidad en Adultos de la Región Metropolitana (Santiago, Chile) and Santé, Inégalitéset Ruptures Sociales (Paris, France). Our research highlights cross-metropolitan similari-ties and disparities between Santiago and Paris regarding meal times and synchronization.Both metropolises share a similar and marked three-meal pattern. Three major peaks dis-tributed throughout the day correspond to breakfast, lunch, and dinner. Both in Santiago andParis, lunch is more synchronized than dinner, for reasons pertaining to professional andschool rhythms. Dinner, however, demonstrates an important coordination effort towardsthe synchronization of social time within the family. However, this comparison also high-lights important disparities between the two metropolises regarding meal schedules, theamplitude of synchronization, and sociodemographic patterns that express a differentrelationship to food and eating norms: negotiated in Santiago and rigid in Paris. These dif-ferences not only refer to nutritional requirements (content, frequency, pace of the meals,place and commensality) but also to familial and educational purposes. They express cul-tural norms regarding food and eating according to economic organizations and level ofdevelopment.

“Batailles de la faim”: Appel à contribution pour la revue Tracés

La faim, problématique ancestrale des sociétés humaines, demeure relativement peu étudiée par les sciences humaines et sociales. Partant de ce constat, la revue Tracés consacre son numéro 39 aux différentes formes de conflits, tensions et expériences de la faim sur un large spectre allant de l’intime aux arènes internationales. A la croisée des pratiques, des représentations, des savoirs et des institutions, la question de la faim fera l’objet d’une lecture politique étendue, le terme de batailles en restituant, à travers son prisme agonistique, son épaisseur et sa diversité. Si aujourd’hui les enjeux géopolitiques semblent dominer le traitement scientifique de la question, elle est saillante à d’autres échelles et concernent potentiellement toutes les disciplines. Des controverses terminologiques aux combats pour la survie en passant par les usages contestataires de la faim, ces batailles sont complexes et plurielles. C’est pourquoi l’appel à contributions, en embrassant la plus grande diversité possible d’objets, s’organise autour de trois perspectives : batailles de la faim, par la faim et pour la faim.

La date limite des déclarations d’intention est fixée au 1er septembre 2019, les articles étant à envoyer au plus tard le 10 novembre 2019 pour une publication courant 2020. Tous les détails de l’appel sont à retrouver ici

U.K. NORTHERN IRELAND. Belfast. 1981. Riots following Bobby SANDS’ death after a 66 day hunger strike. (Photo Peter Marlow, MAGNUM)

Chili, France and GB : comparative perspective into eating times and meal contexts

Work meeting open to anyone who wishes to foster our questionings

Monday, 2 July 2018, 14:00-17:00

Campus Jourdan, 48 Bd Jourdan Paris 14e, Batiment Oykos, salle R2-04

This meeting aims at presenting three surveys dealing with meals which were carried out in three countries. A comparative analysis has been started between the Chilean and the French surveys and we are now considering bringing the British survey into the comparison. The first part of the afternoon will be devoted to the presentation of the three surveys (methodology and food and eating related questionnaires) in order to resolve questions and difficulties that might arise from the comparative perspective. In the second part of the afternoon, we will briefly present some of the results of the surveys that could be the subject of a comparison between the three countries.

This meeting is intended as a moment of exchange and reflection, open to anyone interested in meal issues, comparative perspectives or methodological approaches, to foster and strengthen our approach and questioning.

14:00-15:00 : Methodologies and food questionnaires

Alan Warde(University of Manchester): The SCI food and eating questionnaire (2012)

Claudia Giacoman ((Pontificia Universidad Catolica De Chile): Encuesta de Comensalidad en Adultos de la Región Metropolitana (2016)

Isabelle Parizot etAnne Lhuissier(Centre Maurice Halbwachs) : The SIRS Cohort (2010) and the food questionnaire

15:15-17:00 A few results

Alan Warde: An overview of the SCI survey findings

Claudia Giacoman: Commensality in Santiago and Paris

Anne Lhuissier: Meal schedules in Santiago and Paris

*******

Publications on the surveys available on request (anne.lhuissier[at]inra.fr)

Yates, Luke, et Alan Warde. « The Evolving Content of Meals in Great Britain: Results of a Survey in 2012 in Comparison with the 1950s ». Appetite 84, no 1 (janvier 2015): 299‑308.

Yates, L., & Warde, A. (s. d.). Eating together and eating alone: meal arrangements in British households. The British Journal of Sociology, 68(1), 97‑118.

Warde, Alan, et Luke Yates. « Understanding Eating Events: Snacks and Meal Patterns in Great Britain ». Food, Culture, and Society, 24 mars 2016.

Giacoman, Claudia. « The Dimensions and Role of Commensality: A Theoretical Model Drawn from the Significance of Communal Eating among Adults in Santiago, Chile ». Appetite 107 (1 décembre 2016): 460‑70.

Giacoman, Claudia. « Eating time in Santiago, Chile: A trade-off between norms and biological and social requirements ». Time and Society à paraître (s. d.).

Lhuissier, Anne, Christine Tichit, France Caillavet, Philippe Cardon, Ana Masullo, Judith Martin-Fernandez, Isabelle Parizot, et Pierre Chauvin. « Who Still Eats Three Meals a Day? Findings from a Quantitative Survey in the Paris Area ». Appetite 63 (avril 2013): 59‑69.

Riou, Julien, Thomas Lefèvre, Isabelle Parizot, Anne Lhuissier, et Pierre Chauvin. « Is There Still a French Eating Model? A Taxonomy of Eating Behaviors in Adults Living in the Paris Metropolitan Area in 2010 ». PLoS ONE 10, no 3 (3 mars 2015): 59‑69.

Martin-Fernandez J, Caillavet F, Lhuissier A, Chauvin P. Food insecurity, a determinant of obesity? – an analysis from a population-based survey in the Paris metropolitan area, 2010. Obes Facts 2014; 7: 120-129.

Martin-Fernandez J, Grillo F, Parizot I, Caillavet F, Chauvin P. Prevalence and socioeconomic and geographical inequalities of household food insecurity in the Paris region, France, 2010. BMC Public Health 2013; 13: 486.

Caillavet, France, Gayaneh Kyureghian, Rodolfo M. Nayga, Coline Ferrant, et Pierre Chauvin. « Does Healthy Food Access Matter in a French Urban Setting? » American Journal of Agricultural Economics 97, no 5 (1 octobre 2015): 1400‑1416.

 

Bridg’it 2: le programme du workshop international de sociologie de l’alimentation

Bridg’it 2 took place in Edinburgh in April 2018 with colleagus from Edinburgh, Manchester, Copenhagen and Paris. You can download the programme below.

Le workshop Bridg’it 2  – notre troisième workshop international sur la sociologie de l’alimentation – s’est tenu en Écosse, à l’université d’Edinburgh, du 12 au 14 avril 2018. Le programme était dense et passionnant, l’ambiance chaleureuse et enthousiaste!

Télécharger le programme en anglais (PDF) // Download the programme in English (PDF)