Restaurants solidaires et soup kitchens : une place à part dans l’aide alimentaire contemporaine ?

Compte rendu par Anne Lhuissier de l’ouvrage de Irene Glasser, More Than Bread: Ethnography of a Soup Kitchen, Tuscaloosa, Alabama, University of Alabama Press, 1988.

La crise sanitaire liée au covid-19 a provoqué au printemps 2020 l’allongement des queues dans les distributions alimentaires. Les principales associations caritatives ont documenté cet afflux de demandes, autant pour le comprendre que pour partager leur inquiétude face à la plus grande visibilité de la précarité alimentaire (voir par exemple le rapport des Restaurants du Cœur, celui du Conseil national de lutte contre la pauvreté et l’exclusion , ou encore de l’Observatoire du Samusocial).

Dans ce contexte, relire l’ouvrage d’Irene Glasser publié en 1988 revêt d’autant plus d’intérêt qu’il porte sur un dispositif original dans le paysage de l’aide alimentaire contemporain : une soup kitchen, soit un service de repas chauds relevant d’une aide inconditionnelle. Ce type d’offre alimentaire se distingue ainsi des distributions de colis et autres repas à emporter qui forment le lot commun de l’aide alimentaire telle qu’elle s’est institutionnalisée en France à la même période, avec la création de la Banque alimentaire et l’utilisation des surplus européens (Retière et Le Crom, 2018, p.52-83). C’est précisément la spécificité des soup kitchen étatsuniennes de l’époque que l’auteur cherche à interroger à partir de l’étude approfondie de l’une d’entre elles, avec pour principal argument que ce type de structure se situe « à l’avant-garde de l’offre de services » parce qu’elle se présente « sous une forme non bureaucratique, « sans papier », sans tracas. En éliminant la paperasse, les graphiques, les dossiers, etc., il existe un lien direct entre les employés de la soupe populaire et les invités, et l’opération est rendue plus humaine » (Glasser, 1988, p.22).

Continuer la lecture de « Restaurants solidaires et soup kitchens : une place à part dans l’aide alimentaire contemporaine ? »

Vient de paraître : Parentalité en Migration

De l’économie domestique aux modèles parentaux face aux institutions, en passant par l’alimentation en migration, le contenu de ce numéro sera présenté au CMH le 5 février prochain. Save the date !

Le dernier numéro de la Revue des politiques sociales et familiales (RPSF, n°134) confronte avec beaucoup d’intérêt plusieurs regards sur la « Parentalité en migration », y compris du point de vue de l’alimentation familiale. Continuer la lecture de « Vient de paraître : Parentalité en Migration »

Paru! “Meal times and synchronization: A cross-metropolitan comparison between Santiago (Chile) and Paris (France)”

Cet article est la première publication d’un projet comparatif entre la France et le Chili sur les rythmes et la synchronisation des repas, financé par le programme ECOS-Chili:  http://www.univ-paris13.fr/cofecub-ecos/ecos-sud.  Il est issu de la collaboration entre plusieurs équipes françaises et chiliennes. Il s’appuie sur les données de la cohorte SIRS (Santé, Inégalités et Ruptures Sociales) pour la France  et de la Encuesta de Comensalidad en Adultos de la Región Metropolitana pour le Chili.

https://doi.org/10.1016/j.soscij.2019.02.007

Cet article étudie la dimension temporelle des repas. Plus précisément, il compare les horaires de repas et leurs déterminants sociaux dans deux métropoles, Santiago (Chili) et Paris (France). Le matériel empirique est tiré de deux sources de données comparables: Encuesta de Comensalidad en Adultos de la Región Metropolitana (Santiago, Chili) et Santé, Inégalités et Ruptures Sociales (Paris, France). La recherche met en évidence les similitudes et les disparités entre Santiago et Paris en ce qui concerne les horaires et la synchronisation des repas. Les deux métropoles partagent un schéma similaire marqué par trois pics majeurs répartis au cours de la journée, qui correspondent au petit-déjeuner, au déjeuner et au dîner. Que ce soit à Santiago ou à Paris, le déjeuner est plus synchronisé que le dîner, pour des raisons liées aux rythmes professionnels et scolaires. Le dîner, cependant, démontre un important effort de coordination en faveur de la famille. Cette comparaison met également en évidence d’importantes disparités entre les deux métropoles en ce qui concerne les horaires des repas, l’amplitude de la synchronisation et les caractéristiques sociodémographiques qui expriment un rapport différent à la nourriture et aux normes alimentaires: négocié à Santiago et rigide à Paris. Ces différences ne concernent pas seulement les besoins nutritionnels (contenu, fréquence, rythme des repas, lieu et convivialité), mais aussi les finalités familiales et éducatives. Ils expriment des normes culturelles en matière d’alimentation et de consommation en fonction des organisations économiques et du niveau de développement.

This paper investigates the temporal dimension of meals. Specifically, it compares mealschedules and their social determinants in two metropolises, Santiago (Chile) and Paris(France). Our empirical material is drawn from two comparable data sources: Encuesta deComensalidad en Adultos de la Región Metropolitana (Santiago, Chile) and Santé, Inégalitéset Ruptures Sociales (Paris, France). Our research highlights cross-metropolitan similari-ties and disparities between Santiago and Paris regarding meal times and synchronization.Both metropolises share a similar and marked three-meal pattern. Three major peaks dis-tributed throughout the day correspond to breakfast, lunch, and dinner. Both in Santiago andParis, lunch is more synchronized than dinner, for reasons pertaining to professional andschool rhythms. Dinner, however, demonstrates an important coordination effort towardsthe synchronization of social time within the family. However, this comparison also high-lights important disparities between the two metropolises regarding meal schedules, theamplitude of synchronization, and sociodemographic patterns that express a differentrelationship to food and eating norms: negotiated in Santiago and rigid in Paris. These dif-ferences not only refer to nutritional requirements (content, frequency, pace of the meals,place and commensality) but also to familial and educational purposes. They express cul-tural norms regarding food and eating according to economic organizations and level ofdevelopment.

Consumption, Food and Taste: Culinary Antinomies and Commodity Culture de Alan Warde. Une recension 20 ans après

Consumption, Food and Taste: Culinary Antinomies and Commodity Culture de Alan Warde (1997)

Coline Ferrant
Observatoire Sociologique du Changement – Sciences Po / CNRS, Northwestern University

Jusqu’au XXe siècle, l’alimentation dans les sociétés industrialisées se caractérise par sa part prépondérante dans le budget des ménages, en particulier pauvres[1], une codification sociale, politique et religieuse stricte (de Garine, 1990 ; Grieco et al., 2008) et une pénurie de l’offre disponible (Bruegel, 2009). Au rebours, la deuxième moitié du XXe siècle semble augurer une ère d’abondance, qui conduirait à l’individualisation des choix et au relâchement des déterminismes sociaux. Le sociologue britannique Alan Warde, dans Consumption, Food and Taste : Culinary Antinomies and Commodity Culture (1997), met ces théories à l’épreuve empirique au moyen d’une étude sur les transformations des pratiques alimentaires au Royaume-Uni de 1968 à 1990. Continuer la lecture de « Consumption, Food and Taste: Culinary Antinomies and Commodity Culture de Alan Warde. Une recension 20 ans après »

L’alimentation au travail depuis le milieu du XIXe siècle : Compte rendu du numéro spécial paru dans Le Mouvement social, 2014

Anne Lhuissier, compte rendu de : Le Mouvement social, « L’alimentation au travail depuis le milieu du XIXe siècle », Stéphane Gacon (dir), avril-juin 2014, n°247, 189p.

Anne Lhuissier reviews a special issue on Eating at work since the mid-19th century, published in 2014 in French journal Le Mouvement social. The issue was edited by historian Stéphane Gacon and deals  mostly (but not only) with staff canteens. Eating at the workplace reveals both power relations and sociability at work.

Pour une histoire de l’alimentation au travail

Continuer la lecture de « L’alimentation au travail depuis le milieu du XIXe siècle : Compte rendu du numéro spécial paru dans Le Mouvement social, 2014 »

L’alimentation dans l’œuvre d’Ibn Khaldun

Coline Ferrant, membre de Solal actuellement en thèse à Northwestern University, partage avec nous sa lecture de la Muqaddima d’Ibn Khaldun. Elle montre qu’aux yeux de ce savant du XIVe siècle, l’alimentation était au fondement de la société humaine.

Si vous utilisez ce texte, merci de citer sa référence:

Ferrant Coline, Food in Ibn Khaldun’s Muqaddimah, Solal Sociologie de l’alimentation [blog], https://solal.hypotheses.org/426.

Food in Ibn Khaldun’s Muqaddimah

Muqaddimah, written by late 14th century North African Arab thinker Ibn Khaldun, is an early attempt at universal history, an endeavor to “explain such various aspects of civilization that affect human beings in their social organization, as royal authority, gainful occupation, sciences, and crafts, (all) in the light of various arguments that will show the true nature of the varied knowledge of the elite and the common people, repel misgivings, and remove doubts”[i].

In this creative reflection, I examine the place of food in Muqaddimah. Through an integrated narrative based on selected extracts from the whole source, I demonstrate that for Ibn Khaldun, food actually undergirds humanity and society. Continuer la lecture de « L’alimentation dans l’œuvre d’Ibn Khaldun »

Publication: Routledge Handbook on consumption

The book‘s editors, Margit Keller, Bente Halkier, Terhi-Anna Wilska and Monica Truninger, are four members of the ESA Consumption network (RN5). Congratulations to them! And yes, Solal is in it ! Not as authors but as example. Ccheck Bente Halkier’s Chapter 4 on Methods.

Routledge vient de publier un volumineux Handbook on Consumption. L’ouvrage de 40 chapitres a été dirigé par Margit Keller, Bente Halkier, Terhi-Anna Wilska et Monica Truninger, quatre femmes, quatre piliers du réseau Consommation (RN5) de l’ESA. Bravo à elles!

Voici ce qu’en dit l’éditeur :

At once ambitious and timely, the volume provides an ideal map for those looking to position their work, find new analytic insights and identify research gaps. With an intuitive thematic structure and resolutely international outlook, it engages with theory and methodology; markets and businesses; policies, politics and the state; and culture and everyday life.

Et je ne peux pas m’empêcher de faire un peu de pub pour Solal: Bente Halkier (en haut à gauche sur la photo) m’a dit qu’elle citait comme exemple un article coécrit par des membres de Solal dans son chapitre 4 “Methods and Methods’ Debates within Consumption Research“…

Et puisque j’en suis à vous recommander de saines lectures sur la consommation, Alan Warde a aussi publié un livre au tout début de l’année 2017: Consumption, a sociological analysis paru chez Palgrave Macmillan. Lui non plus n’est pas donné… Certain.e.s arriveront peut-être à se le procurer en proposant à une revue d’en faire la recension?

Bonnes lectures !