Séminaire – Compte-rendu de la séance du 18 octobre 2019, par Sabine Megarbane

Estelle Fourat, « Les figures de l’adaptation alimentaire : formes d’autonomie sous contrainte alimentaire »

Estelle Fourat est post-doctorante en Sociologie à l’IRIS. Son travail, fruit d’un partenariat avec la Croix-Rouge française dans le cadre d’une recherche action, porte sur les représentations et l’usage de l’aide alimentaire chez les personnes migrantes primo-arrivantes en France. Cette recherche étudie les trajectoires alimentaires de primo-arrivants en France et rend compte, grâce à une méthode compréhensive fondée sur des entretiens mensuels auprès de quatre enquêté.e.s, et un travail d’ethnographie des usages de l’aide alimentaire par les enquêté.e.s ainsi que par les personnes migrantes présentes lors de distributions de repas à Paris.

Ce travail de recherche part du constat que les distributions alimentaires faites aux personnes migrantes génèrent de nombreux restes. La présence de ceux-ci contredit l’image simpliste d’individus affamés et met en avant une réalité plus complexe où, même en situation de précarité alimentaire, les individus expriment des préférences alimentaires. Manger n’est en effet pas seulement un besoin physiologique : les pratiques culinaires et gastronomiques sont également des marqueurs sociaux et culturels qui participent à la construction des liens sociaux et à l’apprentissage de normes.

Les entretiens réalisés ont permis à Estelle Fourat de distinguer quatre formes et modes d’adaptation à l’aide alimentaire se plaçant sur un spectre allant de la dépendance totale à l’autonomie totale par rapport à celle-ci. Les variables agissant quant au niveau de dépendance des individus par rapport à l’aide alimentaire sont liées, pour Estelle Fourat, au statut administratif de la personne – selon qu’ elle est présente en situation régulière ou irrégulière sur le territoire -, la densité du réseau social – les proches, parents, mais également médecins, bénévoles, assistant.e social.e –, le niveau d’insertion dans le travail non salarié et le type d’hébergement – et par extension les équipements dont disposent ou non les individus pour cuisiner. Les quatre « figures » ne représentent pas des idéaux-types mais rendent plutôt compte des effets provoqués par les variables précédemment évoquées dans la capacité d’adaptation alimentaire des individus en situation de migration.

Enfin, les conclusions d’Estelle Fourat dans le cadre de ce partenariat en recherche-action l’amènent à plaider pour une aide alimentaire moins diversifiée mais plus riche en produits de base, ainsi que pour la distribution de condiments permettant de retrouver les saveurs culinaires des pays quittés ; en outre, il serait souhaitable de permettre aux individus d’avoir une plus grande liberté et autonomie dans leurs choix alimentaires en leur donnant par exemple directement accès à des lieux d’achat de denrées alimentaires.

Compte-rendu réalisé par Sabine MEGABARNE, octobre 2019

Lancement du projet CATH-CONSO

Des membres de SOLAL s’associent au Centre de Sociologie des Organisation (Sciences Po / CNRS) pour la réalisation du projet CATH-CONSO. Il est financé suite au à l’appel “Mutations alimentaires 2019” lancé conjointement par l’INRA et le CNRS.

Vous trouverez le résumé ci-dessous !

CATH-CONSO vise à explorer les liens méconnus entre diverses pratiques d’enquêtes alimentaires et de consommation des années 1940 aux années 1970. Il fait l’hypothèse qu’un des maillons qui sous-tend ces pratiques est constitué par les milieux catholiques qui développent eux-mêmes des enquêtes de consommation. Étudier la circulation des idées, des pratiques et des personnes permettra de mettre au jour un point obscur des travaux menés sur les enquêtes de consommation : à savoir l’influence des milieux catholiques et des projets sous-jacents en matière de connaissance et de réforme des conduites de vie. Cela nous permettra d’étudier une période clé pour la mise en forme des outils d’étude des comportements, des représentations et des attitudes, et de savoir comment, face à un marché alimentaire en évolution dans la période des Trente Glorieuses (nouveaux produits et modes d’approvisionnement), les enquêtes sur des comportements alimentaires en mutation se sont elles-mêmes transformées et adaptées.


Workshop “Intérêts agro-industriels et santé publique” jeudi 17 mai

Workshop organisé dans le cadre du projet ANR Medici par Boris Hauray (Iris) et Henri Boullier (Cermes3)

  • La Saga du logo nutritionnel Nutri-Score : lobbying et santé publique, Serge Hercberg (Professeur de nutrition à la faculté de médecine de Paris 13 / Directeur Equipe de Recherche en Epidémiologie Nutritionnelle INSERM/INRA/CNAM/UP13)
  • Raconter le conflit d’intérêts au grand public, Stéphane Horel (Journaliste au Monde)
  • Contre les « consuméristes ». La Fondation française pour la nutrition dans les années 1970, Thomas Depecker (Sociologue INRA/Centre Maurice Halbwachs) et Marc-Olivier Déplaude (Sociologue INRA/IRISSO).
  • Industrie agroalimentaire et santé publique: sur les traces de l’industrie du tabac ? Mélissa Mialon (Consultante pour l’Organisation panaméricaine de la santé/OMS Bureau régional des Amériques)

Le 17 mai 2018, de 9h à 13h, Salle AS1_09 (salle de l’EPHE), 1er sous-sol, 54 bd Raspail, 75006 Paris

Colloque “Les mondes de la philanthropie” : session sur l’industrie et le commerce agroalimentaire

Le colloque “Les mondes de la philanthropie” aura lieu le jeudi 15 et vendredi 16 décembre 2016 au site Pouchet du CNRS. La session Entrepreneurs en philanthropie et entrepreneurs économiques, le vendredi 16 décembre à 15h15, portera sur l’industrie et le commerce agroalimentaire Continuer la lecture de « Colloque “Les mondes de la philanthropie” : session sur l’industrie et le commerce agroalimentaire »