Sociologie de l’alimentation: un nouveau manuel chez Armand Colin

Philippe Cardon, Thomas Depecker and Marie Plessz have just published a handbook in French, Sociologie de l’alimentation, in a prominent collection of masters-level handbooks in France. You can download the table of content below.

Couverture de l’ouvrage publié en 2019

Après le Repères publié par Faustine Régnier, Anne Lhuissier et Séverine Gojard en 2006, Solal peut s’enorgueillir d’un second ouvrage de référence, et de son sens du travail collectif. Trois membres de l’équipe, Philippe Cardon, Thomas Depecker et Marie Plessz (dans l’ordre alphabétique) ont écrit ensemble ce manuel publié dans la collection U: Sociologie des éditions Armand Colin.

Sur le site de l’éditeur vous trouverez la présentation de l’ouvrage ainsi qu’un extrait.

Vous pouvez également télécharger la table des matières ci-dessous:

Continuer la lecture de « Sociologie de l’alimentation: un nouveau manuel chez Armand Colin »

Lancement du projet Cantinégalité, financé par le programme Emergences de la ville de Paris

logo ville de paris

Financé par la ville de Paris, le programme Émergence finance des projets pour 4 ans. Nous allons fédérer et stimuler des recherches sur les cantines scolaires et leur place dans les politiques de lutte contre les inégalités en France et dans le monde. Le projet est porté par Marie Plessz et Christine Tichit.

Gestion institutionnelle des inégalités, entre effets pervers et salvateurs de l’action publique : le cas de la restauration scolaire

Plus de 6 millions d’élèves mangent à la cantine en France. La restauration scolaire participe d’une politique d’encouragement à la scolarisation et de réduction des inégalités socioéconomiques entre les enfants, que l’on retrouve dans d’autres pays, y compris des pays « du Sud ». La France, pourtant, a développé une politique particulièrement ambitieuse, reposant sur des régulations nationales, les collectivités locales et de nombreux acteurs privés ou associatifs pour gérer les cantines, produire et faire manger des repas chauds. Les modalités et l’accès à cette offre restent pourtant fort hétérogènes.

Il s’agira d’interroger la façon dont les orientations des politiques publiques, leurs déclinaisons locales et leur mise en œuvre effective sur le terrain, peuvent contribuer à réduire les inégalités sociales et territoriales, tout en risquant d’en engendrer d’autres. Quels sont les mécanismes de ces effets pervers ? Agissent-ils de la même manière dans différents contextes nationaux ?

Le projet fédérera les recherches récentes ou en cours de jeunes chercheurs et doctorants provenant de diverses disciplines (sociologie, démographie, économie, sciences de l’éducation). En croisant leurs entrées (enfants, personnel de cantine, collectivités locales, entreprises de la restauration scolaires), et leur méthodes ils contribueront à identifier les moments où une politique publique qui vise l’égalité, se trouve avoir, sur le terrain, des effets opposés, indésirables – et aussi les moments où ces objectifs sont atteints, que ce soit du côté des enfants ou des acteurs qui produisent l’offre alimentaire.