Quelques mots sur la thèse… d’Alexandra HONDERMARCK

Alexandra Hondermarck mène une thèse dont le sujet est : « Une “nébuleuse végétarienne”. Sociologie historique des pratiques de consommation végétariennes (1880 – 1940) ». Elle a répondu à quelques questions pour nous présenter par écrit son travail, après une intervention dans le séminaire Sciences sociales et alimentation.

Pourrais-tu résumer ton sujet d’étude et ses enjeux ? Raconte-nous également comment ce sujet est entré dans ta vie, l’origine de ton intérêt pour cette question.

Mon intérêt pour la question du végétarisme date d’il y a quelques années, lorsque, sensibilisée à la cause animale, j’ai voulu adopter ce régime alimentaire. Pourtant habituée à expérimenter toutes sortes de régimes alimentaires restrictifs, notamment du fait d’allergies, j’ai eu de grandes difficultés à mettre le végétarisme en pratique. La mise en œuvre du régime végétarien suppose en effet des réajustements des habitudes alimentaires au sein du foyer, des modifications d’approvisionnement alimentaire, de nouvelles pratiques culinaires, etc. C’est à ce moment-là que je me suis interrogée sur l’articulation entre convictions, engagement dans la cause végétarienne et pratique du végétarisme. J’allais alors entamer un master de sociologie et cela m’a paru passionnant à étudier.

Continuer la lecture de « Quelques mots sur la thèse… d’Alexandra HONDERMARCK »

Quelques mots sur la thèse… d’Erwin FLAUREAU

Erwin Flaureau mène une thèse intitulée “Éprouver l’attachement. La carrière morale des bénévoles maraudeurs parisiens”. Après une présentation au séminaire Sciences sociales et alimentation, il a bien voulu répondre à quelques questions pour présenter par écrit son travail.

Pourrais-tu nous résumer ton objet d’étude et ses enjeux ? Raconte-nous également l’origine de ton intérêt pour cette question.

Dans le cadre de mon doctorat en sociologie je m’intéresse aux différentes manières dont les bénévoles conçoivent l’aide qu’ils apportent aux sans-abri lors des maraudes. Si l’ensemble des maraudeuses et maraudeurs rencontrés au cours de l’enquête partagent un intérêt pour mener une action altruiste et valorisent la sollicitude (Tronto, 1993) auprès des personnes à la rue, ils produisent en même temps un lien qui souvent se caractérise par un déni de reconnaissance ou un défaut de protection. Dans la rencontre, les sans-abri reprochent en effet aux bénévoles de ne pouvoir réellement compter pour ou compter sur celles et ceux qui viennent leur rendre visite sur leur lieu de vie. Ainsi, il s’agit de comprendre comment se fait-il qu’alors que les bénévoles agissent de manière solidaire auprès des sans-abri, ils et elles produisent en même temps des liens qui oppressent ou qui fragilisent (Paugam, 2017) ?

Continuer la lecture de « Quelques mots sur la thèse… d’Erwin FLAUREAU »