Alimentation en lutte

Repas collectif
Dans la maison des réfugiés, repas de soutien aux grévistes de la RATP du XIVe arrondissement de Paris

J’ai pris cette photo le 7 janvier 2020. Je participais à un déjeuner de soutien aux grévistes contre le projet de réforme des retraites.

On the 7th of January I joined a lunch in support to bus drivers who had been on strike since december 5th against the draft reform of the French pension system. More than 50 people, students, neighbours, yellow vests gathered in the Home for refugees bd Jourdan.

Les conducteurs de bus, tram, métro et RER de la région parisienne sont massivement en grève reconductible illimitée depuis le 5 décembre. Beaucoup de salariés espèrent que le blocage des transports qu’ils provoquent pèsera sur l’issue de ce conflit social majeur.

Aussi des gilets jaunes du XIVème arrondissement de Paris  et des étudiants en sciences sociales du campus Jourdan de l’ENS(où est situé le Centre Maurice Halbwachs) ont décidé d’organiser un déjeuner pour les soutenir.

Ce déjeuner a eu lieu dans la toute nouvelle Maison des réfugiés, ouverte cet été par la Ville de Paris et Emmaüs et qui se situe au 50 bd Jourdan – de l’autre côté de la rue pour les chercheurs et étudiants du Centre Maurice Halbwachs. Un lieu convivial et accueillant, où prendre un café, se poser avec un livre, faire sa lessive, ou se réunir.

Nous y avons trouvé des tables et des chaises pour cinquante personnes, des assiettes et des couverts pour tout le monde (des vrais, pas des jetables), une cuisine où réchauffer les plats et faire la vaisselle… Les Gilets jaunes avaient préparé un chili con carne, les étudiants de Jourdan un couscous végétarien (et au passage, hallal). Chacun est arrivé avec un peu d’entrée, de dessert ou de boissons. Tout était bien organisé: une table pour le sucré, une table pour le salé, une pour les boissons. il y avait même des pichets pour servir de l’eau à tout le monde – et du vin.

Les discours sont restés brefs. Nous avons mangé ensemble, en discutant avec des personnes que nous n’aurions pas croisées en d’autres circonstances. Et puis le temps de la lutte a repris le dessus, les grévistes RATP sont partis vite pour aller soutenir un collègue qui faisait face à une procédure disciplinaire.

Nous avons tous senti que ce moment de commensalité nous avait donné des forces, de l’élan, avait créé du lien entre nous.  Mais ce lien n’est pas né de nulle part: ce déjeuner a été possible parce que quelques gilets jaunes et étudiant.es de Jourdan ont passé du temps avec les agents RATP sur le piquet de grève du dépot de bus situé près de la Porte d’Orléans, dès 5 heures du matin. Il a été possible parce que des gens ont cuisiné d’énormes marmites, puis ont fait la vaisselle, rangé et nettoyé.

Et Martin Bruegel a immédiatement fait le parallèle avec ses archives…

photo d'une soupe communiste pour des grévistes ardoisiers
Une photo transmise par Martin Bruegel: Grève des ardoisiers de TRELAZE, soupe communiste, le réfectoire. 1913

Paru ! N° spécial “Normes sociales et socialisation alimentaires”

Un dossier de la Revue des politiques sociales et familiales, n° 129-130

Le dossier a été coordonné par Anne Unterreiner et Frédérique Chave. Il est paru en juillet 2019. Les articles sont accessibles en ligne.

Les membres de Solal ont contribué avec plusieurs articles: Continuer la lecture de « Paru ! N° spécial “Normes sociales et socialisation alimentaires” »

Le CNRS produit un guide pour la protection des données en SHS

Le CNRS – j’aimerais vous dire qui au CNRS mais il n’y a pas de nom d’auteur – a produit cet été un guide pour l’application du règlement européen sur la protection des données européennes (RGPD) en SHS.

Le RGPD est entré en vigueur en mai 2018. Comprendre ce qu’il implique pour la recherche en sciences sociales est un casse-tête! je vous donnais quelques pistes dans ce billet.

Le guide du CNRS fait 36 pages, il m’a paru clair et concret. Il rappelle les définitions et les principes de la loi et décrit ce que nous devons faire. En particulier sa dernière annexe liste les différents cas de figures (données anonymes, personnelles, personnelles et sensibles) et les précautions à prendre. Il est disponible ici: https://www.inshs.cnrs.fr/sites/institut_inshs/files/pdf/guide-rgpd_2.pdf.

Il sera bien utile à celles et ceux qui réalisent des enquêtes par entretiens et par questionnaires. Il est essentiel de s’interroger sur la façon dont on va traiter les données personnelles avant de commencer tout traitement, même lorsqu’on pense que les données recueillies seront “anonymes” – car la définition de données anonymes au sens de RGPD est assez exigeante.

En revanche, je déplore qu’il laisse entièrement sous silence la question des enquêtes ethnographiques, par immersion sur le terrain. Ce problème sera particulièrement délicat sur le terrain ou l’objet de recherche amène à collecter des données sensibles (santé, opinions politiques, appartenance religieuse… le genre de sujet qui passionne les sociologues!). Il ne faut pas se cacher derrière notre petit doigt: peu d’enquêtes ethnographiques peuvent être considérées comme anonymes sauf à enquêter dans un lieu public (pour rappel une enquête qui permet la réidentification des personnes, y compris par elles-mêmes, n’est pas anonyme).

Pour l’instant, de mon point de vue, il existe deux solutions :

– une interprétation de la loi à la faveur de l’ethnographe, selon laquelle un carnet de terrain (tenu selon un principe chronologique, recueillant des informations sans caractère systématique) n’est pas un “traitement de données”: est-ce qu’une telle interprétation est juridiquement défendable? il faudrait regarder des vrais carnets de terrain, papier et numériques, pour trancher;

– surtout si des données sensibles sont collectées, la demande de dérogation auprès de la CNIL, pour réaliser une enquête sans passer par le consentement des enquêtés, tout en garantissant la sécurité des données ainsi collectées et l’anonymat des publications qui en sont tirées. C’est plus long.

Avez-vous réalisé des enquêtes ethnographiques validées par le ou la délégué.e à la protection de données de votre institution? votre expérience m’intéresse !

J’en profite pour vous rappeler la CNIL a ouvert jusqu’au 30 septembre 2019 une consultation sur l’application du RGPD à la recherche ! Ethnographes, anthropologues, qualitativistes de tout poil, unissez-vous !

 

 

Le programme du séminaire Sciences sociales et alimentation est en ligne

The programme of our research seminar for year 2019-2020 is online

Sortez les agendas ! Le programme du séminaire Sciences sociales et alimentation pour l’année 2019-2020, est disponible ici. Cette page est actualisée en cours d’année.

Le séminaire est organisé par Thomas Depecker, Angèle Fouquet et Bérangère Véron. Il fait partie des séminaires EHESS, et à ce titre peut être validé comme séminaire libre par les étudiants de Master, ou suivi en auditeur libre par tout étudiant inscrit à l’EHESS ou à l’ENS. 

Cette année nous entendrons des travaux sur la France et sur ailleurs, sur la consommation et sur la production, sur les enjeux environnementaux, sanitaires, nutritionnels ou professionnels.

Bref un menu équilibré, diversifié et avec des ingrédients de qualité ! Première séance le 18 octobre.

 

 

Appel à contribution Foodwork: Racialised, Gendered and Classed Labours

Check the call for contribution to the conference Gender, Work and Organization (Kent, June 2020), with probable publication in the journal of the same name.

Lors de la prochaine conference Gender, Work and Organization, à l’université de Kent (24-26 June 2020) se tiendra une session thématique sur Foodwork: Racialised, Gendered and Classed Labours.

Cette session thématique accueillera environ cinq papiers, évalués par l’équipe éditoriale de la section thématique, Elaine Swan, University of Sussex, UK; Maud Perrier, University of Bristol, UK, et Janet Sayers, Massey University, New Zealand. Il donnera très probablement lieu à publication sous forme de numéro spécial de la revue Gender, Work and Organization.

L’appel à contribution est ouvert jusqu’au 2 septembre.

Bilan de l’année 2018

Les membres de Solal rattachés au Centre Maurice Halbwachs, mars 2019

A summary of Solal’s scientific activity over the year 2018, based on Anne Lhuissier’s report for Inra.

Le bilan de l’année 2018 pour Solal a été rédigé en janvier 2019 par Anne Lhuissier. Je trouve enfin le temps d’en relayer les principales informations: sélection de publications scientifiques, contrats de recherche lancés, événements scientifiques organisés.

Continuer la lecture de « Bilan de l’année 2018 »

Sociologie de l’alimentation: un nouveau manuel chez Armand Colin

Philippe Cardon, Thomas Depecker and Marie Plessz have just published a handbook in French, Sociologie de l’alimentation, in a prominent collection of masters-level handbooks in France. You can download the table of content below.

Couverture de l’ouvrage publié en 2019

Après le Repères publié par Faustine Régnier, Anne Lhuissier et Séverine Gojard en 2006, Solal peut s’enorgueillir d’un second ouvrage de référence, et de son sens du travail collectif. Trois membres de l’équipe, Philippe Cardon, Thomas Depecker et Marie Plessz (dans l’ordre alphabétique) ont écrit ensemble ce manuel publié dans la collection U: Sociologie des éditions Armand Colin.

Sur le site de l’éditeur vous trouverez la présentation de l’ouvrage ainsi qu’un extrait.

Vous pouvez également télécharger la table des matières ci-dessous:

Continuer la lecture de « Sociologie de l’alimentation: un nouveau manuel chez Armand Colin »

Monica Truninger (Université de Lisbonne) invitée à l’EHESS en mars 2019

Monica Truninger, from Lisbon University (Portugal) will be invited professor at EHESS (Paris) during the month of March 2019. Four presentations (in English) are scheduled, listed below.

Invitée par l’EHESS, Monica Truninger sera accueillie au Centre Maurice Halbwachs

L’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) propose un programme ambitieux d’invitation de chercheurs étrangers. Serge Paugam et Marie Plessz ont pu en faire bénéficier Monica Truninger, chercheuse à l’Université de Lisbonne, rencontrée lors des conférences du réseau RN5 – Consommation de l’ESA.

Un séminaire exceptionnel le 8 mars

Le Vendredi 8 mars de 14h à 17h au sein du séminaire Sciences sociales de l’alimentation, Monica présentera ses recherches sur la notion de fraîcheur des aliments, et la façon dont elle est mobilisée sur le marché du poisson au Portugal.

Lors de cette séance nous accueillerons également Stefan Wahlen (Université de Wageningen) qui nous parlera des signification morales et sociales du barbecue, en lien avec les définitions de la masculinités.

Les deux présentations seront en anglais, mais nos deux invités parlent aussi français!

L’ensemble des présentations de Monica Truninger à Paris

  • 7 Mars 2019:Chickens in kitchens: consumers’ food safety practices, Monique Poulot/Fabienne Wateau, LAVUE/CNRS, University Paris Nanterre.
  • 8 Mars 2019:Food freshness: the interface between production and consumption, Seminar Sciences sociales et alimentation, organized by Thomas Depecker et Bérangère Véron, CMH/EHESS, Campus Jourdan.
  • 18 mars 2019: Career strategies to cope with increasing competition and job precarity in science/academia (Stratégies pour affronter la précarité des carrières scientifiques). Rencontre avec les doctorants de la formation doctorale Sciences de la société de l’EHESS, Campus Jourdan.
  • 29 Mars 2019: Food poverty and coping strategies: the experience of Portuguese families with children, Seminar organized by Serge Paugam, EHESS, Campus Jourdan.

Monica Truninger aura son bureau au CMH, au 4° étage du bâtiment principal du campus Jourdan, du 4 au 31 mars. N’hésitez pas à venir la rencontrer!

Lancement du projet Cantinégalité, financé par le programme Emergences de la ville de Paris

logo ville de paris

Financé par la ville de Paris, le programme Émergence finance des projets pour 4 ans. Nous allons fédérer et stimuler des recherches sur les cantines scolaires et leur place dans les politiques de lutte contre les inégalités en France et dans le monde. Le projet est porté par Marie Plessz et Christine Tichit.

Gestion institutionnelle des inégalités, entre effets pervers et salvateurs de l’action publique : le cas de la restauration scolaire

Plus de 6 millions d’élèves mangent à la cantine en France. La restauration scolaire participe d’une politique d’encouragement à la scolarisation et de réduction des inégalités socioéconomiques entre les enfants, que l’on retrouve dans d’autres pays, y compris des pays « du Sud ». La France, pourtant, a développé une politique particulièrement ambitieuse, reposant sur des régulations nationales, les collectivités locales et de nombreux acteurs privés ou associatifs pour gérer les cantines, produire et faire manger des repas chauds. Les modalités et l’accès à cette offre restent pourtant fort hétérogènes.

Il s’agira d’interroger la façon dont les orientations des politiques publiques, leurs déclinaisons locales et leur mise en œuvre effective sur le terrain, peuvent contribuer à réduire les inégalités sociales et territoriales, tout en risquant d’en engendrer d’autres. Quels sont les mécanismes de ces effets pervers ? Agissent-ils de la même manière dans différents contextes nationaux ?

Le projet fédérera les recherches récentes ou en cours de jeunes chercheurs et doctorants provenant de diverses disciplines (sociologie, démographie, économie, sciences de l’éducation). En croisant leurs entrées (enfants, personnel de cantine, collectivités locales, entreprises de la restauration scolaires), et leur méthodes ils contribueront à identifier les moments où une politique publique qui vise l’égalité, se trouve avoir, sur le terrain, des effets opposés, indésirables – et aussi les moments où ces objectifs sont atteints, que ce soit du côté des enfants ou des acteurs qui produisent l’offre alimentaire.