Le tri des restes dans les réfrigérateurs

En collaboration avec des collègues d’AgroParisTech, nous avons conduit en 2016 une enquête sur la façon dont se fait le tri des restes dans les réfrigérateurs. Afin d’homogénéiser les situations, nous avons invité nos enquêtés dans la cuisine expérimentale d’AgroParistech à Massy, en leur proposant un scénario : “Vous arrivez en vacances en famille, avec votre conjoint(e) et vos deux enfants. Des amis très proches, ou votre famille, vous ont prêté leur appartement pour une semaine, et ont laissés des aliments dans le réfrigérateur. Tout a été acheté ou préparé dans les 3 derniers jours. Vous devez faire le tri dans les aliments déjà présents, entre ce que vous allez manger et ce que vous allez jeter.”

Le réfrigérateur utilisé pour l’expérience

50 enquêtés se sont ainsi livré au tri des restes; ils vivaient tous en région parisienne, en couple avec au moins deux enfants. La moitié d’entre eux ont été recontactés deux semaines plus tard pour  un entretien approfondi, les invitant à comparer la situation expérimentale avec leurs pratiques domestiques. Des descriptions précises de leurs façon de faire le tri dans leurs restes alimentaires ont ainsi été collectées et analysées au regard de leurs conditions de vie.

Cette enquête a bénéficié d’un financement du Lidex-Alias, IDEX Paris-Saclay (ANR-11-IDEX-0003-02).

Ont participé : David Blumenthal, Julien Delarue, Séverine Gojard, Marine Masson, Leslie Richard, Bérangère Véron.

Enquête Coralim

CORALIM Enquête participative sur la socialisation alimentaire et corporelle

Pilotée par l’Institut national de la recherche agronomique et environnementale (INRAE) en partenariat avec le CNRS et des établissements scolaires  d’éducation prioritaire, l’étude CORALIM est soutenue par un ensemble d’institutions publiques et éducatives (Ville de Paris, Établissements scolaires, Maison du Geste et de l’Image (MGI), Institut National pour la Jeunesse et l’Education Populaire (INJEP)).

Continuer la lecture de « Enquête Coralim »

Projet Euréca

EuRéCa (Evolution des gimes Carnés) est un projet de recherche pluridisciplinaire porté de façon collective par le groupe de travail AgroParisTech « Comportement Alimentaire ».

Axé sur les leviers permettant le passage d’un régime carné à un régime plus durable variant les sources de protéines animales et végétales, il bénéficie d’un soutien financier d’AgroParisTech pour 2019 et 2020, en réponse à un appel à projets visant à soutenir l’activité scientifique de l’établissement.

Continuer la lecture de « Projet Euréca »

Lancement du projet CATH-CONSO

Des membres de SOLAL s’associent au Centre de Sociologie des Organisation (Sciences Po / CNRS) pour la réalisation du projet CATH-CONSO. Il est financé suite au à l’appel “Mutations alimentaires 2019” lancé conjointement par l’INRA et le CNRS.

Vous trouverez le résumé ci-dessous !

CATH-CONSO vise à explorer les liens méconnus entre diverses pratiques d’enquêtes alimentaires et de consommation des années 1940 aux années 1970. Il fait l’hypothèse qu’un des maillons qui sous-tend ces pratiques est constitué par les milieux catholiques qui développent eux-mêmes des enquêtes de consommation. Étudier la circulation des idées, des pratiques et des personnes permettra de mettre au jour un point obscur des travaux menés sur les enquêtes de consommation : à savoir l’influence des milieux catholiques et des projets sous-jacents en matière de connaissance et de réforme des conduites de vie. Cela nous permettra d’étudier une période clé pour la mise en forme des outils d’étude des comportements, des représentations et des attitudes, et de savoir comment, face à un marché alimentaire en évolution dans la période des Trente Glorieuses (nouveaux produits et modes d’approvisionnement), les enquêtes sur des comportements alimentaires en mutation se sont elles-mêmes transformées et adaptées.


Lancement du projet Cantinégalité, financé par le programme Emergences de la ville de Paris

logo ville de paris

Financé par la ville de Paris, le programme Émergence finance des projets pour 4 ans. Nous allons fédérer et stimuler des recherches sur les cantines scolaires et leur place dans les politiques de lutte contre les inégalités en France et dans le monde. Le projet est porté par Marie Plessz et Christine Tichit.

Gestion institutionnelle des inégalités, entre effets pervers et salvateurs de l’action publique : le cas de la restauration scolaire

Plus de 6 millions d’élèves mangent à la cantine en France. La restauration scolaire participe d’une politique d’encouragement à la scolarisation et de réduction des inégalités socioéconomiques entre les enfants, que l’on retrouve dans d’autres pays, y compris des pays « du Sud ». La France, pourtant, a développé une politique particulièrement ambitieuse, reposant sur des régulations nationales, les collectivités locales et de nombreux acteurs privés ou associatifs pour gérer les cantines, produire et faire manger des repas chauds. Les modalités et l’accès à cette offre restent pourtant fort hétérogènes.

Il s’agira d’interroger la façon dont les orientations des politiques publiques, leurs déclinaisons locales et leur mise en œuvre effective sur le terrain, peuvent contribuer à réduire les inégalités sociales et territoriales, tout en risquant d’en engendrer d’autres. Quels sont les mécanismes de ces effets pervers ? Agissent-ils de la même manière dans différents contextes nationaux ?

Le projet fédérera les recherches récentes ou en cours de jeunes chercheurs et doctorants provenant de diverses disciplines (sociologie, démographie, économie, sciences de l’éducation). En croisant leurs entrées (enfants, personnel de cantine, collectivités locales, entreprises de la restauration scolaires), et leur méthodes ils contribueront à identifier les moments où une politique publique qui vise l’égalité, se trouve avoir, sur le terrain, des effets opposés, indésirables – et aussi les moments où ces objectifs sont atteints, que ce soit du côté des enfants ou des acteurs qui produisent l’offre alimentaire.

Le projet CALICO (Chômage alimentation et habitudes de vie dans la cohorte Constances) financé par l’IRESP

En France, 10 000 à 14 000 décès par an seraient imputables au chômage. Le Conseil d’analyse économique, social et environnemental à récemment qualifié le chômage de “problème de santé publique majeur”.

Le projet CALICO a reçu en 2018 un financement de l’IReSP pour une durée de 3 ans.

Étudier le lien entre perte d’emploi et changements d’habitudes de vie

Continuer la lecture de « Le projet CALICO (Chômage alimentation et habitudes de vie dans la cohorte Constances) financé par l’IRESP »