Bridg’it! 2019 : 4th International workshop in Sociology of food took place in Lisbon – 20-22 May

In May (20-22) “Bridg’it 2019”, the fourth international workshop of “Sociology of food” took place in Lisbon, four years after the first meeting in Copenhagen.

Founded in 2015 (see the abstract of the first meeting), this meeting aimed at building “more projects, more collaborations, more colleagues !”. And it worked : it grew bigger, gathering now Danish, French, Brittish and Portuguese researchers of several networks (food sociologists from the FRIED group in Edinburgh, the Department of Food and Ressource Economics (IFRO) in Copenhagen, and the Institute for Social Sciences in Lisboa, and SOLAL).

Continuer la lecture de « Bridg’it! 2019 : 4th International workshop in Sociology of food took place in Lisbon – 20-22 May »

L’allaitement comme enjeu féministe. Appel à contributions pour la revue Nouvelles Questions Féministes.

Ce dossier thématique vise à faire dialoguer de manière diachronique et transdisciplinaire les travaux de chercheur·e·s qui ont investigué les pratiques d’allaitement dans leurs différentes facettes historique, sociologique, anthropologique, juridique, médicale, mais aussi, dans leur rapport aux institutions sociales et médicales.

Les articles de ce dossier viseront à explorer sous de nouveaux angles les modalités concrètes de l’allaitement et de ses usages avec un intérêt particulier pour les pratiques qui l’entourent : l’acte d’allaiter, bien sûr, et aussi les justifications de l’allaitement ou de son interruption négociées autant dans le couple qu’avec l’environnement familial et social ; les formes de la division sexuée du travail induites par l’allaitement ; ou encore les pratiques de sociabilité (internet, militantisme, amies, mères, soeurs et membres de la famille élargie) visant à soutenir ou non l’allaitement. Des contributions sur les aspects socio-économiques et législatifs de l’allaitement ainsi que les politiques en matière de santé publique sont aussi vivement souhaitées. Dans une perspective féministe, il s’agira d’examiner le rapport – d’adhésion comme de refus – des femmes à l’allaitement, non seulement le rapport direct, corporel, émotionnel, mais aussi en lien avec l’environnement dans lequel celui-ci se pose : entourages, corps médical, groupes de pression. Les contributions pourraient s’inscrire dans un des quatre axes suivants :

– Normativité de l’allaitement : normes médicales et injonctions bio-psycho-sociales
– Allaitement et emploi : cadre légal ; usages des dispositifs et des techniques
– L’allaitement, une composante de la bonne parentalité
– Professionnel·le·s de l’allaitement, groupes de pression et sociabilités autour de l’allaitement

Les propositions d’articles de deux pages sont attendues pour le 15 septembre 2019. La 1ère version des articles retenus devra être soumise à la rédaction de NQF d’ici le 1er avril 2020. Le dossier paraîtra dans le numéro 40/1 de la revue Nouvelles Questions Féministes à paraître en 2021 .

Continuer la lecture de « L’allaitement comme enjeu féministe. Appel à contributions pour la revue Nouvelles Questions Féministes. »

“Batailles de la faim”: Appel à contribution pour la revue Tracés

La faim, problématique ancestrale des sociétés humaines, demeure relativement peu étudiée par les sciences humaines et sociales. Partant de ce constat, la revue Tracés consacre son numéro 39 aux différentes formes de conflits, tensions et expériences de la faim sur un large spectre allant de l’intime aux arènes internationales. A la croisée des pratiques, des représentations, des savoirs et des institutions, la question de la faim fera l’objet d’une lecture politique étendue, le terme de batailles en restituant, à travers son prisme agonistique, son épaisseur et sa diversité. Si aujourd’hui les enjeux géopolitiques semblent dominer le traitement scientifique de la question, elle est saillante à d’autres échelles et concernent potentiellement toutes les disciplines. Des controverses terminologiques aux combats pour la survie en passant par les usages contestataires de la faim, ces batailles sont complexes et plurielles. C’est pourquoi l’appel à contributions, en embrassant la plus grande diversité possible d’objets, s’organise autour de trois perspectives : batailles de la faim, par la faim et pour la faim.

La date limite des déclarations d’intention est fixée au 1er septembre 2019, les articles étant à envoyer au plus tard le 10 novembre 2019 pour une publication courant 2020. Tous les détails de l’appel sont à retrouver ici

U.K. NORTHERN IRELAND. Belfast. 1981. Riots following Bobby SANDS’ death after a 66 day hunger strike. (Photo Peter Marlow, MAGNUM)

Bilan de l’année 2018

Les membres de Solal rattachés au Centre Maurice Halbwachs, mars 2019

A summary of Solal’s scientific activity over the year 2018, based on Anne Lhuissier’s report for Inra.

Le bilan de l’année 2018 pour Solal a été rédigé en janvier 2019 par Anne Lhuissier. Je trouve enfin le temps d’en relayer les principales informations: sélection de publications scientifiques, contrats de recherche lancés, événements scientifiques organisés.

Continuer la lecture de « Bilan de l’année 2018 »

Lancement du projet CATH-CONSO

Des membres de SOLAL s’associent au Centre de Sociologie des Organisation (Sciences Po / CNRS) pour la réalisation du projet CATH-CONSO. Il est financé suite au à l’appel “Mutations alimentaires 2019” lancé conjointement par l’INRA et le CNRS.

Vous trouverez le résumé ci-dessous !

CATH-CONSO vise à explorer les liens méconnus entre diverses pratiques d’enquêtes alimentaires et de consommation des années 1940 aux années 1970. Il fait l’hypothèse qu’un des maillons qui sous-tend ces pratiques est constitué par les milieux catholiques qui développent eux-mêmes des enquêtes de consommation. Étudier la circulation des idées, des pratiques et des personnes permettra de mettre au jour un point obscur des travaux menés sur les enquêtes de consommation : à savoir l’influence des milieux catholiques et des projets sous-jacents en matière de connaissance et de réforme des conduites de vie. Cela nous permettra d’étudier une période clé pour la mise en forme des outils d’étude des comportements, des représentations et des attitudes, et de savoir comment, face à un marché alimentaire en évolution dans la période des Trente Glorieuses (nouveaux produits et modes d’approvisionnement), les enquêtes sur des comportements alimentaires en mutation se sont elles-mêmes transformées et adaptées.


Sociologie de l’alimentation: un nouveau manuel chez Armand Colin

Philippe Cardon, Thomas Depecker and Marie Plessz have just published a handbook in French, Sociologie de l’alimentation, in a prominent collection of masters-level handbooks in France. You can download the table of content below.

Couverture de l’ouvrage publié en 2019

Après le Repères publié par Faustine Régnier, Anne Lhuissier et Séverine Gojard en 2006, Solal peut s’enorgueillir d’un second ouvrage de référence, et de son sens du travail collectif. Trois membres de l’équipe, Philippe Cardon, Thomas Depecker et Marie Plessz (dans l’ordre alphabétique) ont écrit ensemble ce manuel publié dans la collection U: Sociologie des éditions Armand Colin.

Sur le site de l’éditeur vous trouverez la présentation de l’ouvrage ainsi qu’un extrait.

Vous pouvez également télécharger la table des matières ci-dessous:

Continuer la lecture de « Sociologie de l’alimentation: un nouveau manuel chez Armand Colin »

Monica Truninger (Université de Lisbonne) invitée à l’EHESS en mars 2019

Monica Truninger, from Lisbon University (Portugal) will be invited professor at EHESS (Paris) during the month of March 2019. Four presentations (in English) are scheduled, listed below.

Invitée par l’EHESS, Monica Truninger sera accueillie au Centre Maurice Halbwachs

L’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) propose un programme ambitieux d’invitation de chercheurs étrangers. Serge Paugam et Marie Plessz ont pu en faire bénéficier Monica Truninger, chercheuse à l’Université de Lisbonne, rencontrée lors des conférences du réseau RN5 – Consommation de l’ESA.

Un séminaire exceptionnel le 8 mars

Le Vendredi 8 mars de 14h à 17h au sein du séminaire Sciences sociales de l’alimentation, Monica présentera ses recherches sur la notion de fraîcheur des aliments, et la façon dont elle est mobilisée sur le marché du poisson au Portugal.

Lors de cette séance nous accueillerons également Stefan Wahlen (Université de Wageningen) qui nous parlera des signification morales et sociales du barbecue, en lien avec les définitions de la masculinités.

Les deux présentations seront en anglais, mais nos deux invités parlent aussi français!

L’ensemble des présentations de Monica Truninger à Paris

  • 7 Mars 2019:Chickens in kitchens: consumers’ food safety practices, Monique Poulot/Fabienne Wateau, LAVUE/CNRS, University Paris Nanterre.
  • 8 Mars 2019:Food freshness: the interface between production and consumption, Seminar Sciences sociales et alimentation, organized by Thomas Depecker et Bérangère Véron, CMH/EHESS, Campus Jourdan.
  • 18 mars 2019: Career strategies to cope with increasing competition and job precarity in science/academia (Stratégies pour affronter la précarité des carrières scientifiques). Rencontre avec les doctorants de la formation doctorale Sciences de la société de l’EHESS, Campus Jourdan.
  • 29 Mars 2019: Food poverty and coping strategies: the experience of Portuguese families with children, Seminar organized by Serge Paugam, EHESS, Campus Jourdan.

Monica Truninger aura son bureau au CMH, au 4° étage du bâtiment principal du campus Jourdan, du 4 au 31 mars. N’hésitez pas à venir la rencontrer!

Workshop “Systèmes de restauration scolaire : gouvernance, acteurs et réception sociale de l’action publique.”

Ce premier Workshop CANTINEGALITE financé par la ville de Paris, a permis à tous les membres de l’équipe de faire connaissance, en accueillant les deux premières stagiaires du programme, Mathilde Ourane (M2 Université de Strasbourg) et Emilie Ouvrard (L3 Université d’Aix en Provence).

La matinée a été consacrée au bilan des travaux en cours ou déjà effectués dans l’équipe. La question de la gouvernance a été traitée d’une part quant aux enjeux politiques actuels de l’approvisionnement alimentaire des services publics de restauration en Ile de France, et d’autre part d’un point de vue historique, à propos de la place des repas scolaires dans les dispositifs de secours alimentaire pendant la 1ère Guerre mondiale, et des jardins scolaires dans l’autosuffisance alimentaire de l’école dans l’espace colonial français. Les acteurs de la restauration scolaire ont ensuite été au cœur des échanges sur les personnels de service de cantine et sur la fonction des diététicien.ne.s dans ce secteur. La réception sociale de la cantine a été abordée du point de vue des enfants, à partir des travaux d’une partie de l’équipe sur la cantine en élémentaire et au collège.

L’après-midi a été consacrée aux supports de recherche mobilisables dans le programme Cantinégalité, notamment les données nationales de l’enquête INCA3 de l’ANSES et de la Cohorte ELFE de l’INED, en articulation avec le dispositif CORALIM de l’INRA.  Nous avons également discuté des conditions d’exploitation de métadonnées en ligne sur les menus scolaires et de données administratives sur les professions de la restauration scolaire, avant de faire le point sur les différentes données ou terrains envisagés en Europe, à Madagascar, au Sénégal et en Inde pour le volet international du programme. Nous nous sommes ensuite répartis en sous-groupes thématiques pour ouvrir quelques-uns des premiers chantiers envisagés dans le programme, sur l’articulation des données quantitatives et qualitatives, sur la comparaison dans l’espace et le temps, sur l’analyse de la cantine par le « menu », d’autres chantiers restant à ouvrir sur la gouvernance et sur les métiers de la restauration scolaire. A l’issue de la journée, nous avons mis à jour le calendrier du programme pour les 4 ans à venir, et nous sommes organisés en différents groupes de travail.


Lancement du projet Cantinégalité, financé par le programme Emergences de la ville de Paris

logo ville de paris

Financé par la ville de Paris, le programme Émergence finance des projets pour 4 ans. Nous allons fédérer et stimuler des recherches sur les cantines scolaires et leur place dans les politiques de lutte contre les inégalités en France et dans le monde. Le projet est porté par Marie Plessz et Christine Tichit.

Gestion institutionnelle des inégalités, entre effets pervers et salvateurs de l’action publique : le cas de la restauration scolaire

Plus de 6 millions d’élèves mangent à la cantine en France. La restauration scolaire participe d’une politique d’encouragement à la scolarisation et de réduction des inégalités socioéconomiques entre les enfants, que l’on retrouve dans d’autres pays, y compris des pays « du Sud ». La France, pourtant, a développé une politique particulièrement ambitieuse, reposant sur des régulations nationales, les collectivités locales et de nombreux acteurs privés ou associatifs pour gérer les cantines, produire et faire manger des repas chauds. Les modalités et l’accès à cette offre restent pourtant fort hétérogènes.

Il s’agira d’interroger la façon dont les orientations des politiques publiques, leurs déclinaisons locales et leur mise en œuvre effective sur le terrain, peuvent contribuer à réduire les inégalités sociales et territoriales, tout en risquant d’en engendrer d’autres. Quels sont les mécanismes de ces effets pervers ? Agissent-ils de la même manière dans différents contextes nationaux ?

Le projet fédérera les recherches récentes ou en cours de jeunes chercheurs et doctorants provenant de diverses disciplines (sociologie, démographie, économie, sciences de l’éducation). En croisant leurs entrées (enfants, personnel de cantine, collectivités locales, entreprises de la restauration scolaires), et leur méthodes ils contribueront à identifier les moments où une politique publique qui vise l’égalité, se trouve avoir, sur le terrain, des effets opposés, indésirables – et aussi les moments où ces objectifs sont atteints, que ce soit du côté des enfants ou des acteurs qui produisent l’offre alimentaire.